Aller au contenu principal

Déforestation : avec une aide de 200 euros/ha, l’élevage pourrait se passer de soja importé

Le chiffre
200 euros/ha


Diviser par deux les surfaces de maïs ensilage, quadrupler celles de soja et doubler celles de protéagineux : c’est à ces conditions que « la France pourrait se passer entièrement de soja importé sans pénaliser les productions animales », selon une récente étude de l’Idele. Pour les bovins lait et viande, le maïs ensilage en moins pourrait être remplacé par des prairies riches en légumineuses et des céréales. « Cette substitution entre le maïs et l’herbe mobilise plus de surfaces du fait des différences de rendement », note toutefois l’institut, 1 ha de maïs ensilage étant remplacé par 1,4 ha de prairies et 0,5 ha de céréales. Quant aux surfaces de légumineuses à graines cultivées en France, le scénario de l’Idele les réserve aux volailles (soja) et aux porcs (colza dépelliculé, pois protéagineux). Développer ces cultures nécessiterait un « soutien spécifique » de 200 euros/ha sur un million d’hectares (Mha). L’Idele plaide pour une aide équivalente aux légumineuses fourragères, aussi sur 1 Mha, soit un total de 400 M€. Au niveau européen, le même scénario permettrait de « réduire très fortement, voire de se passer rapidement du soja américain », avec 4 Mha de prairies à légumineuses et 6 Mha de soja et protéagineux, toujours primés à 200 euros/ha (soit 2 Mrd€).

Publicité