L'Union Agricole 09 décembre 2020 a 12h00 | Par L.G.

Une plateforme normande pour les grandes cultures.

Lors de sa dernière session, la chambre d’agriculture de l’Eure a présenté un projet de ferme expérimentale en grandes cultures, pour la Normandie.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La chambre d’agriculture travaille à ce projet avec 
Arvalis institut du végétal et dont les essais pourraient être menés au lycée agricole du Neubourg.
La chambre d’agriculture travaille à ce projet avec Arvalis institut du végétal et dont les essais pourraient être menés au lycée agricole du Neubourg. - © Christian Gloria

La chambre régionale d’agriculture planche actuellement sur un projet de plateforme expérimentale en grandes cultures, pour tester des systèmes qui feront l’agriculture de demain. Le projet a été présenté en session de la chambre d’agriculture de l’Eure, par Régis Chopin, élu référent de Guichainville. La chambre collaborerait sur ce projet avec Arvalis, l’institut du végétal, et le lycée agricole du Neubourg pour y accueillir les expérimentations sur une de ses parcelles.

L’objectif poursuivi consiste à diminuer les produits phytosanitaires dans les itinéraires techniques en polyculture-élevage. Le choix du lycée agricole du Neubourg permettrait une collaboration étroite avec la station expérimentale Arvalis d’Ecardenville-la-Campagne. Pour rappel, la chambre régionale de Normandie dispose d’une ferme expérimentale en production fourragère à la Blanche Maison, située dans la Manche, mais n’a pas d’équivalent en grandes cultures, alors qu’une bonne partie de la Normandie est concernée par les productions végétales et industrielles.

 

Outil de formation

« L’enseignement agricole semble très intéressé pour recevoir cette plateforme, car en plus d’être ouverte aux agriculteurs, elle pourrait être un outil de formation pour les étudiants », explique Régis Chopin. 31 000 exploitations de Normandie doivent aller vers cette transition agroécologique, « c’est l’un des projets de notre mandature », rappelle l’élu. Enfin, pour financer le projet, la chambre régionale s’est rapprochée de la Région et de l’agence de l’eau, entre autres, pour formuler un budget permettant d’atteindre ses objectifs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Alexis (14) | 11 décembre 2020 à 11:23:32

L'agriculture évolue, les méthodes doivent évoluer aussi. Les micro-parcelles ne sont plus du tout adaptées pour trouver les solutions de demain, notamment celles qui mettent en jeu les mécanismes vivants diffus dans les sols. J'espère que ce projet intègre cette réflexion sans quoi on passera à côté du sujet. Bien amicalement,

Alexis (14) | 11 décembre 2020 à 11:24:52

belle initiative en tout cas.

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,