Aller au contenu principal

Point sur la pousse de l'herbe
Une saison de pâturage soumise à des épisodes de canicules répétés

Témoignage : domaine expérimental Inrae du Pin (61). Sur le domaine Inrae du Pin, les vaches ont été mises à l’herbe le 7 mars 2022, un record permis par la portance des sols et une herbe présente en quantité grâce à un hiver particulièrement doux. Un épisode de gelées et de fortes précipitations a néanmoins conduit à rentrer les vaches en bâtiment à la mi-mars. Les animaux sont passés en pâturage intégral à partir du début du mois d’avril.


Le 28 mai, les refus présents dans une des parcelles pâturées ont été fauchés trois jours avant la sortie des animaux. Cette pratique, facilitée par la pratique du pâturage tournant simplifié, s’est avérée gagnant-gagnant. Les vaches ont consommé l’intégralité de ce “petit foin” fauché et la parcelle est repartie de plus belle. Notre mode de gestion du pâturage a permis de n’avoir à gérer ces refus qu’une fois dans cette seule parcelle, sur les neuf du circuit de pâturage.
Les périodes de canicules répétées ont eu raison de la croissance de l’herbe dès le début du mois de juillet. À partir du 20 juillet, les vaches ont été rentrées la nuit en bâtiment et complémentées avec du mi-fané enrubanné jusqu’au 22 août. Depuis ce jour, le troupeau reçoit sa ration hivernale à l’auge et sort en journée sur une parcelle afin de conserver le capital productif des prairies.
Les précipitations récentes couplées à des températures favorables ont favorisé un reverdissement des parcelles et une reprise de la croissance. Après un été sévère pour les prairies, nous avons fait le choix d’attendre un mois avant de relancer le pâturage. Les vaches ressortent cette semaine pour profiter de l’herbe feuillue d’automne et de ses valeurs nutritives intéressantes.
Cette nouvelle saison de pâturage au Pin a été bien perturbée et confirme que cette conduite alimentaire nécessite une adaptation constante aux contraintes climatiques. Les remises en question sur l’utilisation des parcelles sont nombreuses à chaque cycle et évoluent au gré du temps. Comme disent nos amis irlandais : « Au pâturage, il faut être flexible ». Espérons que l’automne soit plus clément et propice au pâturage maîtrisé…•

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Paiements couplés bovins : quels changements en 2023 ?
L’aide couplée aux bovins est sans aucun doute celle qui a connu le plus de bouleversements. Elle fusionne les aides aux bovins…
Pac 2023 : comment accéder à l’éco-régime ?
La Pac 2023-2027 entre bientôt en vigueur. Pour vous aider à vous approprier cette nouvelle réglementation, l’Union agricole…
Création d’Oplase SA pour renforcer le poids des producteurs
Les producteurs de l’Association des producteurs laitiers normands (APLN) se sont réunis lundi 24 octobre pour comprendre l’…
Dégrèvement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFNB) : les précisions
À la demande de la FNSEA 76, de JA 76 et de la Chambre d’agriculture, et compte tenu de la sécheresse estivale, le préfet de…
“Si T’es Pro T’es In” : quatre passeports pour quatre publics
Comment faire en sorte que l’information sur l’autonomie protéique soit facilement accessible à des groupes d’agriculteurs, de…
Influenza aviaire : trois zones de contrôles temporaires dans le 76
Des cygnes morts à Saint-Aubin-le-Cauf, un goéland trouvé mort à Octeville-sur-Mer ainsi qu’une basse-cour touchée à Anneville-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole