Aller au contenu principal

La renaissance du domaine du Grand Daubeuf.

Un jeune couple a choisi le domaine du Grand Daubeuf dans le pays de Caux pour développer un projet d'accueil touristique durable.

A une quinzaine de kilomètres de Fécamp, le domaine du Grand Daubeuf classé monument historique revient à la vie grâce au projet ambitieux de Jérémie et Guyonne Delecourt qui l'ont acquis en 2014. Les jeunes propriétaires se sont donnés 10 ans pour faire revivre ce lieu qui n'était plus entretenu depuis 40 ans. Ils ont confié à Guillaume Baschet-Sueur, concepteur paysager, la conduite des travaux du domaine. 

Le potager ornemental élément fédérateur
Le potager d'ornement est l'élément fédérateur de la restauration de l'ensemble. Sa création débute en 2015. Les maîtres des lieux ont reçu le prix Villandry la même année pour son projet de restauration.  En mars 2019, le potager est labellisé Parcs et Jardins de Normandie et en ce début d'année, il est à nouveau mis en lumière avec un premier prix dans la catégorie jardin dans un environnement paysager, décerné par la société nationale d'horticulture.
La consigne des propriétaires est claire : le vert doit être aux commandes de la gestion du domaine. L'envie de partager également, pour ancrer le projet de restauration sur le territoire.
Le potager ornemental est un méli-mélo d'arbres fruitiers, de fleurs et de légumes, géré par le jardinier en chef Sébastien Frère qui privilégie la diversité des espèces et des variétés. 96 massifs sont remplis de légumes, de fruits et de fleurs..., une promiscuité qui permet de ne recourir à aucun traitement chimique. « Il y a de plus en plus de légumes dans les massifs car la demande est grandissante », précise Guillaume Baschet-Sueur.
Il faudra effectivement remplir les paniers potagers des 150 adhérents de l'association et des particuliers pour le 16 mai, dès que les consignes de déconfinement seront précisées.
Au domaine pas de place au gaspillage. Un laboratoire de transformation est en cours de création pour transformer les légumes. De grands espaces de compostage permettent la production de matière organique sur le site. Plusieurs citernes souterraines datant du 19ème siècle permettent d'arroser le potager à l'eau de pluie.

Un lieu d'innovation et d'expérimentation
A côté du potager ornemental, la zone de maraîchage est le domaine de Jérémie Renault qui pratique la méthode sol vivant et qui s'intéresse de plus en plus à la permaculture :
« je viens de semer du maïs au pied des courgettes, l'association sera jolie et je gagne de la place. Entre les pois et les fèves je vais planter des salades. J'associe culture courte et culture longue pour éviter de mettre les plantes en concurrence. Cette année, le melon petit gris de Rennes sera cultivé dehors car il n'y a plus de place sous la serre. Il y aura aussi de la tétragone, un épinard d'été qui est délicieux ».
Le travail de la terre est très limité pour favoriser la vie du sol. Macération d'orties, de prêle ou de consoude, purin de tomate sont fabriqués sur place. Les associations intelligentes entre espèces végétales sont largement utilisées pour limiter les attaques des nuisibles.
A proximité, un autre espace de production et une autre méthode de travail : Mathys utilise la méthode Fortier qui consiste à produire des légumes en planches, de façon beaucoup plus organisée. « Le domaine est un lieu d'innovation et d'expérimentation. En 2023, tout sera certifié bio. Nous avons également replanté un verger où il y a 30 pommiers de variétés différentes », précise Guillaume Baschet-Sueur.
Le domaine du Grand Daubeuf s'étend sur une surface de 40 hectares. Le château du 17ème siècle, les écuries du 19ème siècle, les maisons de ferme, le chenil...tous les éléments paysagers et le bâti font l'objet d'une campagne de restauration gigantesque pour un projet global d'accueil du public : visites du potager, structure hôtelière et gîtes, espaces d'expositions, de réceptions, de concerts, de théâtre...
« Nous sommes actuellement dans l'attente d'instructions précises quant à la réouverture du domaine au grand public. Depuis son ouverture en 2017, nous avons accueilli près de 6000 visiteurs ».


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Paiements couplés bovins : quels changements en 2023 ?
L’aide couplée aux bovins est sans aucun doute celle qui a connu le plus de bouleversements. Elle fusionne les aides aux bovins…
Pac 2023 : comment accéder à l’éco-régime ?
La Pac 2023-2027 entre bientôt en vigueur. Pour vous aider à vous approprier cette nouvelle réglementation, l’Union agricole…
Création d’Oplase SA pour renforcer le poids des producteurs
Les producteurs de l’Association des producteurs laitiers normands (APLN) se sont réunis lundi 24 octobre pour comprendre l’…
Dégrèvement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFNB) : les précisions
À la demande de la FNSEA 76, de JA 76 et de la Chambre d’agriculture, et compte tenu de la sécheresse estivale, le préfet de…
“Si T’es Pro T’es In” : quatre passeports pour quatre publics
Comment faire en sorte que l’information sur l’autonomie protéique soit facilement accessible à des groupes d’agriculteurs, de…
Influenza aviaire : trois zones de contrôles temporaires dans le 76
Des cygnes morts à Saint-Aubin-le-Cauf, un goéland trouvé mort à Octeville-sur-Mer ainsi qu’une basse-cour touchée à Anneville-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole