Aller au contenu principal

Filière gestion des milieux naturels et faune, pour des jeunes passionnés de nature et de concret

Ce baccalauréat professionnel vise à former des techniciens aptes à travailler dans la conduite
et la gestion de chantiers, mais aussi à assurer des suivis écologiques en milieu naturel. Faune, flore, forêt, zones humides… sont les domaines d’intervention de ces futurs salariés ou entrepreneurs.

Un bac professionnel très ancré dans le concret et destiné aux jeunes passionnés de nature.
© Institut Charles Quentin

« Cette année 2022-2023 accueille la seconde promotion de ce bac professionnel proposé à Pierrefonds. Après une seconde générale ou nature jardin paysages forêts (NJPF), les jeunes peuvent intégrer la première en gestion des milieux naturels et de la faune (GMNF). Cette filière s’adresse aux passionnés de nature et surtout s’ancre dans le concret avec beaucoup de sorties terrain et de mises en situation », explique Arnaud Jacquet, professeur en aménagement et responsable de la filière bac pro GMNF à l’Institut Charles Quentin de Pierrefonds (Oise). L’objectif est de mettre les élèves en immersion dans le monde professionnel, de leur faire toucher du doigt la réalité d’un travail de terrain, parfois bien loin des clichés ou des émissions télé. « Par exemple, leur montrer que les chantiers en forêt se déroulent quelle que soit la météo, froid ou pluie. Ou que garde-chasse ou garde-forestier sont des métiers devenus des métiers rares. Ces contacts avec des professionnels permettent à ceux qui veulent reprendre l’activité familiale ou en créer une de mieux appréhender ce qui les attend au quotidien », précise-t-il.

Dans l’action avant tout

Souvent enfants d’exploitants forestiers, agricoles, ou de paysagistes, les jeunes, essentiellement des garçons, sont originaires de l’Oise, de l’Aisne ou de la région parisienne. Un tiers sont internes et profitent ainsi du magnifique cadre de vie de l’institut, en face du château de Pierrefonds, au milieu d’un parc de 13 hectares, champ d’actions des travaux pratiques comme le débroussaillage, les plantations. « La formation se répartit entre un enseignement général avec une seule langue vivante et des enseignements professionnels, parfaits pour des jeunes qui veulent être dans l’action : organisation et conduite de chantiers, manipulation et entretien de matériels, mais aussi cours d’économie de base pour gérer une entreprise. D’ailleurs, cette année, les élèves ont dû créer une entreprise fictive, ce qui leur a permis d’appréhender des aspects  tels que les formalités, le logo, le business plan, le financement bancaire… », détaille Arnaud Jacquet.

Débouchés

À la sortie du bac GMNF, les jeunes sont capables d’entrer sur le marché du travail, parfois chez les professionnels qui les ont accueillis au cours des périodes de stage prévues pendant le cursus : 6 semaines en seconde et 16 semaines en première et terminale. « La recherche de stage fait aussi partie de la formation, on aide les élèves à bâtir leur CV et à rédiger leur lettre de motivation », précise le responsable. Les stages peuvent leur permettre parfois d’être embauchés par leur structure de stage. L’institut collabore ainsi avec de nombreuses stuctures professionnelles partenaires : ONF, Conservatoire des espaces naturels des Hauts-de-France, Fédération départementale des chasseurs, Maison de la nature et de l’oiseau, Syndicat mixte Oise-Aronde, communes…
Mais Arnaud Jacquet les incite à poursuivre leurs études par un certificat de spécialisation ou un BTS Gestion et protection de la nature ou gestion forestière. Seulement la moitié suit ce conseil, les autres intègrent le monde du travail. L’institut les forme alors en BTS Gestion forestière, proposé en alternance depuis 2022. Pour ce faire, deux bâtiments ont été rénovés : l’un accueille des chambres individuelles, l’autre les lieux de vie. Parfait pour des jeunes qui viennent parfois de loin et ne peuvent pas rentrer chez eux le week-end.
Sont également proposées à tous à Pierrefonds deux options : rugby et équitation,  en partenariat avec le Centre équestre de Compiègne, pratiquées le mercredi après-midi, en groupe. D’ailleurs, l’institut ouvrira en 2023 une formation d’animateur équestre. De quoi renforcer son attractivité. •
 

Portes ouvertes

Institut Charles Quentin
1, rue Sabatier 60350 Pierrefonds
Prochaines portes ouvertes :
le 11 mars.
Informations :
Tél. : 03 44 42 80 40 ;
secretariat@charlesquentin.
cneap.fr ;
www.charlesquentin.com

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole