Aller au contenu principal

Dernier avertissement !

Vendredi 20 mai, une délégation d’éleveurs laitiers de l’Oise, de la Somme et de la Seine-Maritime, à l’appel des FDSEA et des JA est allée dès 5 h du matin déposer quelques revendications devant l’usine Danone à Ferrières-en-Bray.

Composée de producteurs Sodiaal, Eurial, Lactalis, des syndicats FNSEA et JA des départements de la Somme, de l’Oise et de la Seine-Maritime, la délégation est venue montrer son désaccord sur la politique d’application des contrats, et la rémunération de l’entreprise envers ces producteurs.

Danone, destructrice de valeur

« Nous constatons malheureusement que cela donne une inspiration à la baisse pour les autres transformateurs qui font l’effort d’aller chercher des hausses auprès de la grande distribution. La politique de Danone est destructrice de valeur envers toute la filière laitière, elle qui prône la valeur ajoutée pour ces producteurs ! C’est déloyale vis-à-vis des autres entreprises », explique Franck Grémont, président de la section lait de la FNSEA 76. 
Depuis le début de l’année, Danone continue à exaspérer, voire à dégoûter les producteurs et leur organisation de producteur. « Sur les quatre premiers mois de l’année, l’écart de prix entre Danone et Lactalis atteint 7 000 euros pour une production de 50 000 litres de lait par mois », ajoute Franck Grémont. « Nous suivons, via l’organisation des producteurs, les négociations au fur et à mesure des réunions. Mais la conclusion des prix annoncée au fil de l’année prouve que Danone néglige ses producteurs alors même que les négociations avec les GMS sont encore en vigueur », regrette-t-il avant de s’interroger sur la stratégie de Danone. Pour lui, l’attitude de Danone vis-à-vis de ses producteurs « ne met pas l’entreprise dans une situation favorable pour négocier ensuite avec la distribution. C’est incompréhensible ».

La colère gronde

Depuis janvier, les syndicats FNSEA-JA, tout en apportant soutien et accompagnement à l’OP sont restés « calmes à la demande de l’OP », rappelle Franck Grémont. « Aujourd’hui, la colère gronde de plus en plus du fait du prix payé au producteur qui n’est pas en phase avec la hausse des charges de productions ».
Les réseaux FNSEA-JA attendent désormais l’annonce de Danone envers l’OP le 27 mai pour dévoiler le prix payé au producteur en juin et ainsi savoir, notamment, si l’application de la nouvelle formule de prix prévue en janvier 2023 pourra être mise en place à partir de juin 2022. Cette anticipation pourrait ainsi atténuer les marges négatives des producteurs. « Nous serons attentifs aux résultats, et si encore une fois l’industriel se moquent de ses producteurs, l’ensemble des laitiers se mobiliseront pour défendre les éleveurs et l’OP Danone », prévient Franck Grémont.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

abricotiers
Fruits d’été : face aux GMS, les producteurs brandissent la menace de l’agroécologie

L’AOP Pêches et abricots de France menace de «suspendre» certains projets agroécologiques (vergers écoresponsables,…

L’élevage ovin : une filière prometteuse en Normandie
Qu’en est-il du marché de l’ovin dans la région ? Réponse avec le président de la section ovine de la FNSEA 76, un éleveur, un…
Prix du lait : le compte n’y est vraiment pas
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Dans le marais, la fauche réglementée a un goût amer
Dans la réserve naturelle de l’estuaire de la Seine, les agriculteurs sont contraints de respecter une réglementation quant à la…
Pissy-Pôville se prépare au Festival de la terre 2022
Petite commune de près de 1 300 habitants, idéalement situées à quelques kilomètres de Rouen (15 km), Pissy-Pôville se prépare le…
Le colza érucique : les mérites d’une filière maîtrisée et locale
Avec 45 % de teneur minimale en acide érucique, l’huile de ce colza est destinée au marché de l’oléochimie (détergent, solvant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole