Aller au contenu principal

Faute de repreneur, la féculerie d’Haussimont va fermer

La campagne 2023-2024 sera la dernière pour l’usine féculière d’Haussimont.
© La Marne agricole

Ce ne sont apparemment pas les offres qui ont manqué, mais la capacité d’un ou de repreneur(s) à reprendre de manière pérenne le site et l’activité de la féculerie d’Haussimont. Après avoir indiqué le 8 mars dernier sa volonté de céder à un tiers l’entreprise spécialisée dans la transformation de la pomme de terre, le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé le 20 juin la fermeture du site marnais « à l’issue de la campagne 2023-2024 ». Autrement dit, les pommes de terre actuellement en terre seront les dernières à être transformées dans l’usine d’Haussimont. Au-delà, il faudra trouver une autre culture à emblaver pour les 390 coopérateurs qui produisent de la pomme de terre fécule.

Baisse des surfaces et des rendements

Comment en est-on arrivé là ? Dans un courrier adressé à ses planteurs, la coopérative revient sur le contexte délicat auquel la production de pommes de terre fécule est confrontée depuis plusieurs années : l’érosion « constante » des surfaces de pommes de terre – Tereos dit avoir perdu 38 % de surfaces en quatre ans -, ainsi qu’un rendement agricole à l’hectare qui a chuté « de 30 % entre la campagne de 2017 et celle de 2022 ». Et ce ne sont pas le plan d’investissement de 30 millions qui y ont changé quelque chose. En mars dernier, Tereos avait annoncé un « projet de réorganisation de son activité industrielle en France » comprenant l’arrêt de l’activité sucrière du site d’Escaudoeuvres (59) ainsi que son souhait de se séparer de l’activité féculière d’Haussimont (51).
Des offres de reprise, Tereos confirme en avoir reçu pour le site d’Haussimont, mais rien de sérieux : « Tereos a reçu plusieurs marques d’intérêt », peut-on lire dans une lettre adressée aux coopérateurs. « Pour autant, aucun projet engageant n’a été formalisé à ce jour. Tereos considère que les chances de concrétisation d’un projet de cession de l’activité à court ou moyen terme sont limitées au regard des défis à relever. »

Accompagnement des salariés et des planteurs

En ce qui concerne les planteurs engagés dans un contrat de livraison de pommes de terre avec Tereos pour la féculerie, la coopérative se dit prête à « mettre un terme par anticipation aux engagements coopératifs à l’issue de la campagne 2023-2024 ». Et de promettre la tenue d’une réunion « début septembre » avec l’ensemble des producteurs impactés par cette décision. Concernant les salariés, Tereos assure que l’entreprise prendra « les mesures nécessaires pour accompagner les personnes concernées en concertation avec les représentants du personnel ».
Dans un communiqué du 21 juin, l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT) évoque une « page de l’histoire agricole française qui se tourne et un coup dur pour le secteur féculier national ». Et l’organisation syndicale de « sonner de nouveau l’alarme (...) sur les conséquences directes liées au changement climatique qui impactent de plus en plus durement les rendements des cultures de printemps comme celle de la pomme de terre. » S’adressant au ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, l’UNPT réitère sa demande d’une aide exceptionnelle aux planteurs « pour soutenir le secteur féculier au niveau national ». •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole