L'Union Agricole 27 janvier 2021 a 14h00 | Par Romain Dancet et Ugo Denis, chambres d’agriculture

|Spécial Délégation| Bien déléguer : comment changer de vision sur son métier et faire confiance aux autres.

Déléguer quelque chose à quelqu’un, c’est l’envoyer avec le pouvoir d’agir, d’examiner, de juger, de négocier à sa place et lui donner de son autorité ; pouvoir nécessaire à la réalisation d’une mission. Généralement c’est parce que vous n’avez pas le temps pour tout faire, ou bien que quelqu’un sait mieux faire que vous ou encore que vous souhaitez vous consacrer à d’autres tâches.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Il est plus simple de déléguer les fonctions de technicien.
Il est plus simple de déléguer les fonctions de technicien. - © JC Gutner

Les freins à la délégation sont nombreux tels que le coût, le temps et la qualité du travail attendue. Déléguer active nos peurs : changement, perte de pouvoir, échec, trop de temps investi, remise en cause des pratiques, perte d’une activité qu’on aime ou d’avouer que l’on a besoin d’aide. Dès lors, comment dépasser ces éléments et déléguer sereinement ?

 

Changer de vision sur son métier

Être chef d’exploitation revient à assumer trois fonctions : pilote, gestionnaire et technicien. Et celles-ci n’occupent pas la même place selon sa perception du métier ni sa situation.

Les fonctions qui touchent aux décisions stratégiques pour l’entreprise ne se délèguent pas, comme le pilotage et une bonne partie de la gestion de l’entreprise. Il est plus simple de déléguer les fonctions de technicien. Dans les faits, le volume d’activité technique du chef d’entreprise diminue au profit des deux autres fonctions. Accepter ce changement est un préalable à la délégation.

 

Faire confiance aux autres

Cela demande de se rassurer face à ses peurs. Une bonne préparation de la délégation peut y contribuer. Il convient ainsi de décider quoi déléguer en fonction du temps à y consacrer, des compétences nécessaires, de l’intérêt qu’on porte ou non à ces tâches… Puis de formuler clairement les objectifs de travail attendus avec les tâches à réaliser et les résultats souhaités.

A partir de la liste des tâches délégables, définir le profil de compétences recherché afin de choisir la bonne personne en capacité de le faire. Cette dernière peut être interne à l’exploitation ou externe.

Une fois la personne trouvée, prendre du temps pour expliquer et faire des points réguliers (évaluer, recadrer) avec un mode de communication et de circulation de l’information clair. Enfin, donner à la personne tous les moyens de bien réaliser le travail demandé (ex : matériel, préparation de certains dossiers, codes d’accès…).

 

Par où commencer ?

Répondez aux questions suivantes pour aider à cheminer.

Que feriez-vous en plus, si vous disposiez de quelques heures supplémentaires par semaine grâce à une délégation ? Quels en seraient les effets secondaires positifs ? (sécurité par rapport aux délais, meilleure répartition des tâches, gain de temps, souplesse d’organisation…). Finalement, qu’est-ce qui au fond de moi me freine vraiment (aidez-vous de cet article) ? Suis-je prêt à me former sur la communication ou la gestion de la main-d’œuvre ?

 

Plus d’infos : https://normandie.chambres-agriculture.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les breves du journal
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes