Aller au contenu principal

Agrivillage développe le camping haut de gamme à la ferme

Très populaire au Royaume-Uni et dans les pays anglophones, le “glamping” est un concept d’hébergement touristique qui devient à la mode en France également. C’est le luxe et le confort associés à la liberté du camping et du plein air.

Depuis sa création en 2019, la start-up Agrivillage s’est spécialisée dans l’agritourisme et développe aujourd’hui le “glamping” dans son offre d’hébergement à la ferme. 
« Le glamping, c’est la contraction des mots glamour et camping. Nous souhaitons développer ce concept avec une offre de tentes lodge haut de gamme sur des exploitations agricoles. Nous sommes donc à la recherche d’agriculteurs qui pourraient accueillir cinq à six lodges sur une parcelle d’un hectare. La forte demande en logements insolites et la hausse du tourisme vert pourraient leur apporter un complément de revenus et l’opportunité de faire découvrir leur métier », explique Adrien Gabillet, fondateur d’Agrivillage.

Cette offre d’hébergement éco-insolite s’est mise en place grâce au partenariat d’Agrivillage avec une entreprise hollandaise “Un lit au pré”. Les tentes lodge de plus de 50 m2 sont entièrement aménagées et équipées de toilettes et de douche. Un poêle à bois permet une ambiance chaleureuse pour les soirées un peu fraîches. 

Ce concept répond aux voyageurs désireux de passer un séjour en plein air sans s’encombrer d’une tente, d’un sac de couchage et du matériel de camping classique.

Avec ce nouveau type d’hébergement, Agrivillage veut devenir la référence en matière de séjours à la ferme, ainsi que celle des agriculteurs qui souhaitent accueillir des particuliers pour mettre en avant leur métier et leur exploitation. 

Des activités avec l'agriculteur 

Les agriculteurs qui partent dans ce projet bénéficient du concept développé par la start-up bretonne Agrivillage. Celle-ci porte les projets au niveau administratif et financier et gère 100 % du planning de réservation de l’hébergement ainsi que le service après-vente. De son côté, l’agriculteur s’engage à accueillir les touristes, échanger avec eux sur son métier et proposer des activités en lien avec son quotidien. 
« Entre quatre à six lodges par ferme est le bon ratio compte tenu des coûts de phytoépuration à mettre en place, qui sont à la charge de l’agriculteur. Je précise qu’il existe des subventions européennes et dans certains départements. La période d’ouverture de ces hébergements haut de gamme s’étale d’avril à octobre et nous encourageons les agriculteurs à proposer des services complémentaires tels qu’un petit magasin de produits fermiers, la location de vélo, la préparation du petit-déjeuner… » 

Dans une philosophie de slow-tourisme, les fermes qui sont estampillées Agrivillage se situent à moins de deux heures d’une grande ville. Il s’agit de permettre aux citadins de se dépayser sans forcément aller trop loin. 

Objectif : relancer l'agritourisme

La plateforme Agrivillage contient aujourd’hui plus de 500 offres d’hébergement à la ferme : chambres d’hôte, gîtes, tiny house, logements insolites, tentes lodge. Ce "Airbnb à la ferme" a été créé par Adrien Gabillet à la suite d’un constat : « Je suis issu du milieu agricole, mes parents sont éleveurs laitiers en Bretagne. Je me suis rendu compte qu’il y avait très peu d’offres d’hébergements dans les fermes. J’ai interrogé les agriculteurs pour comprendre. Le coût, le manque de temps et les compétences en matière d’accueil sont les principaux freins, ainsi que les démarches administratives », explique le jeune homme qui reconnaît être marqué par la fracture entre le monde agricole et les consommateurs qui ont beaucoup d’a priori. 
« Après la découverte du fonctionnement d’une ferme, ils revoient leur vision. J’ai donc voulu développer l’agritourisme. En France, nous avons tout, un territoire diversifié, des agricultures variées intéressantes à découvrir ».

Les agriculteurs intéressés se font connaître et l’équipe se déplace sur l’exploitation pour effectuer une étude de faisabilité. Le partenariat entre Agrivillage et l’agriculteur se concrétise par un contrat signé pour une durée comprise entre cinq et huit ans. 
« L’agritourisme est peu développé en France aujourd’hui, contrairement à d’autres pays tels que l’Italie. Je pense qu’il faut moderniser l’offre en donnant des solutions clés en main aux agriculteurs pour se lancer. Cela peut être pour eux une source complémentaire de revenus ». •
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pissy-Pôville se prépare au Festival de la terre 2022
Petite commune de près de 1 300 habitants, idéalement situées à quelques kilomètres de Rouen (15 km), Pissy-Pôville se prépare le…
abricotiers
Fruits d’été : face aux GMS, les producteurs brandissent la menace de l’agroécologie

L’AOP Pêches et abricots de France menace de «suspendre» certains projets agroécologiques (vergers écoresponsables,…

Prix du lait : le compte n’y est vraiment pas
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Dans le marais, la fauche réglementée a un goût amer
Dans la réserve naturelle de l’estuaire de la Seine, les agriculteurs sont contraints de respecter une réglementation quant à la…
Foncier : le ministère publie le prix des terres par région agricole pour 2021

Le barème indicatif de la valeur vénale moyenne des terres agricole en 2021 est paru au Journal officiel le 7 août.…

Le colza érucique : les mérites d’une filière maîtrisée et locale
Avec 45 % de teneur minimale en acide érucique, l’huile de ce colza est destinée au marché de l’oléochimie (détergent, solvant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole