Aller au contenu principal

Lubrizol, patience et impatience.

file-alt-63843
© L.S.

Une semaine s’est écoulée depuis l’incendie de Lubrizol. Sans relâche, la profession s’est mobilisée pour défendre les intérêts du millier de producteurs, caractérisés dans cette affaire, de « victimes » par le ministre de l’Agriculture lui-même.

Dans un communiqué, la FNSEA 76 rappelle que "depuis le début et en responsabilité, nous soutenons le principe de précaution concrétisé par l’arrêté préfectoral. Notre ambition reste de fournir à nos clients, aux citoyens, une alimentation saine et de qualité. Rien ne nous écarte de cet objectif.En responsabilité, les producteurs de denrées périssables (lait, oeuf, légumes, …) jettent tous les jours leurs productions. A titre d’exemple, plus de 500 000 litres de lait sont détruits quotidiennement.En responsabilité, les récoltes de fourrages sont consignées alors même que certains éleveurs manquent de fourrages pour nourrir leurs animaux. En responsabilité, les transformateurs et vendeurs directs orientent vers d’autres fournisseurs leurs clients en attendant des jours meilleurs."

Elle ajoute qu'elle attend en retour, "que l’Etat prenne ses responsabilités : D’abord en assurant aux victimes que nous sommes et sur ses propres fonds, une complète indemnisation des pertes subies. Les agriculteurs ne comprendraient pas d’être abandonnés par l’Etat. Ensuite, en garantissant une juste interprétation des analyses réalisées depuis l’incident. Nous faisons confiance, sur ce dossier comme sur d’autres, aux laboratoires et aux agences sanitaires missionnées pour faire la lumière sur les retombées de Lubrizol. Nous attendrons de l’Etat, transparence et vérité dans la communication à venir. Nous avons pris acte du maintien des restrictions jusqu’au 11 octobre, dans l’attente des résultats d’analyses complémentaires.Plus de 200 exploitants ont assisté aux réunions d’information organisées par la profession en milieu de semaine.Ils attentent une réponse adaptée de l’Etat à cette crise, exceptionnelle et que nous espérons tous, unique."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole