Aller au contenu principal

Jaune silphie, une couleur qui pourrait se répandre pour valoriser nos terres

Une plante pérenne très mellifère qui, bien implantée, s’en sort même en cas de stress hydrique, valorisée dans les rations pour l’élevage mais aussi à fort pouvoir méthanogène. La silphie gagne du terrain en France.

La variété Abica Perfo est la seule commercialisée chez nous.
© Pixabay

Voilà un peu plus de trois ans qu’elle a fait son apparition dans les terres agricoles françaises, et chaque année, elle gagne un peu plus de surface. La silphie, astéracée originaire de régions tempérées d'Amérique du Nord, séduit de plus en plus de producteurs, à destination de l’alimentation animale et de la méthanisation. « Il s’agit chez nous de la variété Abica Perfo, non invasive, distribuée par notre société HADN sous la marque Silphie France. Nous garantissons un taux de germination supérieur à 90 %, et surtout, nous apportons le conseil technique indispensable à la réussite de l’implantation », a présenté Noémie Breton, de Silphie France, le 27 février, dans les locaux de la Chambre d’agriculture, à Abbeville (80)

Une plante séduisante

Une fois bien implantée, cette plante pérenne (au moins quinze ans) peut atteindre 3,5 m de hauteur et fournir jusqu’à 80 tiges par pied. Comptez entre 10 et 20 tonnes de matière sèche par hectare selon la conduite. Elle est très mellifère, avec une floraison de mi-juillet à septembre, lorsque la plaine est pauvre en fleurs. « Les abeilles peuvent produire 150 kg de miel par hectare», assure Amédée Perrein, co-fondateur de Silphie France. C’est aussi une plante zéro phyto : « elle nécessite un désherbage mécanique – puisqu’aucun produit n’est homologué la première et deuxième année, mais ensuite, elle étouffe les adventices. »

Régénération des sols

Un refuge pour le gibier ? « Pas du tout. Les sangliers n’apprécient pas sa texture rugueuse », assure Noémie Breton. Elle est appréciée pour valoriser des ZNT, des zones de captage et inondables, des parcelles éloignées et peut être conduite en agriculture bio. Une fois implantée, elle s’avère très résistante. « Elle résiste jusqu’à - 40 °C. Son système racinaire, très fin, est aussi très profond, jusqu’à 2,50 m sous le sol. Lors des printemps secs, elle peut déjà faire 2 m de haut, alors que le maïs ne dépasse pas le genou. » Ces racines résistent aussi à une immersion totale prolongée. Elles sont de l’or pour les sols : elles pourrissent naturellement, forment ainsi 6 à 8 t d’humus par hectare, et sont capables de régénérer des sols pauvres en matière organique en une petit dizaine d’années. Quand à l’eau, les feuilles attachées à leur base, comme celles de la rubarbe, recueillent la moindre rosée. « On l’appelle la plante bain d’oiseau. »

Deux valorisations possibles

Sa valorisation peut être de deux sortes. « En France, 50 % des producteurs l’utilisent en fourrage, 50 % pour la méthanisation », note Noémie Breton. En fourrage, elle pourra être récoltée trois ou quatre fois par an, « conduite comme de la luzerne », en ensilage ou en enrubannage. Les valeurs alimentaires présentées sont les suivantes : 19 à 20 points de protéines, et des UF d’environ 0,90. Elle se récolte entre 28 et 32 % de MS. Pour la méthanisation, elle se récolte une fois par an, fin août ou début septembre. « La teneur en méthane du biogaz varie de 51 à 55 %. En laboratoire, un rendement de 310 l de méthane par kg de matière sèche a été atteint.  Une production moyenne de 15 à 20 t de matière sèche par hectare produit 4 650 m3 de biogaz environ. » La silphie est « pour l’instant » considérée comme une culture principale, et entre donc dans le quota des 15 % du volume qui entre dans le méthaniseur.

Quelques contraintes

Ce n’est cependant pas une “plante miracle” ; elle comporte quelques défauts. Premièrement, son coût : entre 1 500 et 1 800 euros de semences par hectare. « Cela s’explique par les techniques de récolte des semences très gourmandes en main-d’œuvre. Ses graines se récoltent à la main uniquement, puis celles-ci subissent un traitement pré-germinatif en usine, qui nécessite une alternance de températures plus ou moins élevées pendant plusieurs semaines ». Presque tous les sols sont adaptés, mais ceux à faible pH (- de 6,5) sont à proscrire.
Les deux premières années n’espérez pas de vraie valorisation. « La semence est amortie au bout de cinq ans. »  Pour pallier la perte financière de la première année, Silphie France propose de la semer sous couvert de maïs. « Mais cette implantation est moins performante que seule ».
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole