Aller au contenu principal

SIA 2022 : le conflit s'invite dans l'agenda du salon

"Le salon des retrouvailles" comme il a été baptisé cette année a ouvert ses portes hier matin au Parc des Expositions de Paris, et ce, jusqu'au 6 mars. Une 58e édition d'ores et déjà très particulière !

Et pour cause : l'élection présidentielle est en vue, la Porte de Versailles est donc un lieu inévitable pour les différents candidats, et le conflit russo-ukrainien s'est invité dans l'actualité en bousculant l'agenda et en faisant planer bien des incertitudes dans de nombreux secteurs économiques.

Un salon de l'agriculture très politique

Arrivé ce samedi dès 7 h 15 du matin, le président de la République, accompagné du ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, s'est adressé pendant près d'une demi-heure aux agriculteurs et aux représentants des filières interprofessionnelles présents (FNSEA, APCA, etc.). Un message de résilience sur fond de guerre, le chef de l'Etat affirmant que « cette guerre durera » et qu' « il faut nous y préparer ». Expliquant par la suite que ce conflit « ne sera pas sans conséquences sur l'augmentation des coûts de l'énergie, [...] ne sera pas sans conséquences sur l'alimentation du bétail, son coût, peut-être même la capacité à fournir », il a souligné qu'un plan était en cours pour « sécuriser [...] nos filières, nos intrants, [...] pour essayer au maximum de bâtir des boucliers en termes de coûts aux niveaux national et européen ». Emmanuel Macron s'est ensuite éclipsé pour cause de conseil de sécurité, laissant le soin au Premier ministre de déambuler pendant plus de 12 heures dans les allées du salon.

Comme tous les salons en amont d'une élection présidentielle, les candidats, qu'ils aient reçus ou non l'intégralité de leurs 500 parrainages, arpenteront cette semaine les allées pour y rencontrer les agriculteurs et diffuser leur programme agricole.

Une caisse de résonance

Vitrine de l'agriculture française, de son savoir-faire, de ses terroirs et de son excellence, quelque 600 000 visiteurs y sont attendus.

Au cours de ce salon qui sera rythmé par quatre temps forts (voir encadré), il sera aussi question de qualité des produits à travers le Concours général agricole (CGA) qui va départager 6 600 producteurs dans différentes catégories alimentaires ainsi que 12 500 viticulteurs, issus des 27 départements viticoles de France. Ces derniers sont cependant moins nombreux qu'à l'accoutumée en raison des intempéries de 2021 (gel et grêle notamment) qui a mis à terre de nombreuses vignes. « Une médaille, c'est entre 18 % et 40 % de chiffre d'affaires en plus pour les agriculteurs selon les catégories », a précisé Olivier Alleman, Commissaire général CGA.

Un soutien au peuple ukrainien

Le SIA ne peut ignorer l'effroi qui règne sur le continent européen après l'invasion de l'Ukraine.

Pour apporter symboliquement son soutien au peuple ukrainien la première médaille du Salon international de l'agriculture lui sera décernée. Elle sera remise à l'ambassadeur d'Ukraine en France suivant les modalités qu'il souhaitera dans cette période difficile.

En effet, après une absence de 22 ans, la médaille est rééditée et le salon la décerne à nouveau en gage de fidélité, d'engagement et de reconnaissance à ceux qui oeuvrent pour le monde agricole ou pour le SIA. La promotion 2022 distinguera 20 femmes et hommes qui recevront cette médaille en hommage à leur contribution.

Quatre temps forts

Premier temps forts : Agri'Recrute « l'endroit où il faut voir et être vu ». Cet espace Emploi-Formation sera « un lien de rencontres et d'échanges pour découvrir tous les métiers d'une filière », a soutenu Valéry Le Roy, directrice générale du Salon.

Deuxième temps fort : Agri'Pro, qui rassemble ce que l'agriculture fait de mieux en termes de savoir-faire agricole. Le Village Agri'Pro se tiendra au coeur du Pavillon 1 près du ring de présentation des animaux.

Ensuite, le SIA donne la parole, à travers Agri'4.0 à l'innovation, aux start-up et au digital. Ouvert avec 5 start-up en 2016, ce pôle agritechnologique en accueillera 70 cette année dont La Ferme digitale et AgDataHub.

Enfin l'espace Agri'Expo consacrera sa troisième édition aux applications non alimentaires de l'agriculture : parpaings en chanvre, textiles en lin, etc. Avec l'objectif d'éveiller le public à l'importance des produits biosourcés.

Au programme du Pavillon normand

Soutenu par la Région Normandie, avec le concours des 5 départements, de la Chambre régionale d'agriculture, de Bienvenue à la ferme et de Saveurs de Normandie entre autres, les quelque 490 m2 du Pavillon normand accueilleront :
- une centaine de producteurs ;
- 83 éleveurs ;
- 143 animaux ;
- 26 chefs cuisiniers et 75 recettes ;
- ainsi que de nombreuses animations, débats et conférences.
Rendez-vous hall 3, allée K 140.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole