Aller au contenu principal

À Rainfreville, des fabricants de balais en paille de sorgho

Marie-Laure et Arnaud Gabriel sont les seuls balaitiers en France à fabriquer des balais en paille de sorgho colorée.

file-alt-63223
Marie-Laure et Arnaud Gabriel perpétuent aujourd’hui un savoir-faire artisanal qualifié d’art rare de France.
© Catherine Hennebert

Marie-Laure et Arnaud Gabriel ont fait une reconversion professionnelle originale. Ils sont devenus balaitiers, reconnus comme artisans d’art rare de France.
Ils ont installé leur atelier à Rainfreville depuis le mois de janvier et y fabriquent des balais en paille de sorgho selon un savoir-faire artisanal très ancien.
Le couple dirigeait une entreprise de location de matériel de travaux publics avant de décider de changer de vie. «  Nous voulions revenir à une activité de production locale, perpétuer un savoir-faire et concilier création artistique et objet utilitaire », explique Marie-Laure.
 

Fabriquer un objet utile et beau

Il n’existe plus que deux balaitiers en France. La particularité des balais fabriqués par le couple normand est l’apport de couleur, l’originalité, la diversité des formes, la modernisation de cet outil dédié aux tâches ménagères que l’on cache souvent dans un placard. Ainsi, grâce à Marie-Laure et Arnaud, cet objet du quotidien solide et efficace devient beau.
Dans leur atelier, la paille de sorgho est partout, naturelle et colorée par leurs soins, avec des teintures naturelles. À l’avenir, Marie-Laure souhaite fabriquer ses propres couleurs avec des plantes tinctoriales.
La paille de sorgho était jusqu’alors achetée mais leur première récolte qui s’est déroulée début octobre sur une parcelle située à Saint-Aubin-sur-Mer, leur permettra d’utiliser leur propre paille.

Récolte et préparation

L’aventure a commencé par leur rencontre avec Didier Dussère, près d’Uzès (30), qui a fabriqué des balais durant 45 ans. « Nous avons acheté ses machines qui sont uniques en France, la monteuse Arnoux, l’habilleuse et la presse à balai, la fileuse et il nous a transmis son savoir-faire », explique Arnaud.
L’originalité et l’esthétisme de ces balais normands ont rapidement connu un gros succès auprès des boutiques parisiennes mais le couple souhaite préserver une production artisanale et envisage un développement plutôt écoresponsable. « Nous voulons rester sur de petites quantités en privilégiant la qualité et l’originalité de notre produit ».
Leur atelier se visite sur rendez-vous. Marie-Laure et Arnaud prennent le temps d’y expliquer les différentes étapes de la fabrication : la construction de l’âme du balai, c’est-à-dire sa structure, puis sa couverture. C’est à cette étape que les balaitiers choisissent les couleurs de leur paille, selon leurs envies et leur sensibilité du moment. La plupart des balais sont cousus à la main, à l’aide d’une presse.
Les artisans proposent également une fabrication sur mesure : il suffit de choisir la couleur du fil, les couleurs de la paille et le type de balai. Mais il est aussi possible de venir y fabriquer son propre balai. L’expérience est à vivre au sein de l’atelier où, durant plus d’une heure, chacun aura à sa disposition les outils nécessaires pour le concevoir et découvrir l’histoire de l’origine des balais en France. •
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole