L'Union Agricole 30 mars 2017 à 08h00 | Par Laurence Geffroy

« Une équipe syndicale renouvelée avec de nouvelles têtes et des nouvelles idées »

Patrice Faucon a été élu vendredi 24 mars par le conseil d'administration réuni pour l'occasion à Bois-Guillaume. Rencontre avec le nouveau président de la FNSEA 76.

Abonnez-vous Imprimer
Patrice Faucon : « C'est le collectif qui prime ».
Patrice Faucon : « C'est le collectif qui prime ». - © Valérie Sorieul

Patrice Faucon, le nouveau président de la FNSEA 76 élu vendredi, est polyculteur-éleveur à Crasville-la-Rocquefort. Il est installé avec son épouse, Sabine, et un salarié sur 120 hectares, avec des volailles et des bovins allaitants. Il partage avec son frère Damien, éleveur caprin, un local de vente à la ferme. Il est également maire de sa commune et membre du bureau de la fédération nationale bovine.

Neuf présidents cantonaux et quatre présidents d'arrondissement ont été renouvelés au sein de la FNSEA 76 cette année, comment voyez-vous le travail de ce réseau de proximité ?
Patrice Faucon : Il faut conserver la proximité, cela passe par le réseau, c'est notre force. Mais nous réfléchissons aussi à faire évoluer la participation, sur des territoires plus grands que l'échelle cantonale. Avec les communautés de communes, les pouvoirs de décision se déplacent et les agriculteurs ont peur d'être oubliés, noyés dans la masse. La Seine-Maritime est un département peuplé, urbain. Nous avons besoin de communiquer. Au sein du bureau, il y a de nouvelles têtes qui apporteront de nouvelles idées car ils ont des parcours particuliers. Nous avons créé une cellule communication pour amener de la méthode. Je m'appuie sur une équipe et en partageant les idées, on va plus loin. Nous allons apprendre à nous connaitre mieux, que chacun trouve sa place, et que les débats soient riches et productifs.

Quelles sont les priorités pour les adhérents ?
Je souhaite redonner confiance. C'est le collectif qui prime. On a tendance à croire à tort qu'en période de crise, on peut s'en sortir seul. La crise de l'élevage est autant morale qu'économique. Certains partent avant l'âge de la retraite et ce n'est pas forcement pour des raisons économiques. La Pac est un enjeu, elle est de plus en plus libérale, il nous faut retrouver des filets de sécurité.
Une revalorisation des productions (viande, lait, céréales...) de 30 centimes a plus d'influence que les aides Pac sur le revenu ! Nous devons discuter avec la grande distribution. Pour la viande, cela a commencé, avec la reconnaissance des coûts de production. Pour le lait, avec la marque « c'est qui le patron ». Il faut poursuivre le travail dans les autres productions. Certaines enseignes sont prêtes à jouer le jeu. Carrefour et système U ont commencé à dialoguer. Pour cela, les manifestations sont essentielles. S'il n'y avait pas eu celles de 1995, ils ne seraient pas venus autour de la table. Mais il y a un moment pour les manifs et un moment pour la construction, et c'est aussi important.
Il y a désormais des enjeux sociétaux qui ne s'arrêtent pas à l'environnement et au bien-être animal. Il y a des choses à reconquérir et à gagner. Le consommateur est prêt à payer plus cher pour de la qualité. Il ne faut pas louper le coche, même si c'est une petite partie des consommateurs.

Quelle est la place de la FNSEA  76 dans la FRSEA Normandie ?
La FRSEA se construit, une bonne partie de la Pac est désormais confiée à la Région. Il nous faut néanmoins un projet porté par les départements, ensemble, pour la Normandie. Nous avons cette chance que la Normandie soit citée comme deuxième destination connue à travers le monde. Ses verts pâturages sont une image bien réelle. Nous avons une diversité de production, des atouts certains comme le lin, les chevaux, le lait, le fromage... Nous avons Paris à côté, c'est un bassin de consommation important. Nos produits n'ont rien à voir avec ceux venant d'Amérique du Nord...

Comment se passe le transfert avec votre prédécesseur Arnold Puech d'Alissac ?
Avec Arnold, nous avons une complicité depuis longtemps, depuis notre passage ensemble chez Jeunes Agriculteurs. Par son engagement quotidien, Arnold a su faire des émules. Il laisse la FNSEA 76 dans une bonne santé financière et sociale, cela permet de réfléchir à une réorganisation et regarder les marges de progrès. Arnold a su attirer les gens pour qu'ils prennent des responsabilités. Nous avons la chance d'avoir des personnes compétentes prêtes à s'investir, à la fois chez les élus et chez les collaborateurs. Nous sommes une équipe au service de nos adhérents et des agriculteurs de Seine-Maritime, avec des défis à relever.

Propos recueillis par Laurence Geffroy

 

 

 

 


Les membres du bureau de la FNSEA 76
Les membres du bureau de la FNSEA 76 - © Olivia Brialix

« J'aurai la chance d'avoir un bureau très rapproché et très compétent »

Arnold Puech d'Alissac l'avait fait savoir il y a un moment déjà, il souhaitait arrêter son mandat de président de la FNSEA 76 pour pouvoir se consacrer à la représentation des agriculteurs au sein de la FNSEA, mais désormais au niveau européen et mondial. C'est pourquoi, un conseil d'administration de la FNSEA 76 s'est réuni vendredi 24 mars à Bois-Guillaume pour renouveler ses équipes. Un seul candidat s'est présenté pour prendre la succession d'Arnold Puech d'Alissac : Patrice Faucon qui a été élu à l'unanimité. Ce dernier s'est dit « fier de lui succéder et après avoir remercié ses prédécesseurs, il a rappelé l'état d'esprit dans lequel il se situe : c'est le collectif qui nous tire vers le haut et non le contraire». « J'aurai la chance d'avoir un bureau rapproché et très compétent » a déclaré Patrice Faucon à l'issu du vote. Pour lui, « compte tenu de la grosse crise morale que nous vivons aujourd'hui au sein du milieu agricole, nous allons devoir travailler pour redonner de l'espoir et de la fierté dans notre métier ». Concernant l'acte de syndicalisation, le nouveau président de la FNSEA 76 a rappelé que « nous ne sommes rien sans nos adhérents » et s'est réjoui de compter plus de nouveaux cotisants que l'an passé. Pour conclure, Patrice Faucon a rappelé en parlant des non-adhérents qu' « il y a plus de choses qui nous rapprochent que de choses qui nous divisent et c'est ce qu'il faut retenir ».

Olivia Brialix

Composition du bureau

Les membres du bureau de la FNSEA 76 sont Stéphane Donckele (secrétaire général); Sébastien Sortambosc (secrétaire général adjoint) ; Bruno Ledru  (trésorier) ; Gilles Barré (président de l'arrondissement de Dieppe); Daniel Couckuyt  (président de l'arrondissement du Havre);  Olivier Cleland (président de l'arrondissement de Neufchâtel); Philippe Levavasseur  (président de l'arrondissement de Rouen) ; Guillaume Burel  (président de l'arrondissement d'Yvetot) ; Sylviane Lefez  (présidente de la commission agricultrices) ; Guillaume Cabot  (président de Jeunes agriculteurs 76) ; Jocelyn Pesqueux  (représentant des sections animales); Laurent Macaigne (représentant des sections végétales) ; Stéphane Lecarpentier (président de la commission communication) ; Sébastien Windsor (président de la chambre d'agriculture de la Seine-Maritime) ; Arnold Puech d'Alissac (président sortant de la FNSEA 76).

Les commentaires ont été suspendus pour cet article

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

sondage du mois Loading...

89truetrue
chargement...
Merci de sélectionnez au moins une valeur

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui