Aller au contenu principal

Porc : une stratégie collective pour maintenir l'élevage

L'interprofession s'est fixée pour objectif de préserver l'autosuffisance de la production française à l'horizon 2035. Parmi les moyens : en finir avec l'empilement des normes et faciliter les transmissions et reprises d'élevage.

La lutte contre l'accumulation des normes et leur surtransposition par la France est clairement la priorité de la filière porcine.
La lutte contre l'accumulation des normes et leur surtransposition par la France est clairement la priorité de la filière porcine.
© IStock

La filière porcine n'est pas épargnée par la perspective d'un décrochage historique. " La décapitalisation en cours est dramatique et reflète un découragement des éleveurs face au mur des contraintes à respecter ", a expliqué Philippe Bizien, le président de l'interprofession nationale porcine (Inaporc) lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Paris le 1er février sur fond de crise agricole. " Une situation qui n'est en rien liée à la conjoncture ", a souligné l'éleveur breton, l'année 2023 s'étant montrée favorable aux producteurs, avec des prix en hausse d'environ 10 % sur un an. La déprise actuelle est bien liée " à l'impossibilité pour les éleveurs d'investir sur leur élevage ou lors de la reprise d'élevages exploitants qui cessent leur activité ", a poursuivi Philippe Bizien, qui a fustigé notamment " les recours systématiques " devant les tribunaux administratifs. La lutte contre l'accumulation des normes et leur surtransposition par la France est clairement la priorité de la filière porcine. Ses dirigeants réclament en particulier la réduction des délais d'instruction des dossiers administratifs, qu'il s'agisse de bâtiments ou de méthaniseurs, l'harmonisation des seuils d'évaluation environnementale avec les seuils européens ou encore la réduction des délais de recours contre les décisions ICPE*.

Le vice-président d'Inaporc François Valy a insisté une nouvelle fois sur le récent accord relatif à la directive sur les émissions industrielles (IED) qui pourrait voir le nombre d'élevages concernés " multiplié par quatre ou cinq " si celle-ci était adoptée en l'état.

Préserver l'autosuffisance

Pourtant, les besoins en investissement sont aujourd'hui très importants, ont relevé les dirigeants de l'interprofession, avec des bâtiments dont la moyenne d'âge avoisine les 25 ans. " Pourquoi empêcher un éleveur d'agrandir sa porcherie alors même que cet agrandissement est indispensable pour répondre aux attentes sociétales en matière de bien-être animal (plus de place pour les animaux) et en matière environnementale, via une meilleure gestion des effluents ", s'est interrogé Philippe Bizien. À elle seule, la généralisation de la mise en place des cases "liberté" pour les truies réclamerait de mobiliser au minimum 2 milliards d'euros, estime l'interprofession. Les contraintes administratives et la surtransposition des normes menacent également la nécessaire transmission des entreprises, dans un contexte de vieillissement des éleveurs, dont un tiers a plus de 55 ans.

Pour sortir de l'impasse actuelle, l'interprofession a initié ces derniers mois une démarche de responsabilité sociétale (RSO) afin de définir la stratégie à même de préserver d'ici 2035 l'autosuffisance du secteur aujourd'hui menacée. " Ce taux ne cesse de se dégrader ces dernières années ", a observé Anne Richard, la directrice d'Inaporc. " Il est passé de 103 % en 2022 à 101,8 % en 2023 ". Après une diminution de la production de près de 2,2 % en 2022, les abattages ont à nouveau fondu en 2023 de 4,8 %, pour environ 22 millions de porcs. Issue d'une vaste consultation au cours de laquelle plus de 200 acteurs régionaux ont pu exprimer leur avis, la stratégie de l'interprofession " identifiera les pratiques déjà vertueuses pour engager la filière sur des pistes d'amélioration tangibles et établir un dialogue constructif avec les parties prenantes externes ". Articulée autour de cinq grands axes (social, économique, environnemental, sanitaire et bien-être animal), la stratégie sera dévoilée dans le détail lors de l'assemblée générale d'Inaporc, le 12 juin prochain à Angers (49). •

 

(*) ICPE : Installations classées protection de l'environnement 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole