Aller au contenu principal

Gérer les adventices grâce au faux-semis… sous conditions

Avec des résistances de plus en plus fréquentes et des réductions de solutions chimiques, la lutte contre les adventices est un vrai casse-tête. La technique agronomique du faux-semis est donc séduisante. À condition de bien la maîtriser.    

Avec des résistances de plus en plus fréquentes et des réductions de solutions chimiques, la lutte contre les adventices est un vrai casse-tête. La technique agronomique du faux-semis est donc séduisante. À condition de bien la maîtriser.
Pour Hervé Georges conseiller en productions végétales à la Chambre d’agriculture de la Somme, le faux-semis est une solution agronomique très intéressante, alors que le problème adventices se tend un peu partout. Dans cette parcelle, le ray-grass est devenu résistant.
© A. P.

« Plus on pratique les faux-semis, plus il y a de mauvaises herbes dans la parcelle. » Voilà quelques années qu’Hervé Georges, conseiller en productions végétales à la Chambre d’agriculture de la Somme, entend cette rumeur circuler en plaine. « Si la technique échoue parfois, c’est qu’elle est mal contrôlée. Cette solution agronomique présente pourtant un gros intérêt, alors que le problème adventices se tend un peu partout. Les cas de résistance sont de plus en plus nombreux et les molécules chimiques de moins en moins autorisées. »

Vous avez dit faux-semis ? Entendez par là un travail superficiel du sol qui a pour objectif de stimuler la levée des adventices en interculture, puis de les détruire avant l’implantation de la culture. « Dans la Somme, des agriculteurs engagés en mesures agroenvironnementales (MAE) de réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires les pratiquent de plus en plus », note le spécialiste. Lui-même est engagé dans le projet Adventurh que pilote Agro-Transfert Ressources et Territoires, pour une meilleure maîtrise des adventices (cf. encadré). Le faux-semis y a toute sa place.

Clés de réussite

Des critères de réussite sont à suivre à la lettre. Premièrement : anticiper le passage mécanique. « Il faut s’y prendre suffisamment tôt, au moins trois semaines avant la date prévue pour les semis. » Il s’agit souvent d'un faux-semis réalisé à l’automne, mais il peut aussi être envisagé au printemps. Celui-ci demande une préparation fine et superficielle du sol, pour établir un bon contact terre-graine favorisant la levée des adventices. Le rappuyage est ensuite primordial. « Peu importe le matériel utilisé, du moment que le résultat est là », assure Hervé Georges. Lui, conseille généralement un passage de déchaumeur assez rapide, pour une terre bien affinée, puis un passage de rouleau plombeur, plus lentement, pour bien rappuyer. « Cela implique deux passages, donc plus de consommation de gasoil et plus de temps, mais le résultat est meilleur. » Une bonne pluie sera aussi un facteur favorable à la levée. Si plusieurs outils de travail du sol sont utilisés, Hervé Georges recommande de commencer par celui qui offre un travail plus profond et de terminer par celui qui sera le plus superficiel. « Les agriculteurs ont tendance à faire l’inverse. » Une fois les adventices bien levées, tout n’est pas gagné. « Un bon faux-semis doit être bien détruit. En cas de repiquage, ça peut être catastrophique. Pour cela, le glyphosate reste le produit le plus efficace. » Si les conditions sont bien sèches, une destruction mécanique peut également être envisagée, « à l’aide d’outils à dents de type vibrodéchaumeurs et cultivateurs à trois ou quatre rangées de dents », donne pour exemples Arvalis.

Encore des questions

Hervé Georges pointe néanmoins un point faible de la technique : « Une forte pluie après un faux-semis peut compromettre les semis, car la terre n’aura plus assez de portance pour y entrer. » Des questions restent aussi en suspens. « La physiologie des mauvaises herbes n’est plus la même aujourd’hui qu’il y a dix ans. Nous observons par exemple de plus en plus de vulpins au printemps. Les problèmes de chénopodes dans les colzas sont aussi récents. » Des interrogations sur la levée de la dormance des graines, propre à chaque espèce, planent aussi. Or, si la dormance n’est pas levée, la technique du faux-semis est inefficace. Mieux connaître ces plantes offrira une meilleure efficacité des mesures agronomiques. C’est tout l’objet du projet Adventurh. •

 

Adventhur, l’aventure contre les adventices


Les agriculteurs ont besoin de leviers agronomiques pour lutter efficacement contre les adventices. Agro-Transfert Ressources et Territoires pilote dans ce cadre le projet partenarial de R&D Adventhur (2020-2024). Un diagnostic a d’abord été conduit en 2019 en Hauts-de-France. Il a permis de préciser les problèmes de gestion des adventices rencontrés. Trois catégories ont émergé : les résistantes (vulpin, ray-grass…), les récurrentes (chénopode, mercuriale) et les adventices à préoccupations grandissantes (morelle noire, datura…). Des connaissances renouvelées sur les déterminants biologiques des adventices, des références nouvelles sur les leviers de gestion, et des solutions pour accompagner l’adoption des leviers agronomiques par les exploitations agricoles doivent en découler. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pissy-Pôville se prépare au Festival de la terre 2022
Petite commune de près de 1 300 habitants, idéalement situées à quelques kilomètres de Rouen (15 km), Pissy-Pôville se prépare le…
abricotiers
Fruits d’été : face aux GMS, les producteurs brandissent la menace de l’agroécologie

L’AOP Pêches et abricots de France menace de «suspendre» certains projets agroécologiques (vergers écoresponsables,…

Prix du lait : le compte n’y est vraiment pas
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Dans le marais, la fauche réglementée a un goût amer
Dans la réserve naturelle de l’estuaire de la Seine, les agriculteurs sont contraints de respecter une réglementation quant à la…
Foncier : le ministère publie le prix des terres par région agricole pour 2021

Le barème indicatif de la valeur vénale moyenne des terres agricole en 2021 est paru au Journal officiel le 7 août.…

Le colza érucique : les mérites d’une filière maîtrisée et locale
Avec 45 % de teneur minimale en acide érucique, l’huile de ce colza est destinée au marché de l’oléochimie (détergent, solvant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole