Aller au contenu principal

Maschio Gaspardo : Des bineuses simples et robustes, mais intelligentes

Le constructeur italien ne produit pour l’instant que des bineuses pour des cultures à grand écartement, semées avec un semoir monograines (betteraves, maïs, tournesol et même colza), mais il propose une interface intelligente et connectée pour une qualité de travail optimale.

Le tout nouveau système Culticam MK4HD sera monté sur une bineuse pour un travail de précision.
© Maschio Gaspardo

« Nos bineuses de la série HS sont repliables hydrauliquement pour le transport, ce qui permet de les décliner dans des largeurs de 6 à 18 rangs et des écartements entre rangs de 45 à 75 cm selon les modèles, précise Julien Bauer, chef de produit marketing chez Maschio Gaspardo France. Sur le châssis, plusieurs éléments sont adaptables et c’est le client qui choisit en fonction de ses types de terre et ses cultures, cinq pour des écartements larges, trois pour des réduits. » Ces éléments comprennent des dents flexibles et des éléments protecteurs des plantes, des disques ou des planches au choix, qui évitent que la terre déplacée par les dents ne vienne recouvrir les plantules.

Options

L’utilisation de la bineuse est devenue fondamentale dans les itinéraires culturaux, que ce soit en agriculture biologique ou en conventionnel. Avec la réduction de l’usage des produits phytosanitaires, le désherbage mécanique est un des recours possibles contre les adventices. « Pour optimiser l’usage de la bineuse, nous proposons en option d’y adjoindre une trémie en inox de 950 litres pour que l’agriculteur puisse épandre de l’engrais solide en même temps qu’il bine. L’inox résiste à la corrosion et la trémie existe en version frontale d’une capacité de 1 100 litres avec entraînement de la turbine par moteur hydraulique. Elle peut aussi être accouplée à un semoir », précise le responsable.
Mais le plus que propose le constructeur italien est un système de guidage, une interface entre le tracteur et la bineuse, montée par un double attelage en trois points à l’avant vers le tracteur et à l’arrière vers la bineuse. Ce système, baptisé Culticam MK4HD, guide la bineuse dans la translation latérale qu’elle doit effectuer pour rester parfaitement dans le rang, sans abîmer la culture en place. 
Ce système est équipé de caméras qui reconnaissent les différentes couleurs, dont celle de la culture lorsqu’elle est peu développée. Pour des cultures plus avancées dans leur cycle végétatif, Maschio Gaspardo propose l’ajout de palpeurs qui vont repérer la culture à conserver et les adventices à détruire.
« La nouvelle caméra verticale est capable de distinguer plusieurs nuances de vert dont celle de la culture. Le réglage se fait grâce à un boîtier en cabine », assure Julien Bauer. Elle repère l’interrang, la distance entre chaque pied sur la ligne semée et la hauteur de la plante. Son support est réglable avec deux hauteurs et trois angles possibles. Ainsi, jusqu’à 30 cm de haut, la caméra est capable de reconnaître un maïs. Au-delà, la tige de la culture doit être suffisamment rigide pour entrer en contact avec les palpeurs de guidage. 
Les données recueillies par la caméra et les palpeurs sont traitées et transmises via le bus CAN vers l’unité de contrôle (module CME) qui va entraîner le déplacement adapté et fluide de la bineuse via un vérin hydraulique. 
Ce système de guidage est vendu indépendamment de la bineuse et peut être adapté sur les modèles des autres marques de bineuses. « Avec les aides du plan de relance France 2030, nous avons connu une forte croissance des ventes vers des exploitations ou des entreprises de travaux agricoles car cette interface remplace le salarié précédemment installé à l’arrière de la bineuse il y a quelques années. Grâce à l’intelligence artificielle, la machine va se régler elle-même et effectuer un travail de meilleure qualité qu’un homme ne ferait », conclut Julien Bauer. •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole