Aller au contenu principal

Patrimoine
Visitez le théâtre romain de Lillebonne

De l’époque romaine à l’après-guerre, découverte du prestige antique le mieux conservé au nord de la Loire, à Lillebonne, ancienne capitale de cité appelée “Juliobona”.

Le 20 août prochain, le film Kaamelott sera diffusé au théâtre sur grand écran et en plein-air.
© Blandine Huré


Construit sur un rocher naturel, l’édifice, à la fois théâtre et amphithéâtre, a été construit en plusieurs fois. Les premières fondations datent de 50 ap. J.-C. ; les premiers gradins, eux, ont été construits 20 ans plus tard et agrandis au IIIe siècle. La création de portes monumentales et de galeries date de cette même époque. Une certaine hiérarchie y était établie.
La partie basse des gradins était réservée à la haute société alors que sur l’herbe se trouvaient les citoyens et sur la partie haute, les femmes, les enfants, les esclaves et les étrangers. Ce sont les magistrats qui offraient aux citoyens les différents spectacles : le matin, la chasse aux animaux sauvages prenait la forme d’un spectacle, alors que le midi était réservé aux pièces de théâtre et que le soir signait la mise à mort des condamnés, mangés par les animaux sauvages ou bien tués par les gladiateurs. « Mais n’allez pas croire que les gladiateurs n’étaient là que pour tuer. La gladiature était une discipline sportive réglementée et professionnelle à l’époque. Les combats étaient arbitrés et commentés par des signes de la main », souligne la guide en charge de la visite du site.
au gré des mutations de populations...
Le monument a connu bien des époques. À la fin du IIIe siècle, le site s’est peu à peu transformé en lieu de sûreté et d’artisanat grâce à la création de fortifications et la fermeture des portes. Au Moyen-Age il est devenu pâture pour se transformer en verger aux XVIIIe et XIXe siècles. Et ce n’est qu’en 1812 qu’arrivent les premiers antiquaires pour signaler quelques années plus tard que le site était un lieu de spectacle ancien. En 1818, le Département en devient propriétaire et y organise des fouilles jusqu’en 1936. Durant les années qui suivent, le site est durement abimé. Il subira tour à tour fermeture et restauration jusqu’au début des années 2000, lorsqu’Enzo Mutarelli, archéologue départemental et responsable du théâtre, va y établir les premiers relevés. En 2012, l’accueil est créé. Aujourd’hui le lieu est ouvert tous les jours, gratuitement, des panneaux d’informations y ont été installés. Mais pour découvrir tous les secrets du site, il est conseillé de suivre la visite du guide (60 minutes). Une application “Juliobona 3.0” est également téléchargeable gratuitement pour découvrir en images les reconstitutions d’époque.
Ce site chargé d’histoire n’a pas perdu sa vocation première de lieu de spectacle. Des films y sont programmés sur grand écran et en plein air durant l’été. Il accueille aussi des expositions thématiques. •

Programmation sur http://www.theatrelillebonne.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pissy-Pôville se prépare au Festival de la terre 2022
Petite commune de près de 1 300 habitants, idéalement situées à quelques kilomètres de Rouen (15 km), Pissy-Pôville se prépare le…
abricotiers
Fruits d’été : face aux GMS, les producteurs brandissent la menace de l’agroécologie

L’AOP Pêches et abricots de France menace de «suspendre» certains projets agroécologiques (vergers écoresponsables,…

Prix du lait : le compte n’y est vraiment pas
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Dans le marais, la fauche réglementée a un goût amer
Dans la réserve naturelle de l’estuaire de la Seine, les agriculteurs sont contraints de respecter une réglementation quant à la…
Foncier : le ministère publie le prix des terres par région agricole pour 2021

Le barème indicatif de la valeur vénale moyenne des terres agricole en 2021 est paru au Journal officiel le 7 août.…

Le colza érucique : les mérites d’une filière maîtrisée et locale
Avec 45 % de teneur minimale en acide érucique, l’huile de ce colza est destinée au marché de l’oléochimie (détergent, solvant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole