L'Union Agricole 18 mars 2021 a 11h00 | Par YG

Volailles de chair : 2021, année de tous les dangers.

Mercosur, influenza, flambée de l’aliment... Les producteurs de volailles de chair attaquent une année 2021 périlleuse sur le plan économique, après avoir résisté à la crise sanitaire en 2020. Laminées par la fermeture des restaurants, les « petites espèces » jouent leur survie.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La filière veut « redémarrer la restauration avec de la volaille française ».
La filière veut « redémarrer la restauration avec de la volaille française ». - © Pascal Le Douarin

Entre l’épizootie d’influenza aviaire et la possible ratification européenne de l’accord UE-Mercosur, l’année 2021 s’annonce semée d’embûches pour la filière volailles de chair. À court terme, la principale source d’inquiétude des aviculteurs reste la flambée des prix de l’alimentation animale. Dans le sillon des cours mondiaux des céréales et oléoprotéagineux, le prix de l’aliment pour volailles a explosé de 24 % en un an (indice Itavi de février 2021).

Environ deux tiers de ce surcoût ont été répercutés aux distributeurs, a-t-on appris lors d’un point presse d’Anvol (interprofession des volailles de chair) le 9 mars. « Nous avons fait un bout du chemin, mais nous devons arriver au bout », a insisté le président d’Anvol Jean-Michel Schaeffer, selon qui « les acteurs de l’amont sont en danger ».

 

Une flambée de l’aliment à 400 M€

 

La hausse du prix de l’aliment provoque « une augmentation de 14 % du coût de production d’une volaille vivante, et de 9 % pour la viande de volaille », estime Gilles Huttepain, vice-président d’Anvol. Sur ces 9 %, « nous avons obtenu 6 % » auprès des distributeurs, en deux hausses (janvier et mars), explique le directeur du leader français LDC. Les discussions sur le tiers manquant sont en cours, « elles se concluront en avril, mai », espère M. Huttepain. Pour l’amont de la filière, le surcoût total se situe « entre 350 et 400 M€ », selon l’interprofession.

Au stade du consommateur, la hausse nécessaire ne représenterait qu’« environ 40 centimes pour une barquette d’escalopes de poulet », relativise M. Huttepain. « Nous avons besoin de quelques centimes d’euros au kilo pour sécuriser les éleveurs et faire vivre la filière », plaide Jean-Michel Schaeffer. En volailles de chair, la quasi-totalité de la production des filières longues fait l’objet de contrats entre éleveurs et abatteurs, avec indexation sur le coût de l’aliment. Mais « tout l’enjeu est de répercuter la hausse aux derniers maillons de l’aval » en l’absence de contractualisation, rappelle le président d’Anvol.

« Il faudra aussi faire passer ces hausses aux restaurateurs » lorsqu’ils reprendront leur activité, ajoute Gilles Huttepain. Largement consommatrice de volaille importée, la restauration hors domicile (RHD) était -avant la Covid-19- le moteur de la croissance de la consommation. La filière volailles espère « redémarrer avec de la volaille française », selon les mots de Jean-Michel Schaeffer. Elle compte pour cela sur l’obligation d’afficher l’origine de toutes les viandes en restauration, promise depuis 2019 par le gouvernement. « On nous a promis le décret pour le printemps », rappelle la directrice d’Anvol Anne Richard, ajoutant que le texte serait « en relecture au Conseil d’État ».

 

Consommation « pratiquement équivalente à 2019 »

Malgré l’effondrement des ventes en RHD (plus du quart des débouchés), les volailles de chair ont bien résisté en 2020. Tous débouchés confondus, la consommation de volailles a été « pratiquement équivalente à 2019 », à 1,88 million de tonnes (-0,7 %), souffle Anne Richard.

Une stagnation qui a mis fin à cinq années de croissance continue (+3 % par an). En hausse de 9,3 %, les ventes en grandes surfaces ont pris le relais des restaurants. Un engouement dont ont particulièrement bénéficié le poulet (+12,3 % de ventes en GMS) et la dinde (+3,6 %). Les volailles fortement dépendantes de la RHD, dont les « petites espèces « (pintade, caille, pigeon, etc.) ont par contre largement souffert de la crise sanitaire. Les ventes globales reculent ainsi de 17 % pour le canard et de 11,5 % pour la pintade. Mais l’impact de la crise sanitaire sur le revenu des éleveurs est encore plus élevé, de l’ordre de « 25 à 30 % du chiffre d’affaires », alerte l’interprofession.

L’explication : du fait de la contractualisation, « on ne met en place que les volailles qui sont déjà assurées d’être vendues », rappelle Anne Richard. Pas de vente signifie donc pas de mise en place, ce qui démultiplie le manque à gagner.

Sans redémarrage de la restauration, certaines espèces de volailles (pintade, pigeon, caille ou poulet de Bresse) sont menacées de disparition, prévient l’interprofession. La filière a obtenu 3 M€ d’aides d’urgence, une « enveloppe bien maigre », se désole Anne Richard. Annoncées en novembre 2020, « ces mesures se mettent en place en mars, a-t-elle dévoilé. Les éleveurs peuvent déposer leur dossier en avril et les aides seront versées au second semestre. »

- © D. R.

Les Français friands du poulet


Concernant la consommation, la France est à la troisième place européenne, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne. Le poulet reste une valeur sûre puisqu’il représente 71 % des volailles consommées en France, devant la dinde (16 %), les canards (9 %) et les autres produits (cailles, pigeons…). Les ménages ont été friands de poulets et de dindes, les premiers voyant leurs achats bondir de +12,3 % et les seconds de 3,6 %. Même avec la restauration hors foyer, les chiffres restent positifs : +1,3 % pour les poulets et + 1,8 % pour les pintades.

« Avec la restauration qui a fermé en 2020, on avait des craintes de perdre énormément de volumes », a expliqué Anne Richard, directrice d’Anvol. Ces bons chiffres masquent toutefois quelques disparités : très prisés par les ménages (+4,2 %), le canard a vu sa consommation chuter de 17 % « en raison du fort impact de la fermeture de restaurants pour cette filière », a expliqué Anvol. Les pintades subissent elles aussi le même sort avec un recul de 11,5 %.

 

Quel avenir pour les volailles festives ?

C’est la fierté de l’Anvol : La France est, certainement, le seul pays au monde à détenir une diversité de production aussi importante, avec des volailles de chair, des canards, des oies, de pigeons, des cailles, des pintades… Pour ces trois dernières productions, « la situation est très difficile », a affirmé Anne Richard. Certaines filières comme celle des pintades risquent de disparaître « sans préservation des reproducteurs », a-t-elle expliqué. « La situation est aussi très difficile pour les filières cailles et pigeons », parce que « les éleveurs de ces filières sont toujours en attente de la mise en œuvre de l’aide promise par le gouvernement ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les breves du journal
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes