L'Union Agricole 15 mars 2019 à 09h00 | Par Catherine Hennebert

Laurence Sellos élue à la présidence de la chambre.

Laurence Sellos a été désignée lors de la session du 8 mars. Elle nous expose ses priorités et ses axes stratégiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Laurence Sellos : « La loi EGALIM redonne du pouvoir aux organisations de producteurs dans la construction du prix. C’est à nous de nous organiser pour les faire vivre et élaborer des contrats enfin rémunérateurs ».
Laurence Sellos : « La loi EGALIM redonne du pouvoir aux organisations de producteurs dans la construction du prix. C’est à nous de nous organiser pour les faire vivre et élaborer des contrats enfin rémunérateurs ». - © Catherine Hennebert

« Une seule volonté nous anime tous, quelque soient les nuances syndicales que nous représentons : la réussite des agriculteurs et de leurs filières amont et aval », a déclaré la nouvelle présidente de la chambre d’agriculture de Seine-Maritime lors de son discours de début de mandat le 8 mars dernier

 

Recherche de la valeur ajoutée

« L’agriculture de Seine-Maritime est très variée. Beaucoup de productions végétales et animales y sont menées mais l’herbe reste la première culture. Elle se pratique dans un bassin de vie dense qui est un atout, notamment pour le développement des circuits courts. Mais nous constatons de grandes différences de revenus entre agriculteurs, dues aux formes différentes de valorisation des produits, et à la capacité de maîtrise des charges opérationnelles et de structures. Des marges de manœuvre existent est un revenu décent pour l’agriculteur est le premier point essentiel sur lequel la chambre doit se concentrer. Le pôle filières du réseau régional poursuivra son travail sur la structuration des filières et la recherche de la valeur ajoutée avec un produit équitable. »

Pour aider les agriculteurs dans la maîtrise de leurs charges, Laurence Sellos et son équipe croient en la force des groupes d’agriculteurs qui travaillent autour d’itinéraires de conduite d’élevage et de pratiques culturales. « Nous devons proposer des solutions plutôt que de subir des interdictions. L’érosion, la qualité de l’eau, le changement climatique sont des sujets dont nous devons nous emparer. Nous devons être force de proposition. Les changements de pratiques quant à la protection de nos cultures doivent aussi être au cœur de notre action ».

 

« Mettre les bottes et rencontrer les agriculteurs »

Pour la présidente, ces objectifs ne pourront être atteints que grâce à un travail de proximité avec les agriculteurs. « Le processus de régionalisation mettant en œuvre une mutualisation de nos fonctions supports s’est accompagné du renforcement, voire de la création en ce qui concerne le secteur de Dieppe, de quatre antennes départementales ».

Elle souhaite une forte implication des élus au sein des comités territoriaux, aux côtés des élus référents : Aline Catoir à Neufchâtel-en-Bray, Stéphane Donckele à Rouen, Guillaume Burel à Fauville- en-Caux et Arnaud Tesson à Arques-la-Bataille. « Mettre les bottes, rencontrer les agriculteurs et répondre à leurs attentes est l’objectif fixé ».

 

Régionalisation en cours

En ce qui concerne la régionalisation qui est en cours, elle n’est pas encore pleinement aboutie et un gros travail sera engagé avec le nouveau président de la chambre régionale - Sébastien Windsor - pour sa concrétisation. La présidente a également rappelé que la question de l’équilibre budgétaire est centrale.

« Pour retrouver une sérénité financière, la direction des fonctions support basée à Caen développe de nouveaux outils de pilotage qui nous aideront à faire des choix et cadrer nos axes de développement. »

Les élus ont également été vivement encouragés à participer à l’élaboration d’une communication positive autour de leurs métiers : « le lynchage médiatique du monde agricole n’est plus supportable ».

Enfin, Laurence Sellos a eu quelques mots pour son prédécesseur. Elle a salué la clairvoyance dont a fait preuve Sébastien Windsor sur de nombreux dossiers, notamment celui de la multi -performance des exploitations, celui du processus de régionalisation et celui de la formation des jeunes « Il reste leur mise en œuvre à la nouvelle mandature ».

 

Hors cadre familial

« Mes parents ne sont pas agriculteurs, je suis une horsaine, qui plus est bas-normande. Je ne suis pas productrice de lin mais productrice d’œufs de poules pondeuses en plein air en circuits courts, un truc pas vraiment typique de la Seine-Maritime. Et en plus, je suis une femme…. Alors quel honneur d’avoir été choisie par vous, mes collègues ! » a conclu Laurence Sellos qui se déclare sereine et décidée à porter haut une ambition forte pour l’agriculture seino-marine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui