Aller au contenu principal

Le syndicalisme agricole, un modèle de corps intermédiaire ?

Alors que le mouvement des gilets jaunes poursuit tous les week-ends ses manifestations pour se faire entendre du gouvernement, la FNSEA a soulevé lors de son congrès la question de l’importance des corps intermédiaires dans la concertation et l’élaboration des décisions publiques, rôle que le syndicat exerce au quotidien au sein du monde agricole.

S’il y a eu compréhension du monde agricole vis-à-vis du mouvement des gilets jaunes, avec des problématiques proches, pour les agriculteurs, de celles des habitants de la ruralité, « la structuration d’un réseau terrain, qui porte les dossiers, a pu remplacer le mouvement », explique Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, lors de la table-ronde sur les corps intermédiaires organisée par la FNSEA le 27 mars, à l’occasion de son congrès annuel, à Nancy. Cette structuration avait d’ailleurs permis « au syndicalisme d’obtenir certaines choses, comme l’exonération du gasoil », rappelle Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint.
Parallèlement, les gens qui viennent manifester tous les samedis « n’ont pas de culture syndicale », explique le sociologue Jérôme Fourquet. La part des primo-manifestants y est importante, et la défiance à l’égard du pouvoir en place est extrêmement forte. Et c’est la non structuration de ce mouvement qui rend difficile la sortie de crise pour le gouvernement, quand le syndicalisme sait initier les actions, mais aussi y mettre fin aux actions, après avoir obtenu des avancées.

Débattre pour décider
Car le rôle des corps intermédiaire, c’est avant tout débattre pour porter ensuite une position commune. « Dans notre structure, on a un débat, on défend une unité avec de multiples différences », souligne Eric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA. « Le sens de la délibération, ce n’est pas le bavardage, c’est la discussion avant et pour la décision », rappelle de son côté le philosophe Pierre-Henri Tavoillot. Ce que le syndicalisme agricole a bien compris :
« nous faisons notre grand débat permanent, nous portons et assumons la délégation, et c’est comme ça que nous avons gagné », rappelle Christiane Lambert, présidente de la FNSEA.
« Les gens ont découvert sur les ronds-points ce qu’on a dans nos réunions locales », poursuit-elle. Mais si le monde agricole peut à ce niveau être considéré comme un exemple de représentativité et de participation, les corps intermédiaires sont clairement en perte de vitesse dans la majorité des autres secteurs, ignorés par Emmanuel Macron, et jugés éloignés de la société. Leur rôle est donc de se renouveler pour mieux répondre aux préoccupations actuelles. Pour apporter ses solutions à la crise actuelle, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a « mis en place une commission temporaire enrichie par l’apport de citoyens tirés au sort, pour proposer des solutions sur le sujet de la fracture et de la transition », explique Michel Chassang, président de cette commission temporaire au Cese.
Pour Pierre-Henri Tavoillot, il faut cependant rester vigilant : « je suis un peu réticent à l’égard du participatif…Il faut des médiateurs : journalistes, corps intermédiaires… », insiste-t-il. Si le monde agricole reste encore très attaché aux corps intermédiaires et reconnait leur efficacité, la participation aux élections chambres d’agriculture était en baisse de près de 10 points cette année. Tout l’enjeu de cette mandature sera donc de valoriser encore plus la discussion, l’explication, et les débats sur le terrain… •

 

Pas d’annonce significative du ministre
Didier Guillaume a réussi l’exploit de laisser une impression de concorde en ne faisant aucune annonce significative en faveur de la FNSEA lors de ce congrès. Des mesures étaient par exemple attendues concernant le financement du stockage de l’eau par les agences de l’eau « au-delà des volumes de substitution », a rappelé Christiane Lambert. De même, le syndicat attendait que le ministre annonce des mesures correctives concernant le biométhane, après la déception du secteur à l’issue de la présentation du projet de nouvelle programmation pluriannuelle de l’énergie. De même, il a été interrogé par Christiane Lambert sur un supposé projet gouvernemental de « publier les quantités de glyphosate utilisées selon le code postal ». Silence radio.

Le ressenti de la délégation seinomarine
La FNSEA réunissait ses délégués en congrès la semaine dernière à Nancy (54). Après la séance à huis clos, le congrès s’est ouvert sur la présentation du rapport d’activité. Il a aussi donné lieu à deux tables-rondes : l’une sur l’Europe dans le contexte des élections européennes et du Brexit, l’autre sur la place des corps intermédiaires à la lumière du débat porté par le mouvement des gilets jaunes. La séance de clôture a donné lieu à un discours de la présidente Christiane Lambert, avant la conclusion de Didier Guillaume, ministre de l’agriculture. Patrice Faucon conduisait sa délégation départementale. « J’ai trouvé Michel Barnier comme à son habitude très clair, très droit dans ses baskets en ayant des propos réalistes sur le Brexit. Aujourd’hui rien n’est fait. On ne sait pas s’ils restent, s’ils sortent. Les autres intervenants étaient aussi très brillants, notamment le philosophe Pierre-Henri Tavoillot. Il a une analyse assez bonne sur ce que l’on ressent sur les gilets jaunes. Avec le représentant de la CPME, François Asselin, très syndical, surprenant, on voit que les problématiques se rapprochent entre l’agriculture et le monde des petites et moyennes entreprises. Je suis d’accord avec le philosophe  : la démocratie participative fait que ce sont les minorités qui gèrent »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole