Aller au contenu principal

Mobilisations : comme une traînée de poudre...

Malgré les premières annonces, la pression syndicale n’est pas retombée et s’est même accentuée ces derniers jours. Déterminés et combatifs, les agriculteurs seinomarins ont multiplié les actions. La semaine en images alors que de nouvelles mobilisations se préparent.

Objectif, maintenir la pression partout, et en installant le mouvement dans la durée. Voilà ce qui a motivé les actions des réseaux FNSEA 76 et JA 76 ces derniers jours. 
Après des actions réussies à Rouen et Le Havre, les agriculteurs en colère se sont rassemblés mercredi 24 janvier. D’abord sur les ponts de Tancarville et Brotonne. Les barrages filtrants, installés en début de soirée, ont permis de réaliser des opérations de contrôle des camions. Plusieurs camions ont ainsi été ouverts. À chaque fois, les produits étrangers sortis des camions ont été offerts à des associations caritatives. Les barrages ont été levés au petit matin.

Autre lieu, autre action

Pendant que leurs collègues s’occupaient des ponts, une centaine de personnes et 50 tracteurs prenaient possession de l’A28, au nord de Rouen, dès mercredi 24 janvier et jusqu’au vendredi 26 janvier à 18 h. Les agriculteurs installés sur la chaussée, provoquant quelques difficultés de circulation en amont, en ont profité pour mener des opérations de contrôle des marchandises sur le rond-point du Moulin d’Écalles. Là encore, les produits importés ont été donnés. Le blocage de l’A28 a été levé le vendredi soir, pendant l’allocution du Premier ministre. 

Bienvenue en Absurdie

À Dieppe, tracteurs et agriculteurs se sont rassemblés devant la sous-préfecture le jeudi 25 janvier. Franck Grémont, membre du bureau de la FNSEA 76, après avoir accueilli la centaine d’agriculteurs, leur a demandé de « noter, sur un bout de papier, [leurs] trois principales revendications ». Toutes ont été remises au sous-préfet, lors de l’échange auquel a assisté aussi le député Sébastien Jumel. Si les discussions avaient pour ambition de partager la colère agricole, Franck Grémont a demandé au sous-préfet de marquer du tampon de la sous-préfecture, chaque revendication exprimée par les manifestants. Cette action symbolique a permis de montrer à quel point la suradministration pouvait être pesante. Au Havre, quelques jours après l’action sur les ponts, les agriculteurs ont aussi eu un échange avec le sous-préfet. Il s’est lui aussi plié à la demande des agriculteurs de marquer du sceau de la république, les attentes paysannes. 

En attendant la suite

Cette série d’actions, qui a vu un nombre important de manifestants, a connu une pause dans le week-end, le temps d’analyser les annonces gouvernementales et d’élaborer la stratégie syndicale. Car si chacun reconnaissait quelques « annonces intéressantes », tous admettaient aussi qu’il fallait maintenir la pression. « Il y a encore trop de manques, ne serait-ce que sur la jachère, sur le sort des prairies, sur la surtransposition environnementale et sur l’élevage », insistait Bruno Ledru, président de la FNSEA 76 en invitant les adhérents des deux réseaux à rester mobilisés. Rapidement, et dès lundi 29 janvier, des actions ont été menées, dans la grande distribution d’abord. Plusieurs enseignes ont ainsi été visitées pour contrôler l’origine des produits. Ces rencontres ont permis d’échanger avec les directeurs et parfois, d’aller un peu plus loin quand l’enseigne ne joue clairement pas le jeu. Mardi, plus de 100 agriculteurs et une soixantaine de tracteurs se sont rassemblés sur l’A28, au nord de Neufchâtel, pour une opération escargot et un court blocage de la circulation dans les deux sens pendant quelques heures. Enfin, une trentaine d’agriculteurs a rallié le blocage de l’A13, aux portes de Paris, installé par la FNSEA Grand Bassin Parisien. La pression syndicale reste forte, en espérant cette fois que les annonces du gouvernement répondent aux attentes, exprimées vivement dans le département comme ailleurs.•

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

La tonte de Rumba à quelques jours du concours.
Pas moins de cinq vaches laitières pour Coralie Aupert

À tout juste 22 ans, la jeune femme se présente pour la seconde fois au concours interdépartemental de la race prim’holstein…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole