Aller au contenu principal

Une chocolaterie familiale au coeur d'un petit village

C'est en 1997 qu'Hervé Demeules crée sa propre chocolaterie dans la commune de Saint-André-sur-Cailly. Pour la période de Pâques, il a accepté d'ouvrir les portes de son atelier, au sein de sa propriété familiale.

file-alt-63073
Gamme bio, chocolats sans sucre..., Hervé, accompagné de sa fille, a développé différentes gammes pour séduire une large clientèle.
© Blandine Huré

Issu d'une famille d'agriculteurs normands composée d'une fratrie de six enfants, Hervé Demeules s'est démarqué du schéma familial en suivant une formation de boulanger-pâtissier. Après plusieurs années passées en boulangerie, il s'est décidé à créer son atelier de fabrication de chocolats, au coeur de la maison familiale, à Saint-André-sur-Cailly, petite commune située à 20 km de Rouen. C'est par amour du chocolat et par allergie à la farine qu'Hervé Demeules se lance, seul, dans cette aventure. Ils sont aujourd'hui cinq à travailler dans l'atelier, dont sa fille, qui l'a rejoint en tant que responsable de la communication, chargée d'accueillir les clients au magasin. Pour l'heure graphiste en formation, la jeune femme entend bien préparer rapidement un CAP de chocolatier-confiseur pour reprendre le flambeau familial.

Une clientèle diversifiée

Si lapins, cloches, poules... attendent d'être dévorés en cette période de Pâques, « plein d'autres choses qui sortent de l'ordinaire » sont également à déguster, comme le précise Hervé Demeules : des bonbons au chocolat (fourrés, pralinés, à la pâte d'amande), mais aussi les incontournables tablettes et fritures. Hervé a même pensé à une panoplie de chocolats sans sucre « pour que tout le monde puisse se faire plaisir », argumente sa fille, complétée d'une gamme bio. Pour répondre aux nombreuses attentes de sa clientèle, Hervé se fournit en chocolat auprès de la société belge Puratos. Car Hervé Demeules est chocolatier, et non pas cacaofévier (celui qui transforme les fèves de cacao en chocolat, NDLR).

50 % de vente directe

Dans le local réservé aux emballages et au stockage, les packaging spécial Pâques, confectionnés par une société située aux Essarts, sont exposés avant leur mise en rayon. Les chocolats se retrouveront ensuite sur les étals de nombreux boulangers-pâtissiers, comités d'entreprise, épiceries fines, dans des supermarchés ou bien encore dans des magasins de producteurs comme "Le Producteur local", situé à Bois-Guillaume et au Havre...  Depuis le début de la pandémie et avec l'arrivée du premier confinement (durant lequel il a dû fermer son établissement), l'artisan a revu ses canaux de vente. « On a bien évidemment été impactés », se remémore Hervé Demeules, « les trois-quarts des moulages qui furent confectionnés durant cette période nous sont restés sur les bras ». Lorsque cela a été possible, il a donc fondu sa production, puis s'est décidé, avec son équipe, à mettre en place un système de livraison chez le particulier. Le reste a fait l'objet de dons à l'école du village qui ont réjoui les enfants. Cette période de Covid a vu ses ventes s'inverser, sa clientèle locale est devenue prépondérante. La vente directe représente aujourd'hui à elle seule 50 % des ventes. « Les gens se sentent probablement plus à l'aise dans les petits magasins », constate l'artisan, qui semble toujours profiter de la situation. « La crise russo-ukrainienne ne nous impacte pas directement pour le moment. En revanche l'augmentation du prix du gazole fait monter nos coûts de livraison ».
une création toujours plus inventiveAidé de l'un de ses salariés, Arthur, Hervé confectionne actuellement ses moulages de Pâques. « Nous mettons un peu de couleurs dans les moules, avec du beurre de cacao coloré, avant une pellicule de chocolat appliquée au pinceau puis nous ajoutons une seconde couche de plusieurs millimètres ». Pour séduire sa clientèle, Hervé ne cesse d'innover. Épaulé par sa famille, il propose de nouvelles recettes tout en s'adaptant au contexte réglementaire qui depuis peu a évolué, la coloration dans la masse du chocolat étant interdite par la nouvelle réglementation européenne sur les additifs alimentaires. Pour se démarquer, l'artisan a donc misé sur quelques créations ludiques présentées en boutique : smartphone en chocolat, chaussures de sport, pâte à tartiner...

Chocolaterie Demeules
350, route de Saint-Jean
76690 Saint-André-sur-Cailly 
Ouvert du mardi au samedi de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h 30

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole