Aller au contenu principal

À Tôtes, le savoir-faire des automates de vitrine

Une des références mondiales de la création d’automates est en Seine-Maritime. L’Atelier Michel Taillis emploie une dizaines de personnes.

D’où viennent ces ours, ces lapins, ces pingouins ou ces lions, tous ces sujets qui animent les vitrines pour Noël, pour Pâques, dans les grands magasins, dans les parcs d’attraction, les jardineries, les mairies... ? La plupart ont été créés à l’Atelier Michel Taillis, spécialisé dans la fabrication d’automates de vitrine depuis 30 ans. 
Installée sur la zone d’activité de Tôtes, en Seine-Maritime, l’entreprise dirigée aujourd’hui par Nicolas Hauzy et Franck Baccot, emploie une dizaine de personnes. 
Michel Taillis est parti à la retraite il y a quatre ans mais les ateliers poursuivent leurs activités, autour d’un savoir-faire reconnu. De l’éléphant grandeur nature à la petite souris, pour la fabrication des automates, de nombreux corps de métiers sont nécessaires : mécanique et horlogerie pour la conception de l’automatisme et de scénographies, couture pour la création de la peluche. Les couturières fabriquent également les costumes et les accessoires des automates. Le stock de fausses fourrures est très important : poils longs, poils courts, différentes couleurs et textures…la peluche doit être la plus réaliste et expressive possible. La fourrure est achetée en Corée car il n’y a plus de fabricants de fausse fourrure en Europe.

Tout est fabriqué à Tôtes

Chaque mécanisme est créé dans les ateliers. Les salariés sont des mécaniciens et il y a aussi un électricien pour le branchement des moteurs électriques. « Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux mécanismes. On commence à travailler de plus en plus avec l’électronique pour fabriquer des mouvements qui sont télécommandés », explique Franck Bacot.
Quand le mécanisme est créé et la peluche fabriquée, il y a ensuite un travail d’assemblage. La difficulté est parfois de faire entrer un mécanisme complexe dans une petite peluche. Ce sont des challenges à relever.
L’entreprise travaille beaucoup pour la décoration de vitrine et de salons. Elle exporte ses peluches animées partout dans le monde : Allemagne, Australie, Brésil, Japon… 50 % de la production est destinée à l’export. Un atelier menuiserie est installé dans les locaux pour réaliser les boîtes d’expédition pour les automates à travers le monde. Certains automates mesurent plus de 4 mètres de hauteur ! C’est également au sein de l’atelier menuiserie que sont fabriqués les accessoires, comme les traîneaux du Père Noël ou des trains… De plus en plus de mairies achètent ou louent des automates pour leurs décorations de Noël. Le monde de la télévision est également un bon client, pour la décoration des plateaux : “Mask Singer”, “Les 12 coups de midi”, “Affaire conclue”…
Les clients peuvent choisir dans un catalogue de plus de 300 modèles mais beaucoup de décorateurs commandent des pièces spéciales. C’est le cas pour le parc Disneyland Paris.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole