Aller au contenu principal

Réagir, c’est aussi rebondir

Réunis en session le 24 juin dernier, les élus de la Chambre régionale d’agriculture de Normandie (Cran) ont porté un focus sur Réagir, dispositif d’aides aux agriculteurs fragilisés. « Réagir, c’est aussi rebondir », a positivé Jérôme Nury, député de l’Orne. 

« C’est un dispositif qui a tout notre soutien, s’est voulu rassurant Jérôme Nury, député de l’Orne, au nom des cinq exécutifs départementaux de Normandie. Mais Réagir, c’est aussi rebondir. Il faut peut-être parfois repenser l’exploitation pour rester dans cette belle profession. La loi Notre a enlevé l’agriculture aux Départements, mais l’agriculture est une vraie richesse pour nos territoires. Nous sommes fiers de cette action et vous pourrez toujours compter sur nous ».

Auparavant, Sébastien Windsor, président de la Cran, a insisté sur le contexte. « On vit dans un monde où les incertitudes ont été décuplées. Des situations inextricables peuvent apparaître ici ou là, combinant difficultés financières et difficultés psychologiques. On est là pour apporter des solutions en réagissant au plus vite, mais l’étape la plus difficile, c’est d’aller sonner à la porte de la cellule »

« Réagir bénéficie du soutien des collectivités territoriales, mais également d’acteurs du monde agricole comme les entrepreneurs de travaux agricoles qui peuvent servir de sentinelle. « Je prends le café avec trois agriculteurs par jour », a fait remarquer le patron des ETA de Normandie.

313 exploitations accompagnées

Réagir, ce sont quatre cellules (Orne, Manche, Calvados, Eure/Seine-Maritime), 37 partenaires, 17 collaborateurs à temps plein auxquels il faut ajouter 30 conseillers Chambre d’agriculture. Des femmes et des hommes au service de 313 exploitations accompagnées à ce jour « mais le chiffre ne fait qu’augmenter avec notamment des jeunes qui ont moins de cinq ans d’installation », précise Mireille Lamy-Cadiou (27-76). Les secteurs du maraîchage et du cheval semblent particulièrement touchés. « La crise qui nous arrive va mettre en difficulté des agriculteurs qui n’ont jamais connu auparavant de problèmes de trésorerie », craint Sylviane Pralus, présidente de la MSA Côtes Normandes. Dans ce contexte de lutte contre le mal-être agricole et « où l’agribashing a fait beaucoup de mal », a souligné Sébastien Windsor, le réseau des Chambres d’agriculture fait front commun sous une bannière unique, Réagir. L’objectif est de créer un affichage partagé qui donne de la visibilité aux actions de proximité portées par ces cellules départementales avec le soutien de partenaires locaux, au premier rang desquels les Départements.

Accompagner des agriculteurs fragilisés, tel est le mot d’ordre de Réagir. « La parole doit se libérer autour des difficultés rencontrées par les exploitants. Dans un contexte de plus en plus anxiogène, les causes de détresse sont multiples : difficultés économiques, aléas climatiques, problème de santé mentale ou physique, crises sanitaires, instabilité du revenu, accident de la vie. Passer au-delà des tabous est essentiel. La honte retarde trop souvent la demande d’aide et ampute les chances de succès tant dans le redressement de l’exploitation que la résolution de problèmes techniques ou la reconquête de confiance en soi ».

Une solide expertise

Réagir s’appuie sur trois leviers d’actions : l’entreprise, le technique et l’humain. Depuis leur création, elles accompagnent les agriculteurs fragilisés au niveau local. Grâce à l’expertise variée des différents acteurs, le soutien se traduit par des conseils techniques ou économiques, des diagnostics et une mise en réseau avec l’ensemble des partenaires de l’exploitation : fournisseurs, banques, cabinets de gestion, coopératives... •

Une hausse de la TATFNB

Réunis en session le 24 juin dernier, les élus de la Chambre régionale d’agriculture de Normandie (Cran)  ont porté un focus sur Réagir, dispositif d’aides aux agriculteurs fragilisés. « Réagir, c’est aussi rebondir »,  a positivé Jérôme Nury, député de l’Orne.

 

À l’occasion de la Convention des Chambres d’agriculture le 28 juin, le président de Chambres d’agriculture France a demandé une hausse de la TATFNB, la taxe affectée au financement du réseau consulaire, qui représente plus d’un tiers de son budget. Cette demande fait suite à l’annonce toute récente d’une augmentation de 2,75 % du point d’indice des salariés du réseau à partir de juillet, pour faire face à l’inflation. 
« Ce n’est pas facile, car nous n’avons pas le revenu en place », a expliqué Sébastien Windsor, alertant d’un risque d’augmentation des prestations payantes en l’absence de hausse de la TATFNB. Présent lors de la convention, le ministre de l’Agriculture a pris note de la demande du réseau, sans y répondre pour l’instant. En novembre dernier, les Chambres d’agriculture et leur ministère de tutelle avaient signé un Contrat d’objectifs et de performance pour la période 2019-2025, incluant un engagement de l’État à « défendre le principe d’une stabilité » de la TATFNB sur cette période. Une bonne initiative, a souligné le nouveau ministre Marc Fesneau. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole