Aller au contenu principal

Une cagnotte Leetchi pour aider l'élevage de la Grande Bouverie

À La Bellière, près de Forges-les-Eaux, un site vitrine de races locales normandes frappé par la grippe aviaire. L'éleveur appelle à l'aide.

file-alt-63119
Économiquement désarmé, Samuel Thévenet, éleveur de canards de Duclair et autres palmipèdes, appelle à l'aide.
© C. H.

L'élevage de Samuel Thévenet a été touché par la grippe aviaire. Tout son cheptel a été euthanasié le 4 février dernier. « Une vingtaine de personnes sont venues sur l'exploitation. Les vétérinaires, les services de l'État, la gendarmerie... tout le monde était habillé en cosmonaute, et tout est allé très vite. Les volailles ont été abattues puis emmenées à l'équarrissage. Et après le grand vide », explique l'éleveur qui est naisseur de canards de Duclair.« Je n'ai plus rien, toutes mes volailles ont été abattues, 400 poules de Gournay et une centaine de palmipèdes dont mes canards de Duclair et mes oies normandes. C'est un travail de sélection de quatre années qui vient de disparaître. Même si je suis bien entouré et soutenu, psychologiquement c'est très dur. Le calme qui règne sur l'exploitation est vraiment morbide ».

Plus aucun revenu

La ferme de La Grande Bouverie fait partie des trois sites vitrines de Seine-Maritime qui ont été retenus en 2019 pour rendre visibles les races patrimoniales au grand public. La même année, l'éleveur avait été reconnu comme artisan de qualité par le Collège culinaire de France qui soutient les hommes et femmes qui mettent en valeur, promeuvent et pérennisent le patrimoine artisanal culinaire.

Samuel Thévenet est également très investi dans la création d'une micro-filière viande qui s'est mise en place en 2020. La Région Normandie accompagne cette démarche pour remettre sur la table des consommateurs et des grands chefs les races avicoles normandes. « Je dois désigner un expert qui évaluera l'indemnisation à verser. Une amie m'a conseillé de faire une cagnotte Leetchi. Je ne suis pas trop du genre à demander mais cela pourrait m'aider dans un premier temps car aujourd'hui je n'ai plus aucun revenu », avoue Samuel Thévenet qui ne fait plus les marchés depuis la disparition de son cheptel. Il y vendait ses volailles prêtes à cuire ou transformées en rillettes.

Sensible aux difficultés rencontrées par le monde agricole, la Confrérie Saint-Fiacre s'est rendue sur la ferme brayonne.

Touchés par l'épreuve que traverse Samuel Thévenet, Vincent Lecointre, président de la confrérie, Jean-Pierre Duval, vice-président, et Vincent Delassalle, responsable de l'attribution des dons, l'ont assuré de leur soutien et ont décidé de l'accompagner financièrement par un don de 1 000 euros.

Refaire vivre les races patrimoniales normandes

Maintenant, il est temps pour l'éleveur de penser à l'avenir. Il lui faudra plus d'une année pour reconstruire un cheptel reproducteur. « Pour le moment, je vide et je chaule les bâtiments, explique-t-il. Quarante-deux jours après le chaulage, les services vétérinaires donneront un avis sanitaire. Si je reçois un avis positif, je vais pouvoir acheter des poussins pour redémarrer. Il y a aura à nouveau des analyses 30 jours après l'arrivée des premières volailles. » « Pour la poule de Gournay, poursuit l'éleveur, je vais m'approvisionner chez le naisseur habituel, au Centre de sélection avicole de Béchanne près de Bourg-en Bresse (Ain). Pour le canard de Duclair, cela va être plus compliqué de reconstituer le cheptel. J'espère pouvoir récupérer des oeufs chez des éleveurs amateurs ».

Cet événement malheureux a fait réfléchir l'éleveur sur sa façon de travailler : « La première question que je me suis posée était de savoir si je voulais continuer. Tout cela m'a obligé à remettre en question pas mal de choses. J'ai décidé de poursuivre mon métier et de continuer à faire vivre les races locales. Mais je pense qu'il va falloir que l'on s'adapte à ce virus et je suis donc en réflexion sur la mise en place d'une organisation plus résiliente car je n'ai pas de bâtiments suffisamment grands pour rentrer tout le monde l'hiver. Pour le moment j'ai hâte de revoir des poussins sur mon exploitation ».

Pour participer à la cagnotte solidaire http://www.leetchi.com/c/au-secours-dun-aviculteur-pour-ses-volailles-normandes

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Paiements couplés bovins : quels changements en 2023 ?
L’aide couplée aux bovins est sans aucun doute celle qui a connu le plus de bouleversements. Elle fusionne les aides aux bovins…
Pac 2023 : comment accéder à l’éco-régime ?
La Pac 2023-2027 entre bientôt en vigueur. Pour vous aider à vous approprier cette nouvelle réglementation, l’Union agricole…
Création d’Oplase SA pour renforcer le poids des producteurs
Les producteurs de l’Association des producteurs laitiers normands (APLN) se sont réunis lundi 24 octobre pour comprendre l’…
Dégrèvement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFNB) : les précisions
À la demande de la FNSEA 76, de JA 76 et de la Chambre d’agriculture, et compte tenu de la sécheresse estivale, le préfet de…
“Si T’es Pro T’es In” : quatre passeports pour quatre publics
Comment faire en sorte que l’information sur l’autonomie protéique soit facilement accessible à des groupes d’agriculteurs, de…
Influenza aviaire : trois zones de contrôles temporaires dans le 76
Des cygnes morts à Saint-Aubin-le-Cauf, un goéland trouvé mort à Octeville-sur-Mer ainsi qu’une basse-cour touchée à Anneville-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole