Aller au contenu principal

Une politique régionale portuaire ambitieuse.

Avec un programme d'investissement de 500 millions d'euros, la Région accompagne les ports dans la mise en oeuvre de leurs projets d'infrastructure.


« En combinant sa vocation maritime et sa vocation agricole, la Normandie doit conforter son rôle de place de marché où convergent les richesses du monde », avait déclaré Hervé Morin le 15 novembre 2017 lors de la présentation de l'ambitieux programme de développement portuaire de la Région. Le 18 juin, un premier point d'étape a été fait au MIN de Rouen. Les enjeux ont été rappelés par Jean Baptiste Gastinne, vice-président en charge des transports et des ports. « La loi Notre a donné un fil très clair sur le développement économique des régions et la Normandie s'en est emparée en créant un certain nombre d'outils. La question des ports nous intéresse au premier chef car la Normandie est le plus grand complexe portuaire de France, avec Rouen et Le Havre, Cherbourg, Caen-Ouistreham et Dieppe. Les syndicats de ces trois ports maritimes fusionneront d'ailleurs au 1er janvier prochain pour un syndicat mixte Ports de Normandie. Pour le développement de la vallée de Seine, nous devons aller plus loin avec une intégration plus forte des trois ports du Havre, Rouen et Paris. Il faut une gouvernance plus efficace pour créer des emplois et de la valeur ».
Fusion, holding, intégration ? Pour le moment rien n'est décidé, mais pour Hervé Morin, le siège devra être en Normandie : « Une structure unique de gouvernance est nécessaire pour bâtir une offre commerciale forte ». Tout le monde est bien sûr d'accord qu'une vision globale doit être privilégiée.  Pour Henri Le Gouis, directeur général Europe chez Bolloré Logistics, la Seine doit devenir une structure logistique, avec des infrastructures permises par un plan d'investissement ambitieux donnant une visibilité aux clients, et des compétences issues de partenariats avec les universités et les écoles.
« L'important sera d'éviter les ruptures de charges et de faciliter le multimodal. Les grands clients chargeurs sont sensibles à des approches moins consommatrices de carbone. La connexion fluviale directe est un enjeu clé pour la croissance du port du Havre ».

L'Etat doit se positionner
En ce qui concerne les investissements, la Région souhaite que l'Etat partage ses responsabilités avec les collectivités et les acteurs privés. Elle veut marquer un pas important dans les investissements nécessaires : la desserte ferroviaire des ports du Havre et de Rouen, la modernisation de la ligne Serqueux-Gisors, la création d'un accès fluvial direct à Port 2000, appelé « chatière ». Les travaux de modernisation sur la ligne Serqueux-Gisors ont commencé en 2017. Ils amélioreront la circulation ferroviaire entre Le Havre et l'Ile-de-France, en utilisant un autre axe que celui qui passe par Rouen, aujourd'hui saturé.
Si Alain Verna, nouveau président de l'association logistique Seine Normandie, reconnaît que les freins se lèvent, il regrette que cela ne soit pas assez rapide. On lui rappelle que l'Etat doit se positionner sur l'organisation des ports et sur les investissements. Guy Le Pargneux, directeur de la sucrerie Saint Louis Sucre à Etrepagny, se réjouit, quant à lui, des travaux de rénovation de la ligne Etrepagny-Pont de l'Arche qui vont permettre de transporter 100 000 tonnes de sucre par wagon. Cela représente l'équivalent de 25 camions qui circulaient tous les jours sur la route. « La place de la logistique en Normandie sera primordiale. Cela représente 55 000 emplois. Nous devons construire la zone logistique du futur et la Région reste ouverte à toutes les propositions pour que notre territoire acquiert une place économique, commerciale, industrielle et logistique mondiale. » a conclu Hervé Morin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole