Aller au contenu principal

Le projet RTE des boucles de la Seine questionne la profession

Dans le cadre de la concertation du projet de transition énergétique des boucles de la Seine, Réseau de transport d'électricité (RTE) a organisé une réunion d'échange avec le monde agricole le jeudi 21 décembre à la Frénaye.

Carte des fuseaux en études.
© RTE

" Pour réussir la transition énergétique et atteindre l'objectif de neutralité carbone en 2050, fixé par le gouvernement français, il est nécessaire de remplacer les énergies émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz) par de l'électricité produite sans CO2. Cette évolution majeure appelée 'électrification des usages' concerne tous les domaines et notamment les activités industrielles. Cela suppose de développer, dès à présent, des moyens de production d'électricité décarbonée comme les énergies renouvelables et le nucléaire mais également les infrastructures nécessaires pour faire transiter davantage d'électricité. Comme d'autres territoires français, la Région Normandie est au cœur de ces enjeux. En effet, d'ici 2050, ses besoins en électricité vont augmenter de 50 % en contrepartie d'une baisse de la consommation d'énergies fossiles. " C'est en ces termes que Benoît Facq, directeur du projet chez RTE, a introduit et justifié la création d'une ligne aérienne de 400 000 volts d'environ 30 km entre Rougemontiers (27) et la zone industrielle de Port-Jérôme (76). Complétée par une ligne souterraine de 225 000 volts d'environ 25 km entre les zones industrielles de Port-Jérôme et du Havre, ainsi que par la construction de trois postes électriques de 225 000 à 400 000 volts dans les zones industrielles de Port-Jérôme et du Havre.

Forte pression foncière

Comme l'impose la loi, le porteur de projet – RTE – se doit d'informer et échanger avec les acteurs du territoire jusqu'au 19 janvier. Un atelier dédié au monde agricole s'est déroulé à la salle des mariages de la Frénaye le 21 décembre dernier. À cette occasion, la vingtaine d'exploitants présents ont exprimé leurs inquiétudes tant sur les projets de fuseaux présentés que sur les études d'impacts environnementales. " Ces projets, sans remettre en cause la nécessité, ajoute de la pression foncière sur le secteur pour le développement de l'industrie. Nous aussi (les exploitations agricoles), nous avons le droit de vivre et de nous développer ", a souligné Germain Trouvay, agriculteur à Saint-Jean-de-Folleville, qui subit déjà sur son exploitation le développement de la communauté de communes par la perte régulière de surface d'exploitation. De plus, même si les porteurs de projet doivent éviter, réduire et en dernier recours compenser l'impact environnemental de tel projet, Sébastien Levasseur, représentant de la Chambre d'agriculture de Seine-Maritime, a fait part de son mécontentement en constatant que c'est " toujours l'agriculture qui subit la double peine ", ajoutant que " sur des territoires comme celui-ci, il n'est pas nécessaire d'augmenter la pression ".•

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole