Aller au contenu principal

À Tôtes, le savoir-faire des automates de vitrine

Une des références mondiales de la création d’automates est en Seine-Maritime. L’Atelier Michel Taillis emploie une dizaines de personnes.

D’où viennent ces ours, ces lapins, ces pingouins ou ces lions, tous ces sujets qui animent les vitrines pour Noël, pour Pâques, dans les grands magasins, dans les parcs d’attraction, les jardineries, les mairies... ? La plupart ont été créés à l’Atelier Michel Taillis, spécialisé dans la fabrication d’automates de vitrine depuis 30 ans. 
Installée sur la zone d’activité de Tôtes, en Seine-Maritime, l’entreprise dirigée aujourd’hui par Nicolas Hauzy et Franck Baccot, emploie une dizaine de personnes. 
Michel Taillis est parti à la retraite il y a quatre ans mais les ateliers poursuivent leurs activités, autour d’un savoir-faire reconnu. De l’éléphant grandeur nature à la petite souris, pour la fabrication des automates, de nombreux corps de métiers sont nécessaires : mécanique et horlogerie pour la conception de l’automatisme et de scénographies, couture pour la création de la peluche. Les couturières fabriquent également les costumes et les accessoires des automates. Le stock de fausses fourrures est très important : poils longs, poils courts, différentes couleurs et textures…la peluche doit être la plus réaliste et expressive possible. La fourrure est achetée en Corée car il n’y a plus de fabricants de fausse fourrure en Europe.

Tout est fabriqué à Tôtes

Chaque mécanisme est créé dans les ateliers. Les salariés sont des mécaniciens et il y a aussi un électricien pour le branchement des moteurs électriques. « Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux mécanismes. On commence à travailler de plus en plus avec l’électronique pour fabriquer des mouvements qui sont télécommandés », explique Franck Bacot.
Quand le mécanisme est créé et la peluche fabriquée, il y a ensuite un travail d’assemblage. La difficulté est parfois de faire entrer un mécanisme complexe dans une petite peluche. Ce sont des challenges à relever.
L’entreprise travaille beaucoup pour la décoration de vitrine et de salons. Elle exporte ses peluches animées partout dans le monde : Allemagne, Australie, Brésil, Japon… 50 % de la production est destinée à l’export. Un atelier menuiserie est installé dans les locaux pour réaliser les boîtes d’expédition pour les automates à travers le monde. Certains automates mesurent plus de 4 mètres de hauteur ! C’est également au sein de l’atelier menuiserie que sont fabriqués les accessoires, comme les traîneaux du Père Noël ou des trains… De plus en plus de mairies achètent ou louent des automates pour leurs décorations de Noël. Le monde de la télévision est également un bon client, pour la décoration des plateaux : “Mask Singer”, “Les 12 coups de midi”, “Affaire conclue”…
Les clients peuvent choisir dans un catalogue de plus de 300 modèles mais beaucoup de décorateurs commandent des pièces spéciales. C’est le cas pour le parc Disneyland Paris.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Plus écologique, plus absorbante, souvent moins chère que la paille de blé, la litière en anas de lin, déjà bien répandue dans les élevages équins, remplace petit à petit la paille de blé dans les élevages bovins.
Anas de lin : une litière naturelle très en vogue en élevages bovins
Plus écologique, plus absorbante, souvent moins chère que la paille de blé, la litière en anas de lin, déjà bien répandue dans…
A Forges-les-Eaux, le week-end dernier, concours de races Prim'Holstein et Normandes et présentation des races allaitantes ont intéressé un public venu en nombre. Retour en images.
Comice agricole 76 : des éleveurs à l’honneur sous le regard d’un public conquis
À Forges-les-Eaux, le week-end dernier, concours de races Prim’Holstein et Normandes et présentation des races allaitantes ont…
Agroalimentaire : CQLP noue des partenariats avec Fleury Michon et une fromagerie

La marque des consommateurs C’est qui le patron?! (CQLP) certifiera bientôt deux « produits ingrédients …

Céréales : un effet ciseaux prix-charges à venir
Pour 2021-2022, le résultat courant moyen des céréaliers, avant MSA, est de 53 600 euros par unité de travail non salarié. Mais…
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse qui tient ses promesses

« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…

Le 13 mai dernier était un grand jour pour Annabelle Deschamps : l’ouverture de “La cabane des Champs”,  sa boutique autonome de produits frais et locaux sur la commune d’Alvimare.
La Cabane des Champs met à l’honneur les produits locaux
Le 13 mai dernier était un grand jour pour Annabelle Deschamps : l’ouverture de “La Cabane des Champs”,  sa boutique autonome de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole