Aller au contenu principal

Formation
La formation professionnelle : une coconstruction gagnante pour l’entreprise et le salarié

L’entretien professionnel est un outil indispensable pour la gestion prévisionnelle des emplois et compétences dans les entreprises, et un moyen d’évolution professionnelle pour les salariés. Décryptage.

L’entretien professionnel est un moment privilégié au cours duquel l’employeur et le salarié échangent ensemble sur les possibilités d’évolution de ce dernier et ses besoins en formation, en adéquation avec la stratégie de l’entreprise.
de quoi parle-t-on ?
L’employeur doit veiller à l’adaptation de ses collaborateurs à leur poste de travail ainsi qu’au maintien de leur employabilité. Selon le Code du travail, chaque salarié doit donc impérativement bénéficier d’un entretien professionnel.
L’entretien professionnel est obligatoire. Il se déroule a minima tous les deux ans entre le salarié et l’employeur. Contrairement à l’entretien annuel d’évaluation, il ne s’agit pas de parler de l’atteinte des objectifs ou de la performance du collaborateur, mais de construire son projet professionnel.
Cet entretien permet de repérer le ou les salariés qui pourraient et souhaiteraient évoluer dans leur poste, tant dans leur intérêt, que dans celui de l’entreprise.
Il permet d’accompagner chaque collaborateur dans ses perspectives d’évolution professionnelle (qualifications, changement de poste, promotion…) et d’identifier les formations qui peuvent y contribuer, et ce, en adéquation avec la stratégie de développement de l’entreprise.
Tous les salariés sont-ils concernés ?
L’entretien s’adresse à tous les salariés ayant au moins deux ans d’ancienneté :
- quelle que soit leur catégorie professionnelle (cadre, agent de maîtrise, technicien, employé, ouvrier) ;
- quel que soit leur type de contrat (CDI, CDD, alternance) ; les salariés en contrat d’apprentissage et en contrat de professionnalisation sont donc concernés, contrairement aux intérimaires, puisque votre entreprise n’est pas leur employeur direct ;
- quel que soit leur temps de travail (temps partiel ou temps plein).
tous les deux ans
L’employeur organise tous les deux ans un entretien professionnel et définit ainsi les possibles évolutions professionnelles du collaborateur et propose des formations qui vont lui permettre de maîtriser son évolution, particulièrement en termes de qualifications et d’emploi. Le salarié est tout aussi acteur de son évolution professionnelle et doit de son côté préparer son entretien en exprimant ses souhaits d’évolutions de carrière et/ou de compétences.
Employeur, vous devez donc adresser au salarié une convocation préalablement à l’entretien, qui précise la date, l’heure et le lieu de l’entretien. Dans l’idéal vous partagez votre trame d’entretien pour que le salarié en prenne connaissance. L’entretien professionnel doit impérativement se dérouler pendant les heures de travail effectives et dans les locaux de l’entreprise.
L’employeur définit le contenu de l’entretien en fonction des orientations stratégiques de l’entreprise, comme par exemple :
- un bilan du parcours professionnel du salarié avant et depuis son entrée dans l’entreprise, avec un état des lieux des compétences par rapport au poste et des formations suivies ;
- l’identification des besoins de l’entreprise en fonction de ses projets (évolution de l’activité et de ses emplois) ;
- les projets professionnels personnels du salarié et ses aspirations ;
- les perspectives d’évolution professionnelle et projet de formation (plan d’action et recherche de formation).
N’oubliez pas, qu’en tant qu’employeur, vous êtes tenu d’informer le salarié sur :
- la validation des acquis de l’expérience professionnelle ;
- le compte personnel de formation ;
- le conseil en évolution professionnel.
à l’issue de l’entretien, l’employeur remet au salarié la synthèse de celui-ci qui devra être signée par les deux parties.
Conseil : Pour réaliser la préparation en amont et le suivi de cet échange, il est recommandé d’utiliser a minima un support commun qui permettra de fluidifier la communication et de garder la trace des échanges effectués. •

Plus d’information sur :

- la validation des acquis de l’expérience professionnelle (VAE)
- le compte personnel de formation (CPF)
- le conseil en évolution professionnel

 

Formation continue des salariés agricoles : une offre large et des aides accessibles

Les salariés agricoles occupent une place de plus en plus importante au sein des exploitations, en contribuant activement à leurs performances économiques. Du fait des évolutions réglementaires, technologiques, climatiques, ces métiers évoluent fortement. La formation continue s’impose alors comme un moyen efficace pour renforcer la montée en compétences et la fidélisation des salariés. Par exemple, six formations en lien avec l’élevage bovin sont proposées : insémination par l’éleveur, initiation au parage pour prévenir les boiteries, observation du troupeau, maîtrise des actes de soin, valorisation du pâturage avec un robot de traite.                                                                                                                                       
La durée de ces formations varie de un à quatre jours. Elles sont déclinées dans les cinq départements normands et sont proposées aux salariés comme aux agriculteurs.
Des aides proposées aux employeurs pour financer les formations des salariés
Un catalogue régional présente aussi les aides financières accessibles et les démarches à suivre par les employeurs. Plusieurs formations non payantes sont proposées par la MSA, où il suffit de s’inscrire, sans autre suivi administratif à engager. Dans les autres cas, l’opérateur de compétence Ocapiat finance le coût pédagogique des formations, ainsi que le coût salarial correspondant aux heures de participation. Les taux de prise en charge varient de 45 % à 100 %.
Jean-Marc Morcet

Une version numérique et interactive du catalogue est proposée à tous les salariés et employeurs agricoles.

 

Anthony D., technicien en élevage porcin
J’ai contribué à renforcer la performance de l’atelier porcin
Suite à une réflexion commune et à un entretien avec son employeur, Anthony D. a participé à une formation “agent spécialisé en élevage porcin”, organisée par le CFPPA de Canappeville (27).
Il a été informé de cette formation par l’ASA Normandie, organisme ayant pour but d’informer et de promouvoir les métiers de l’agriculture.
Anthony D. a fait cette formation dans le cadre de l’amélioration de ses compétences. « J’ai pu améliorer mes techniques pour mieux gérer les naissances, l’alimentation et les soins, gagner en efficacité et contribuer ainsi à la performance économique de mon entreprise ».
Propos recueillis par Laura Ferrer – ASA Normandie


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Paiements couplés bovins : quels changements en 2023 ?
L’aide couplée aux bovins est sans aucun doute celle qui a connu le plus de bouleversements. Elle fusionne les aides aux bovins…
Pac 2023 : comment accéder à l’éco-régime ?
La Pac 2023-2027 entre bientôt en vigueur. Pour vous aider à vous approprier cette nouvelle réglementation, l’Union agricole…
Création d’Oplase SA pour renforcer le poids des producteurs
Les producteurs de l’Association des producteurs laitiers normands (APLN) se sont réunis lundi 24 octobre pour comprendre l’…
Dégrèvement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFNB) : les précisions
À la demande de la FNSEA 76, de JA 76 et de la Chambre d’agriculture, et compte tenu de la sécheresse estivale, le préfet de…
“Si T’es Pro T’es In” : quatre passeports pour quatre publics
Comment faire en sorte que l’information sur l’autonomie protéique soit facilement accessible à des groupes d’agriculteurs, de…
Influenza aviaire : trois zones de contrôles temporaires dans le 76
Des cygnes morts à Saint-Aubin-le-Cauf, un goéland trouvé mort à Octeville-sur-Mer ainsi qu’une basse-cour touchée à Anneville-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole