L'Union Agricole 26 mars 2021 a 09h00 | Par Catherine Hennebert

|Spécial Pommes de terre| Comment bien maîtriser la thermonébulisation.

La thermonébulisation reste la pratique majeure d’emploi pour les produits alternatifs. C’est malgré tout une pratique nouvelle pour certains producteurs et il est important de bien maîtriser le risque incendie.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Un des points essentiels est la température.
Un des points essentiels est la température. - © ARVALIS

« Il faut supprimer les sources d’activation du triangle du feu. S’il y a incendie, c’est qu’il y a eu, à un moment donné, le rassemblement de trois éléments : l’oxygène, le combustible et l’énergie. On peut agir sur les deux derniers éléments. En ce qui concerne le combustible, il est essentiel de supprimer tout matériau inflammable à proximité du point de thermonébulisation. Cela passe par une protection de l’isolant au niveau du passage du canon, par la suppression de tous matériaux inflammables devant le canon (bois, paille…), un espace libre suffisant devant le canon pour que le produit se libère le plus possible » explique Michel Martin, d’Arvalis.

Pour l’énergie, il faut éviter flammes et étincelles. A ce niveau, un certain nombre d’éléments sont plus en lien avec le choix de l’appareil.

 

Gérer la température

L’avantage d’un appareil électrique, par rapport au thermique manuel, est de permettre de gérer la température du courant d’air chaud. Cela évite de travailler à des températures trop élevées. Les produits qui passent dans le thermonébulisateur, à des doses importantes, peuvent encrasser le canon. Il est donc nécessaire de nettoyer avant et après le canon.

Un des points essentiels est la température. Il est important de pouvoir bien la régler avec des appareils électriques. Selon les produits, BioxM (huile de menthe), Dormir (1,4DMN) ou Argos, leurs caractéristiques d’inflammation sont assez différentes.

Pour le moment, la température d’auto inflammabilité du Dormir n’est pas encore connue mais elle est encours d’évaluation et serait nettement supérieure aux autres produits tels que le BioxM (301 °C) et Argos (248°C). Ces produits doivent être thermonébulisés à une température bien précise pour garantir une qualité de brouillard mais on voit qu’en fonction du produit utilisé, les risques peuvent apparaître rapidement. Ces aspects ont d’ailleurs été réfléchis avec Groupama, et Arvalis a édité une plaquette sécurité disponible sur le site Arvalis-info.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les breves du journal
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes