L'Union Agricole 22 mai 2015 à 08h00 | Par Laurence Geffroy

"Sans les hommes, aucune action n'a de sens"

Patrick Chauvet, vice-président du Département, en charge de l'agriculture et de la ruralité, interviendra lors de l'AG de la FNSEA76.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © lgeffroy

« Je suis né à Buchy ». D'emblée, Patrick Chauvet insiste sur son attachement à son territoire. C'est ce qui l'a conduit à choisir la profession d'agriculteur après avoir exercé comme géomètre, avant de s'impliquer davantage dans la vie locale en tant qu'élu municipal en 1995 et maire en 2001.

Depuis deux mois, il est aussi le deuxième vice-président du conseil départemental, « enthousiaste », en charge de la ruralité. « L'agriculture en est une composante », explique le conseiller, cherchant dans ses papiers la longue liste des délégations qui lui ont été attribuées : « agriculture, enseignement agricole, espace rural, urbanisme, aménagement foncier rural, bâtiments communaux, pêche, politique de l'eau, santé animale, laboratoire agro-vétérinaire départemental ».

Fils de commerçants, Patrick Chauvet a baigné dans l'agriculture pendant son enfance, ses parents l'envoyant « en vacances chez des oncles et tantes agriculteurs ». Aujourd'hui encore, malgré son engagement - qu'il ne voit pas comme un acte politique, mais une « action publique pour servir le territoire » -, il reste attaché à son métier. « Les seuls appels que je prends toujours, même en réunion, sont ceux de mon fils, qui concernent l'exploitation ».

L'agriculture ne représente à l'heure actuelle que 0,09 % du budget du Département. Patrick Chauvet, qui rencontre beaucoup d'acteurs du monde rural depuis deux mois, sent bien les fortes attentes sur le terrain. Il rappelle que le président Pascal Martin a exprimé « une forte volonté » d'aller vers eux, en désignant un second vice-président de la ruralité.

« Le monde rural ne s'oppose pas au monde urbain, il est différent du fait de sa plus faible densité de population et le sentiment d'abandon des territoires ruraux est légitime, aujourd'hui, on ne compte que par le nombre ». Le souhait de l'élu est de promouvoir et d'accompagner cette composante du département. « Il ne faut pas être que dans la revendication, il nous faut nous appuyer sur nos points forts ».

Le territoire, il l'appuie sur trois piliers : le social, l'économique et l'environnemental. « Ne pas tenir compte d'un des trois romprait l'équilibre et nous conduirait à l'échec ». Les Hommes sont donc un des points forts, « sans lesquels aucune action n'a de sens ». Patrick Chauvet dont le fils s'est installé sur la ferme, voit l'évolution des nouvelles générations. « Notre jeunesse agricole est bien formée, il faut en être conscient et le taux d'échec est moindre. Ils sont sensibles à l'environnement, férus de nouvelles technologies - ce qui n'est pas incompatible - et ce sont des chefs d'entreprises et des gestionnaires ».

Concernant la politique du Département pour l'agriculture, il est encore tôt pour Patrick Chauvet de se prononcer. « Cela fait deux mois, il faut être sérieux et se poser, s'imprégner de ce qui se faisait. Nous avons lancé un audit financier qui servira de diagnostic pour poser nos orientations à l'automne. » Pour celles-ci, l'élu a bien des pistes, mais il n'est pas seul à décider. « Ma volonté personnelle doit être partagée, et nous devons en avoir la capacité financière », explique-t-il, les yeux rivés sur le calendrier. « La loi doit aussi nous le permettre ». En effet, Patrick Chauvet attend juin avec impatience, car la loi Notre votée à l'Assemblée nationale doit décider de la nouvelle organisation territoriale et donc des compétences des conseils départementaux. « Ce serait une erreur d'enlever l'agriculture aux Départements et qu'elle révèle des compétences de la seule Région. Nous avons besoin de proximité. Le lin, par exemple, c'est un petit joyau pour la Seine-Maritime qu'il faut préserver et qui ne concerne ni l'Orne ni la Manche. ».

Rendez-vous à Buchy pour l'assemblée générale de la FNSEA 76

La FNSEA 76 organise son assemblée générale le 28 mai à Buchy. Elle sera marquée par trois temps forts : l'intervention de Patrick Chauvet, maire de Buchy et vice-président du conseil départemental (voir ci-dessus) ; la présentation du rapport d'activités par le secrétaire général Stéphane Docnkele et la table ronde sur le thème "performance économique et environnementale". Afin de remercier les adhérents qui participeront à l'assemblée générale, le syndicat offrira trois abonnements à l'Union agricole et une revue Réussir. Le nom des trois bénéficiaires sera tiré au sort à la fin de l'assemblée générale statutaire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui