Aller au contenu principal

Tereos : ouverture d'un marché de 150 000 tonnes de dextrose par an

Le groupe coopératif a conclu le 11 avril un partenariat avec l'industriel belge Futerro qui doit ouvrir son usine de bioplastique PLA en 2027 à Saint-Jean-de-Folleville.

Leurs destins sont désormais liés. Le 11 avril dernier, la coopérative Tereos a conclu un accord d'approvisionnement avec l'industriel belge Futerro. Ce sont ainsi 150 000 tonnes de dextrose produit à base de blé français dans l'amidonnerie de Lillebonne, qui seront envoyées, par un pipeline d'un kilomètre et demi, dans l'usine Futerro annoncée pour 2027 à Saint-Jean-de-Folleville. « Nous sommes fiers de cet accord qui reflète bien la vision qui anime notre coopérative », a déclaré Gérard Clay, président du groupe Tereos.

75 000 tonnes de bioplastique

La signature de ce partenariat a quelque chose d'historique. D'abord, parce qu'il ouvre la porte à la création d'une plateforme bio-industrielle unique en Europe qui permettra de produire des biomatériaux innovants. Fort de cet approvisionnement de proximité (qui a lourdement pesé dans son choix d'implantation sur l'axe Seine), l'industriel belge va ainsi investir 500 millions d'euros (M€) dans une usine de production et de recyclage de PLA (acide polylactique). Objectif : produire 75 000 tonnes de ce bioplastique recyclable à l'infini, dont le marché européen est aujourd'hui évalué à 80 000 tonnes (dont 40 000 tonnes pour l'emballage alimentaire).

Historique ensuite, parce qu'il a eu lieu le jour même où le géant du pétrole Exxon Mobil annonçait la cessation de ses activités pétrochimiques sur le site de Port-Jérôme-sur-Seine. « En chimie, on ne peut pas se passer du carbone. Mais il faut quitter au plus vite le carbone fossile », a défendu Frédéric Van Gansberghe, président de Futerro. L'arrivée de l'industriel belge apporte donc une pointe de réconfort pour les salariés et sous-traitants d'Exxon, ainsi que pour les élus du territoire. En effet, Futerro annonce la création de 250 emplois directs et près de 900 indirects. Chez Tereos, les chiffres sont moins importants. « Nous prévoyons d'ouvrir 10 à 20 postes à l'horizon 2028 », a estimé Olivier Leducq, directeur général de l'usine Tereos de Lillebonne, précisant que la masse salariale serait ajustée au fur et à mesure.

Environ 300 000 tonnes de blé normand

Le groupe coopératif, troisième acteur européen sur les produits amylacés, annonce tout de même 30 M€ d'investissements au sein de son usine seinomarine pour augmenter ses capacités de production et ainsi répondre aux attentes de son nouveau partenaire. Le site de Lillebonne transforme aujourd'hui 800 000 tonnes de blé par an. Pour fournir les 150 000 tonnes de dextrose nécessaires à Futerro, ce sont environ 300 000 tonnes de blé supplémentaires qui seront transformées par Tereos.

« Diversifier les débouchés et les rendre plus durables sont au cœur de notre stratégie, a insisté Olivier Leducq. Le blé qui sera destiné à Futerro sera en totalité livré depuis la Normandie et la région parisienne. Et pour 25 % à 30 %, il sera acheminé par voie d'eau.  » Et s'il n'y a pas d'engagement ferme sur les prix, le directeur de l'usine de Lillebonne assure qu'il devrait être valorisé au-dessus du cours mondial... Ces tonnes de blé ne seront, en outre, pas totalement écartées du marché alimentaire puisque les coproduits de l'amidonnerie (fibres et protéines) sont utilisés par l'industrie de l'alimentation humaine et animale.•

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole