Aller au contenu principal

Une plateforme de recherche sur la tolérance à la sécheresse

Arvalis a inauguré, le 12 mai à Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher), un outil de recherche en plein champ «unique en Europe» pour étudier la tolérance à la sécheresse du maïs et du blé.

file-alt-65875
© ua

«Phénofield est un outil dédié à l’adaptation du matériel végétal au stress climatique, a expliqué Joël Cottart, secrétaire général d’Arvalis. Il s’agit de produire plus, dans les conditions de demain». Le projet, conduit sur 7,5 ha avec des toits roulants sur 5 000 m2, vise à identifier les gènes de tolérance au déficit hydrique et à développer de nouvelles variétés.
«Depuis le milieu des années 90, le changement climatique affecte les productions, notamment de céréales, a indiqué David Gouache, chef de service Valorisation des biotechnologies. Cela brise la croissance de productivité qui nous accompagnait depuis la sortie de la guerre». «Demain, les cultures devront supporter les stress climatiques qui se manifestent déjà et iront en s’aggravant», a-t-il souligné. Et d’ajouter que si «le progrès existe» en matière de sélection variétale, «la cadence ne suffit pas».

Accélérer la sélection variétale
Les huit toits roulants sur des centaines de microparcelles installées dans la Beauce ont pour but de simuler le manque d’eau. PhénoField vise ainsi à identifier de manière accélérée les gènes de tolérance au stress hydrique chez le maïs et le blé.
Autre domaine de l’étude, le déficit de rayonnement. Des batteries de capteurs, appareils d’imagerie, lasers, outils d’enregistrement et de gestion de données permettent d’observer la cinétique de croissance des plantes sans les détruire.
Cette plateforme complète le réseau de phénotypage à haut débit Phenome, intégré au programme d’investissements d’avenir, sur la croissance des plantes soumises à divers scénarios de climats et techniques culturales.
En 2015, les premiers essais concernent le maïs, dans le cadre du programme Amaizing. Ils porteront l’an prochain sur le blé tendre, via le programme Breedwheat.

«Produire plus»
Le dispositif installé dans la Beauce peut ultérieurement s’étendre à d’autres cultures comme le colza, le pois, la pomme de terre, la betterave... PhénoField est doté d’un budget de 8,7 millions d’euros, financés à 50 % par les investissements d’avenir.
Profitant de l’inauguration, Joël Cottart a glissé dans son discours un message aux pouvoirs publics : «Il faut laisser aux agriculteurs la capacité de produire et de produire plus». PhénoField permet, selon lui, de démontrer que l’agriculture est capable d’«atténuer le changement climatique et de s’y adapter». «Notre activité est la seule qui soit à même de capter le carbone du CO2 atmosphérique», a-t-il déclaré, estimant que le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll l’a reconnu en lançant une initiative pour augmenter le taux de matière organique des sols. «Le sol est un coffre-fort qui accumule la matière organique», a lancé Joël Cottart, expliquant qu’elle provient des cultures. «Si on ne produit pas, le sol s’appauvrit».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole