Aller au contenu principal

On the road* : à la découverte de Simca.

Un léger vent souffle dans le sud de l’Eure. Nous prenons la route à la découverte de feue la marque Simca. Les vieux moteurs vrombissent. Go, on the road*, pas la route 66, mais une qui a tout autant de choses à raconter !

Petit retour au tout début du XXe siècle à Paris. L’ancien coureur cycliste, Ernest Loste, devient distributeur exclusif d’automobiles Fiat en France. Le succès de la marque italienne ne se fait pas attendre. Après la guerre, la maison-mère créée la SAFAF (Société anonyme française des automobiles Fiat). Un subterfuge pour ne pas payer les droits de douanes. Nous sommes en 1926. L’Italien Enrico Teodoro Pigozzi, qui francisera ses prénoms en Henri Théodore, prend la direction de la filiale française. Trois ans plus tard, la crise économique mondiale ébranle, entre autre, le secteur industriel. Les droits de douane s’envolent et les importations de voitures Fiat sont en perte de vitesse. Pigozzi convainc alors la marque italienne de produire les véhicules en France.

 

Echapper aux droits de douane

Ainsi, en 1932, la SAFAF devient la Société anonyme française pour la fabrication en France des automobiles Fiat. La première Fiat française voit le jour en 1934. La 6CV, copiant le modèle italien Fiat 508 Balilla, est un succès. Quelques rachats plus tard, la Société industrielle de mécanique et carrosserie automobile (Simca) prend vie. Nous sommes le 2 novembre 1934. Pendant de nombreuses années, la firme clonera les modèles transalpins et les sortira sur le marché hexagonal. En 1938, Simca est le 4e constructeur français et l’écusson orné d’une hirondelle sort son nez. Pourquoi un oiseau ? Pour l’appétit d’oiseau. En effet, les voitures consomment peu. Pourquoi une hirondelle ?

 

L’envolée de l’hirondelle

Mais en 1951, l’histoire de Simca prend un nouveau tournant. Fiat s’efface au vu de la situation d’après-guerre. La marque innove et créée ses propres modèles : les Aronde qui signifie hirondelle en vieux français ! Le premier modèle original : la Simca Aronde 9, cousine éloignée des véhicules Fiat. Il existera 4 générations d’Aronde de 1951 à 1963.En 1963, Pigozzi, le Monsieur Simca, décède. Il n’aura pas supporté son éviction de Simca Automobiles. La relève, Georges Héreil, ex-patron de Sud-Aviation, poursuivit le travail de Pigozzi en mettant sur le marché la Simca 1100. Le plus gros succès de la marque hexagonale. Petit à petit, Simca deviendra un constructeur autonome, et créera ses propres voitures. La marque française passera de main en main. Chrysler, puis Peugeot qui la fera disparaître en 1987 sous le nom de Talbot…

 

Dans le rétro

Il est 9 h, donc, ce mardi 28 juillet lorsque nous arrivons chez un passionné, un expert Simca : Simcajim’s. Nous tombons nez-à-nez avec une Aronde Rush Monaco de 1961. Sa couleur bleue claire est semblable à celle du ciel. Cette sortie de grange, coupée deux portes sans montant, a été restaurée de A à Z par son propriétaire. Ses caractéristiques : un moteur Rush Super, « le moteur le plus développé cette année-là ». Quelques tours de roues à gauche, nous admirons une Aronde type 90A Deluxe de 1958. Sa couleur vert de gris s’intègre parfaitement dans le paysage. Celle-ci aussi a été achetée en sortie de grange en 2004. Elle a été retapée entièrement en 2020 ! Ce modèle entrée de gamme, qui ne possède aucune option à part un seul et unique pare-soleil ( !), a été achetée à une grand-mère euroise. Le véhicule provenait de la concession Simca de L’Aigle (Orne).A l’abri dans son écrin, garage pardon, une Vedette Régence de 1956. Elle a été conçue d’après les lignes des emblématiques Américaines Ford des années 50 (la firme française a acquis, en 1954, l’usine de Poissy dans les Yvelines qui produisait quelques années plus tôt les modèles Ford Vedette) et badgée Simca.La dernière merveille de l’expert est une 1301 GL crème. Cette milieu de gamme de 1966 est plus évoluée que ses grandes sœurs. « Elle possède des trains roulants plus modernes et un système de freinage avant à disque. Auparavant les véhicules étaient dotés de tambours. Le centre de gravité est plus bas. Vous avez moins la sensation d’être dans un paquebot ! ». Son coffre immense de gangster aura pu plaire à Mesrine ! Aujourd’hui, les passionnés de la marque emblématique se rassemblent à travers la France pour partager leurs expériences et leurs dernières trouvailles. 
* Sur la route.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole