Aller au contenu principal

SÉBASTIEN DELAFOSSE, président de la Section nationale des fermiers et métayers (SNFM)
« Il est temps d’apporter au bail cessible des solutions innovantes »

Les 30 et 31 janvier et le 1er février, la FNSEA 76 et ses partenaires* accueilleront le 76e Congrès national des fermiers et métayers à la Cité de l’agriculture de Bois-Guillaume. Sébastien Delafosse, président de la SNFM depuis mars 2023, revient sur le thème de la table ronde qui portera sur le bail cessible.

Sébastien Delafosse.

Pourquoi avoir choisi le bail cessible comme thématique de la table ronde de ce 76e Congrès national des fermiers et métayers ?

« Ce bail fête aujourd’hui ses 18 ans et les remontées du terrain nous permettent d’accumuler des retours d’expérience pour envisager de le faire évoluer. »

Quels en sont en quelques mots les caractéristiques ?

« En janvier 2006, lors de sa création, le législateur a voulu que le bail cessible, associé au fonds agricole, soit une garantie de transmettre une entité économique dans son ensemble. Le bail cessible permet d’insérer une clause dans un bail rural autorisant le locataire à céder son bail à des personnes autres que ses descendants ou son conjoint. La durée du bail initial est fixée à 18 ans et se renouvelle par tacite reconduction. À défaut de congé par acte extrajudiciaire délivré 18 mois avant le terme, le bail cessible se renouvelle par période de 9 ans. Ce bail doit être conclu devant notaire sous forme d’un acte authentique. »

Est-il à ce jour très utilisé ?

« Aux yeux de notre section, il est peu utilisé. Notre réflexion lors du congrès lui permettra-t-il de connaître un renouveau ? C’est toute la question. Aujourd’hui, il est en capacité de répondre aux évolutions que l’agriculture connaît depuis une quinzaine d’années, avec une technologie de machines-outils plus importante en termes de surfaces, des productions qui engendrent des coûts de reprise plus élevés, des énergies renouvelables qui sont de plus en plus présentes sur nos exploitations et impliquent un retour sur investissement sur un pas de temps long, des modifications dans le mode de production (outil pour transformer à la ferme, rotation longue avec stockage sur site, investissements pour la biodiversité, protection de l’environnement, etc.). Tout ceci entraîne des investissements plus conséquents et des amortissements qui s’échelonnent sur deux générations parfois. »

Comment envisagez-vous le travail de votre section dans le contexte d’une agriculture qui ne cesse d’évoluer ?

« In fine, la Section des fermiers se doit de prendre sa part dans le renouvellement des générations et dans l’installation des jeunes. Car, nous savons tous que le nombre de départs à la retraite sera bien plus important que le nombre de candidats à l’installation. Pour cela, la SNFM doit être actrice dans la réussite des parcours d’installation des jeunes, issus ou non du milieu agricole, pour répondre à la souveraineté alimentaire et garantir la plus grande diversité qui soit. On le dit assez peu souvent mais il n’y a pas de pays sans paysans ».

Qu’avez-vous à dire aux congressistes ?

« Notre section doit permettre à nos futurs entrepreneurs de pouvoir entreprendre, d’avoir une exploitation viable et vivable et de pouvoir investir dans les outils de production afin d’être les plus compétitifs possible plutôt qu’investir dans le foncier. À nos congressistes, je veux leur dire d’être force de propositions pour apporter au bail cessible des modifications innovantes afin qu’il corresponde à la situation d’aujourd’hui et surtout de demain. Et tout ceci en collaboration avec nos bailleurs. »•

Propos rapportés par Laurence Augereau

* Les partenaires de ce congrès sont : Crédit Agricole Normandie Seine, Danone, Safer Normandie, Safer 76, GDMA 76, MSA Haute-Normandie, Cristal Union et AGPL. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole