Aller au contenu principal

La question de l’acceptabilité des installations de méthanisation

Les deuxièmes rencontres régionales de la méthanisation en Normandie se sont déroulées du 30 mars au 2 avril.

file-alt-63264
© D. R.

Avec le plan Métha’Normandie, la Région soutient de manière très ferme les projets de méthanisation et particulièrement la méthanisation agricole. Ce soutien est conditionné selon la qualité des projets : « nous défendons les bonnes manières de la méthanisation. C’est-à-dire une méthanisation au service de l’agriculture et non l’inverse. Et pour que cela soit complètement efficace, il faut que le biogaz produit soit injecté directement dans des réseaux de proximité. Voici nos conditions pour que l’on ait une boucle locale vertueuse de production de gaz vert made in Normandie » a introduit le conseiller régional Hubert Dejean de la Batie aux rencontres régionales de la méthanisation.

« La méthanisation est une voie de diversification pour les agriculteurs, elle est complémentaire à l’activité d’élevage, elle présente un intérêt agronomique et a une lisibilité économique. La chambre régionale d’agriculture accompagne les porteurs de projets au niveau du financement mais également en ce qui concerne l’acceptabilité sociétale. La communication est très importante. À chaque projet une association anti se crée », ajoute Jean-Louis Belloche, vice-président de la chambre régionale d’agriculture de Normandie.

Anticiper

En ce qui concerne l’acceptabilité sociétale, les arguments ne manquent pas pourtant. Par exemple, cinq projets de méthanisation permettent la création d’une cinquantaine d’emplois. Aux riverains réfractaires, il est important d’expliquer également que ces installations permettent la fourniture locale de gaz vert et participent à la compensation des émissions des gaz à effet de serre. Sur le projet de Bois-Héroult par exemple, les 25 000 tonnes d’effluents qui alimenteront le méthaniseur fourniront de l’énergie à 800 foyers ! Et cela implique 11 agriculteurs.

Il y a vraiment des enjeux de compréhension mais les décideurs locaux ne sont pas toujours des experts en la matière. Pourtant la pédagogie semble être le préalable à la concertation affirme Thomas Muselier de l’agence de concertation TACT, spécialisée en communication sur des sujets sensibles. « Il faut se poser la question, le plus en amont possible, de savoir ce qu’il faut faire pour que cela se passe le mieux possible. Les porteurs de projets ne sont pas toujours à l’aise pour argumenter. Il ne faut pas hésiter parfois à s’entourer de professionnels de la communication, mais surtout ne pas attendre que l’opposition se manifeste. Le méthascope, conçu par France nature environnement, est un outil formidable qui permet d’objectiver l’approche. C’est une base de discussion solide ».

Le plan Métha’Normandie c’est aussi de la sensibilisation et de la communication auprès des élus au sein des syndicats d’énergie. Pourquoi ne pas apporter de l’information objective sur la méthanisation aux journalistes en organisant des éductours méthanisation destinés à la presse ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Plus écologique, plus absorbante, souvent moins chère que la paille de blé, la litière en anas de lin, déjà bien répandue dans les élevages équins, remplace petit à petit la paille de blé dans les élevages bovins.
Anas de lin : une litière naturelle très en vogue en élevages bovins
Plus écologique, plus absorbante, souvent moins chère que la paille de blé, la litière en anas de lin, déjà bien répandue dans…
A Forges-les-Eaux, le week-end dernier, concours de races Prim'Holstein et Normandes et présentation des races allaitantes ont intéressé un public venu en nombre. Retour en images.
Comice agricole 76 : des éleveurs à l’honneur sous le regard d’un public conquis
À Forges-les-Eaux, le week-end dernier, concours de races Prim’Holstein et Normandes et présentation des races allaitantes ont…
Agroalimentaire : CQLP noue des partenariats avec Fleury Michon et une fromagerie

La marque des consommateurs C’est qui le patron?! (CQLP) certifiera bientôt deux « produits ingrédients …

Céréales : un effet ciseaux prix-charges à venir
Pour 2021-2022, le résultat courant moyen des céréaliers, avant MSA, est de 53 600 euros par unité de travail non salarié. Mais…
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse qui tient ses promesses

« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…

Le 13 mai dernier était un grand jour pour Annabelle Deschamps : l’ouverture de “La cabane des Champs”,  sa boutique autonome de produits frais et locaux sur la commune d’Alvimare.
La Cabane des Champs met à l’honneur les produits locaux
Le 13 mai dernier était un grand jour pour Annabelle Deschamps : l’ouverture de “La Cabane des Champs”,  sa boutique autonome de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole