Aller au contenu principal

FCO sérotype 4 : une évolution inquiétante

La situation se complique. Le nombre de cheptels atteint croît et une suspicion est en cours avec un premier résultat défavorable dans le Maine-et-Loire.

file-alt-64666
© DR

Depuis le premier cas confirmé d’atteinte par le sérotype 4 de la FCO, le nombre de confirmation est en croissance. Ainsi la direction générale de l’alimentation (DGAl) a annoncé que 31 cheptels sont considérés comme foyers (29 en Haute-Savoie, 1 en Haute-Saône et 1 dans l’Ain). Par ailleurs dans le cadre des suivis réalisés à la fois dans les cheptels en lien avec les foyers, dans les cheptels en liens épidémiologiques avec la Haute-Savoie via des achats depuis avril 2017 et dans les cheptels échantillons des zones de surveillance et de protection, des suspicions sont en cours après résultats positifs obtenus dans les laboratoires départementaux. Ces suspicions seront confirmées si les tests effectués au laboratoire national de référence sont également positifs. A ce jour, cinq suspicions sont en cours d’investigation complémentaire, en Saône-et-Loire, dans l’Ain, l’Isère, la Savoie et le Maine-et-Loire. Cette dernière est extrêmement préoccupante car une confirmation entraînerait un périmètre de limitation de mouvements sérotype 4 à l’Ouest.

Quelle est la situation dans le Maine et Loire ?
L’animal suspect est un veau né en Haute-Savoie le 1er novembre 2017. L’animal a été abattu. L’élevage est mis sous arrêté préfectoral de déclaration d’infection (APDI). De plus, un périmètre d’interdiction de mouvement de 2 km a été instauré autour de l’élevage. Tout l’élevage va faire l’objet d’un dépistage ainsi que les élevages situés dans le périmètre interdit. La confirmation de cette suspicion aurait pour conséquence le blocage via les périmètres de protection et de surveillance d’une large zone autour du Maine-et-Loire.
Hypothèses de contamination initiale et traçabilité.
Les autorités sanitaires privilégient l’hypothèse d’une importation illégale de ruminants en provenance de Corse, zone dans laquelle de nombreux sérotype de FCO sont  enzootiques dont le numéro 4.
A l’heure où des projets de dématérialisation des passeports et des asdas tiennent le devant de la scène, cette situation confirme l’inquiétude légitime du GDS de l’Eure et du GDMA quant à la perte de fiabilité de l’information sanitaire si tous les partenaires de l’élevage ne participent pas exhaustivement au dispositif.
Plus que jamais la vigilance est de mise sur les introductions. La carte d’extension des zones parle d’elle-même. Privilégions les achats locaux avec l’apport de garanties auxquelles les éleveurs ont tous contribué à bâtir.

Zoom sur...

Quelles sont les conditions de sortie des zones de protection et de surveillance sérotype 4 ?

Depuis la zone de surveillance :
Tout ruminants (bovins, ovins, caprins) : désinsectisation pendant au moins 14 jours et PCR avec résultat négatif réalisée moins de 7 jours avant le départ.

Depuis la zone de protection :
Animaux vaccinés : 3 semaines après la deuxième injection de primo vaccination sous réserve que le troupeau d’origine soit vacciné et que l’on soit en période d’inactivité vectorielle.

Sérotype 8 FCO
Pour mémoire, le vaccin est toujours disponible et gratuit, pour 4 millions de bovins avec péremption en janvier 2019 jusqu’à épuisement du stock.
La vaccination des ruminants par le vétérinaire est obligatoire pour la commercialisation à l’exportation d’animaux certifiés vaccinés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole