Aller au contenu principal

Territoire
La Criée de Fécamp : un outil de commercialisation au service des pêcheurs

Le rôle de la criée est de vendre le poisson débarqué par les pêcheurs et de faire progresser la qualité pour une meilleure rémunération.

Les Groupements féminins de développement agricole et rural (GFDAR) ont organisé une visite de la Criée de Fécamp.. Elles ont été reçues par Stéphane Savoye, directeur général en place depuis trois ans, au moment où la Criée a été reprise majoritairement par le Département de la Seine-Maritime.
Auparavant entreprise privée, le Département s’est engagé aux côtés de partenaires publics* et privés pour développer l’activité de cet outil de commercialisation et assurer le maintien de l’activité économique maritime.

2 500 tonnes de poissons par an

Il existe 34 criées en France, dont deux en Seine-Maritime, la Criée de Dieppe et celle de Fécamp où transitent près de 2 500 tonnes de poissons, dont 1 600 tonnes de coquilles Saint-Jacques.
Le port de Fécamp abrite 31 navires de pêche artisanale, débarquant près de 4 000 tonnes par an. 62 % de la pêche fécampoise est livrée à la criée. Mais sur les 130 km de côtes que compte la Seine-Maritime, il y a d’autres points de débarquement du poisson : Le Havre, Le Tréport, Dieppe mais également des petits points de débarquement comme Saint-Aubin-sur-Mer, Saint-Jouin-Bruneval, Yport, Étretat, Saint-Valery-en-Caux, Quiberville-sur-Mer… Un des objectifs de la Société d’économie mixte (SEM) de la Criée de Fécamp-Côte d’Albâtre est de relier ces points, et d’organiser les ramasses de produits pour augmenter les volumes mis en marché à Fécamp. Aujourd’hui, une grande partie est vendue en direct.
« Notre rôle sur la criée est de gérer le poisson que nous livrent les bateaux, faire progresser la qualité pour une meilleure rémunération. Tous les matins, les pêcheurs nous confient leur poisson. La criée met en lots et la vente aux enchères commence. Nous avons une soixantaine de professionnels qui achètent à la criée, des mareyeurs et des restaurateurs principalement. Tous sont obligés d’avoir un agrément sanitaire pour y accéder. La majorité est connectée pour la vente. Il n’y a que cinq à six opérateurs en présentiel, l’Intermarché de Fécamp et quelques poissonniers ambulants. Ce matin, nous avons vendu 8 tonnes de poissons en un quart d’heure », explique Stéphane Savoye.

Des services pour les pêcheurs

Douze espèces de poissons représentent 80 % du volume, principalement la coquille, le maquereau, la sole, la raie, le turbot, le bulot. « Depuis un an, nous apposons un pin’s qui rend plus visible le poisson qui est pêché au large de nos côtes : “poisson sauvage de la Côte d’Albâtre”. Ce signe de reconnaissance permet une valorisation supplémentaire qui peut aller jusqu’à 2,50 euros du kilo pour le pêcheur ». Il est l’un des services apportés par la criée qui propose également la location de bacs, la livraison de glace, le ravitaillement de gasoil. « En matière de services, nous avons également investi dans des viviers afin de pouvoir mieux valoriser les crustacés dont l’araignée de mer qui est pêchée au large de nos côtes. Cela permet de mieux gérer le moment de la vente et de mieux valoriser le produit ».
En ce moment c’est la saison du maquereau et évidemment celle de la coquille qui vient d’ouvrir en début de semaine. Les deux dernières saisons ont été très belles pour la coquille Saint-Jacques. Un coquillard peut pêcher jusqu’à 2 tonnes par jour et jusqu’à 6 tonnes par semaine. Le bulot est également un produit important sur la criée. Il y a trois bulotiers sur Fécamp : « Sur la criée, nous sommes passés de 70 tonnes de bulots en 2022 à 260 tonnes cette année. Quelques trémailleurs se sont mis à pêcher le bulot car le prix est attractif. Mais il faut faire attention à la ressource. Nous constatons une baisse des tonnages de quelques poissons. Par exemple, pour la sole, les quantités de pêche ont diminué passant de 400 kg par jour à 150 kg. Nous constatons une baisse des quantités de poissons qui passent sous criée d’environ 10 %. Et puis avec le réchauffement climatique, nous constatons par exemple que le hareng n’est pas descendu jusqu’à Fécamp l’an dernier. Il s’est arrêté à Boulogne ».

* La CCI Seine Estuaire, la CCI Hauts-de-France.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole