Aller au contenu principal

Influenza aviaire, risque élevé pour toute la France, un seul mot d’ordre : protéger nos élevages !

Plus de 100 cas ont été confirmés en France depuis le 1er août. Le ministère de l’Agriculture a relevé le niveau de risque sur tout le territoire.

Localisation des cas ou foyers en avifaune sauvage, chez les oiseaux captifs et chez les volailles d’IAHP H5 en Europe ayant débuté depuis le début de la saison, soit le 1er août 2022 (source : Commission européenne ADIS le 7 novembre 2022, WAHIS-OMSA le 4 novembre 2022).
Foyers IAHP en Europe depuis le 1er août 2022 En France : 53 foyers en élevage, 48 autres (ornement, appelants, basse-cour…)

Deux foyers ont été identifiés dans le département de l’Eure, un foyer sauvage et un foyer en basse-cour.

Classement de la France en risque “élevé”

Face à une situation extrêmement dégradée, le niveau de risque vient d’être relevé. Les conséquences pour les élevages avicoles sont lourdes. L’application stricte des règles de biosécurité s’impose à tous les détenteurs d’oiseaux ainsi qu’à l’ensemble de la filière.
Voici les prescriptions revues pour le niveau de risque élevé :
* en élevage :
- mise à l’abri de toutes les volailles sur tout le territoire métropolitain ;
- interdiction de rassemblements de volailles sur tout le territoire métropolitain ;
- obligation de bâcher les camions transportant des palmipèdes de plus de 3 jours.
* pour les activités cynégétiques :
- autorisation de transport et utilisation d’appelants pour les détenteurs de catégorie 1 uniquement (détenteurs avec moins de 15 appelants) ;
- mouvements des gibiers à plumes soumis à conditions (examen clinique, dépistage virologique des anatidés) ;
- remise en nature du gibier.
- pour les parcs zoologiques : vaccination obligatoire dans les zoos des oiseaux ne pouvant être mis à l’abri.
* pour les pigeons voyageurs :
interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée de la France jusqu’au 31 mars.

Le ministère de l’Agriculture dans un communiqué précise que « pour tous les acteurs de la filière, il s’agit de renforcer la vigilance et de veiller à l’application la plus stricte des mesures de biosécurité pour empêcher le virus d’entrer dans les élevages et éviter sa diffusion entre élevages. Les mêmes recommandations s’adressent aux particuliers détenteurs d’oiseaux de basse-cour et d’ornement. »

Deux foyers dans le département de l’Eure

Deux foyers ont été confirmés dans l’Eure en fin de semaine dernière. Un cas sur un faisan sauvage trouvé sur la commune d’Aviron et un cas dans une basse-cour sur la commune de Notre-Dame-du-Hamel. Ces deux cas ont entraîné la mise en place de deux zones réglementées. Ainsi, une zone de contrôle temporaire de 20 km de rayon est instaurée autour du foyer sauvage. Autour du foyer en basse-cour, ce sont trois zones différentes qui sont mises en place, une zone de protection (3 km), une zone de surveillance (7 km) et une zone réglementée supplémentaire pour un complément à 20 km. Dans ces différentes zones des règles spécifiques s’appliquent aux différents élevages concernés.

Protéger les élevages

Dans un contexte de circulation virale majeure au sein de l’avifaune, la protection des élevages est primordiale.
Cette protection passe par l’application stricte des mesures de biosécurité, la mise à l’abri des volailles, la limitation des visiteurs au sein de l’élevage, le respect des protocoles de nettoyage et de désinfection. De plus, les expériences passées rappellent le risque constitué par les plans d’eau, en particulier les mares. La limitation de l’accès de l’avifaune aux mares est primordiale.
Les aviculteurs chasseurs doivent aussi prendre des précautions lors des retours de chasse au marais, désinfecter les bottes et les véhicules. En effet, les zones de migration sont potentiellement plus à risque.
Protéger les élevages avicoles, c’est protéger la vie de la filière, ce combat est collectif. Respecter la biosécurité dans les élevages, c’est en assurer la pérennité. •
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole