Aller au contenu principal

« Parce que l’élevage est en danger »

Avec les associations spécialisées d’éleveurs de ruminants (Fédération nationale bovine, Fédération nationale ovine, Fédération nationale des éleveurs caprins), la Fédération nationale des producteurs de lait a publié récemment un manifeste en faveur de l’élevage. Daniel Courval, président de la section viande bovine de la FRSEA Normandie, explique les raisons de sa publication.

Daniel Courval, président de la section viande bovine de la FRSEA Normandie.
© FRSEA

Vous avez publié un manifeste pour la défense de l’élevage. Quel est le but ? 

Le but de notre manifeste est d’alerter les élus et l’opinion publique. Nous proposons aux élus d’en prendre connaissance et d’exprimer leur soutien en y apposant leur signature. Car l’élevage français va mal, notre activité est en danger. Pourtant, nos produits connaissent des prix élevés depuis plusieurs mois. Ils se rapprochent de nos coûts de production. Il était plus que temps que notre travail soit enfin reconnu mais malgré cela, nous perdons des volumes de production et des producteurs. C’est le signe que l’aspect économique ne règle pas le problème en quelques mois. Pour être attractif, un métier doit procurer un épanouissement, des conditions de vie et de travail sur plusieurs années. 

Et pourquoi maintenant ?

Nous le publions maintenant parce qu’après y avoir travaillé pendant quelques semaines, le document est prêt et validé par nos partenaires des autres filières de ruminants. Et puis parce que malgré la sympathie que l’élevage suscite dans l’opinion publique, il n’y a qu’à voir l’engouement pour le hall 1 du Salon de l’agriculture, l’élevage est attaqué. Il est attaqué par ceux qui s’opposent à la notion même d’élevage au nom de l’antispécisme, par ceux qui prétextent la protection de l’environnement, par ceux qui font de l’élevage une des causes du réchauffement climatique, y compris des institutions inattendues comme la Cour des comptes et malgré la baisse continue de 25 % du cheptel bovin depuis 40 ans. Et même si ces positions sont infondées techniquement et scientifiquement, elles circulent, elles sont relayées abondamment et les élus en tiennent compte dans leurs décisions. D’autre part, les projets de construction, de modernisation ou d’extension d’élevage suscitent trop souvent des oppositions locales. Les exemples sont légion. [...]. Les gens veulent bien des éleveurs mais pas de leurs élevages.

L’élevage a aussi des conséquences négatives qu’on ne peut pas nier.

Il n’est pas question de nier quoi que ce soit, il s’agit de lister les bénéfices et les risques. Parce que l’on ne parle jamais des apports de l’élevage. On veut des prairies mais qu’en fera-ton sans élevage de ruminants qui sont les seuls à pouvoir valoriser l’herbe ? Nous avons de vastes étendues de prairies permanentes, non labourables, qui va les entretenir sans ruminants ? On veut garder des prairies pour stocker du carbone dans le sol, mais on ne fera pas de nos champs d’immenses pelouses sur lesquels on passera la tondeuse, il faut des animaux. On veut des engrais naturels mais on les produit comment sans la digestion des animaux ? Quant au bocage, on voit ce qu’il devient là où l’élevage disparaît. Ce sont tous ces apports que la société doit prendre en compte, pas seulement quelques désagréments ou quelques réglementations mal appliquées.

Vous ne parlez pas du bien-être animal ?

Non parce que nous n’avons pas à rougir sur le bien-être animal. Quand j’entends qu’un abattoir clandestin abritait 40 moutons dans 12 m2, je n’entends pas les animalistes s’offusquer ni porter plainte. Et quand je vois certaines affiches dans le métro plaignant les conditions de transport des animaux, je pense que ceux qui regardent ces affiches devraient s’interroger sur la manière dont ils sont eux-mêmes transportés.

Et puis il y a l’Europe qui légifère beaucoup sur ces sujets.

Oui, l’UE a adopté son “Pacte vert” et ce qui semblait un peu abstrait devient de plus en plus concret. Actuellement, deux textes sur la restauration de la biodiversité et sur les IED (voir ci-dessus), auxquelles sont assimilées les émissions agricoles, ont été débattus au Parlement et feront l’objet d’une négociation Commission-Parlement-Conseil des ministres. Ils auront des conséquences agricoles importantes. Je pense notamment à la directive sur les émissions industrielles qui veut soumettre au régime d’autorisation des installations classées les élevages de plus de 200 UGB. Cela va alourdir les procédures, renchérir les coûts et décourager les éleveurs. On veut de l’élevage mais on fait tout ce qu’il faut pour décourager les éleveurs. Un élevage sans éleveur, est-ce que veut la société ? En tout cas, ce n’est pas notre projet. • 
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Frédéric Van Gansberghe, président de Futerro, et Olivier Leducq, directeur général de l'usine Tereos de Lillebonne, lors de la signature du partenariat le 11 avril à Gruchet-le-Valasse.
Tereos : ouverture d'un marché de 150 000 tonnes de dextrose par an

Le groupe coopératif a conclu le 11 avril un partenariat avec l'industriel belge Futerro qui doit ouvrir son usine de…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Donner de la lisibilité aux producteurs bio était l'objectif de la journée.
Porter collectivement des pistes pour améliorer la situation du bio

La Chambre d'agriculture a organisé une journée spéciale le 12 avril au lycée agricole d'Yvetot pour donner des perspectives…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole