Aller au contenu principal

Une expo dédiée à la santé des plantes

A Paris, une exposition met en lumière le rôle de la chimie pour permettre aux agriculteurs de produire une alimentation de qualité en quantité. Un bel exercice de pédagogie pour un sujet souvent brûlant.

file-alt-64534
Dans un laboratoire reconstitué, des chercheurs font découvrir leur univers.
© Charles Baudart

 

L'UIPP* a ouvert à Paris un espace éphémère et végétal dédié à la santé des plantes. Du 14 au 27 mai, le syndicat des industriels de la chimie des plantes a voulu surprendre. « Notre objectif est d'ouvrir le débat et de mieux faire comprendre l'utilité de la protection des plantes », précise Eugénia Pommaret, directrice générale de l'UIPP. Toute la semaine, citadins, écoliers, jour-nalistes ou groupes d'opinion se succèdent dans cet espace éphémère de 850 m2 sur deux étages. «Nous avons souhaité créer un lieu d'information et un temps d'échange.  Tout y est dit, montré, sublimé et débattu sans tabou pour que chacun puisse comprendre, échanger et se faire son propre avis sur l'utilité de disposer, demain encore, d'une agriculture protégée et d'une ali-mentation sûre», détaille l'UIPP.

Objets insolites
La Cité du siècle vert retrace un siècle de découvertes et d'innovation autour de l'agriculture française. La visite commence par les étapes clé de la protection des plantes. Au travers de 12 belles vitrines, on mesure mieux l'évolution des pratiques depuis un siècle : de la lutte à base de soufre et de cuivre contre le mildiou à la fin du XIXe siècle aux promesses du biocontrôle. « Aujourd'hui, pour mettre une nouvelle molécule sur le marché, il faut 11 ans de recherche et 300 études dont 10 % seulement pour l'efficacité agronomique », détaille Eugenia Pommaret. Les objets insolites sont nombreux, du vieux pulvérisateur à dos en cuivre au drone de biocontrôle sur le maïs.
Un autre espace montre comment bonnes pratiques, équipements de protection et nou-velles solutions permettent de protéger les cultures en toute sécurité, dans l'intérêt des agri-culteurs comme des riverains.

Bénéfices ignorés
Un dernier espace reproduit un laboratoire de recherche. Tout y est : éprouvettes, microscopes, analyseurs, etc. Des scientifiques et des agriculteurs sont présents chaque jour. « Nous souhaitons engager tous les citoyens dans une démarche de dialogue pour une meilleure compréhension de notre agriculture, avec l'ambition de rétablir la vérité. La vérité sur les réels bénéfices des solutions de protection des cultures, trop souvent ignorés lorsqu'ils ne sont pas systématiquement décriés avant même de s'y intéresser ». Une déclinaison en région est prévue en régions à compter de 2019.

* UIPP : Union des Industries de la Protection des Plantes. La Cité du Siècle vert. 116 ave-nue de Turenne. 75003 Paris. Du lundi 14 au dimanche 27 mai. Accès libre de 9 h à 19 h. A voir notamment pour ses fresques pédagogiques : www. lesieclevert.fr

2018-2118 : Quelle protection des cultures

Face aux restrictions d'usage, aux interdictions de produits et aux généralisations de résis-tances, comment protéger effi-cacement les cultures demain ? « A l'avenir, la protection des cultures combinera de nouvelles méthodes, des variétés, de plantes résistantes naturelle-ment, des outils de biocon-trôle avec des insectes ou des microorganismes, des méca-nismes naturels de défense des pantes, de la chimie de synthèse, de la robotique, des satellites » répond l'UIPP, qui rappelle qu'au-jourd'hui « aucune méthode de santé des plantes mise en oeuvre seule ne suffit à résoudre dura-blement un problème de bio agresseurs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole