Aller au contenu principal

Danone doit appliquer la loi Egalim 2

Plus de 150 producteurs se sont donné rendez-vous lundi 24 janvier devant l'usine Danone de Ferrières-en-Bray pour demander une juste rémunération du lait.

Premier avertissement. C'est en substance le message que sont venus délivrer les 150 producteurs rassemblés devant l'usine Danone de Ferrières-en-Bray, lundi 24 janvier. Car la situation devient intenable pour les producteurs Danone qui voient leur entreprise proposer des prix du litre de lait, bien inférieurs à ceux de la concurrence. Pour le mois de janvier 2022, Danone affiche un prix à 339 EUR/1 000 l quand Lactalis, en tête, propose 378 EUR/1 000 l. En cause, une formule d'élaboration du prix défaillante. Comme le rappelle Hubert Dion, président de l'OP Caplait devant les éleveurs, la formule de prix, proposée par Danone « est biaisée car si elle prend bien en compte les coûts de production, elle s'appuie sur le quartile supérieur. En se basant sur les meilleurs, Danone pénalise ainsi trois producteurs sur quatre. Cette situation est intolérable ». Tout l'enjeu maintenant pour les responsables de l'OP est donc de parvenir à remettre sur la table cette formule de prix. Car pour Caplait, Danone doit revoir sa formule, et pas seulement donner un coup de pouce conjoncturel comme proposé, en s'appuyant sur les coûts de production interprofessionnels, comme la loi Egalim 2 l'impose. Aujourd'hui précise Jocelyn Pesqueux, membre de l'OP, « Danone ne respecte pas la loi en ne prenant pas les coûts de production moyens. Cela fait plusieurs mois qu'on demande un changement de méthode de calcul. Il faut maintenant que Danone entende notre demande légitime ».

Étude sur les coûts de production
Pour étayer son discours avec Danone, l'OP a fait réaliser une étude auprès d'une trentaine de producteurs pour évaluer leurs coûts de production. Résultat, et sans grande surprise, ce coût de production moyen (sur trois ans) atteint les 394 EUR/1 000 l, proche des 405 EUR/1 000 l définis par l'interprofession laitière. La balle est maintenant dans le camp de l'industriel qui « réfléchit » et qui doit revenir devant l'OP dans les prochains jours. Hubert Dion, président de l'OP a donc averti les éleveurs que de nouvelles actions pourraient être enclenchées si la réponse de Danone n'était pas à la hauteur des attentes. « On ne demande pas la lune, juste une rémunération de notre travail et le simple respect de la loi. Restons donc mobilisés et prêt à agir si besoin », lâche Hubert Dion à la fin du rassemblement. Sébastien Jumel, député de la circonscription, venu soutenir les éleveurs a promis d'intervenir auprès du ministre de l'Agriculture pour qu'il fasse appliquer la loi, rien que la loi.o

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Paiements couplés bovins : quels changements en 2023 ?
L’aide couplée aux bovins est sans aucun doute celle qui a connu le plus de bouleversements. Elle fusionne les aides aux bovins…
Dégrèvement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFNB) : les précisions
À la demande de la FNSEA 76, de JA 76 et de la Chambre d’agriculture, et compte tenu de la sécheresse estivale, le préfet de…
« Il est urgent de s’organiser collectivement pour mener une lutte efficace et responsable »
Au vu du nombre de foyers de grippe aviaire qui se sont multipliés, le niveau de risque a été relevé il y a quelques jours sur…
Influenza aviaire : trois zones de contrôles temporaires dans le 76
Des cygnes morts à Saint-Aubin-le-Cauf, un goéland trouvé mort à Octeville-sur-Mer ainsi qu’une basse-cour touchée à Anneville-…
Table ronde sur la décarbonation lors du Sima 2022
La décarbonation passera par le mix énergétique
La FNSEA a organisé le 7 novembre sur le Sima une table-ronde sur le thème du machinisme agricole face aux enjeux de la…
« Le vin normand, il faut l’inventer ! »
« Que le vin coule à flot ! » Ce dicton deviendra peut-être une vérité ces prochaines années dans les plaines normandes. La…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole