L'Union Agricole 11 octobre 2018 à 12h00 | Par Christophe Savoye

Peste porcine, vers le patient zéro.

A la date du 8 octobre, 53 cadavres de sangliers positifs à la peste porcine africaine (PPA) ont été découverts depuis le 13 septembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tout cadavre de sanglier doit être signalé à la fédération des chasseurs afin qu’il soit pris en charge par le réseau Sagir pour analyses.
Tout cadavre de sanglier doit être signalé à la fédération des chasseurs afin qu’il soit pris en charge par le réseau Sagir pour analyses. - © Stéphane Beillard

Une nouvelle hypothèse sur la cause de l’apparition de la PPA en Belgique vient d’être formulée par les autorités belges. Selon les informations de la RTBF, confirmées par le ministère belge de la Défense, deux cadavres de sangliers positifs à la peste porcine ont été découverts sur le territoire du camp militaire de Lagland, près d’Arlon. « L’une de ces carcasses a été découverte le 21 septembre et se trouvait à l’état d’ossements ce qui indique que la mort datait de deux à quatre semaines précédant la date de la découverte. Il pourrait donc s’agir du premier ou de l’un des premiers sangliers positifs au virus. »

Retour de mission
Le site de la Défense indique que des militaires étrangers en provenance de République tchèque et de Pologne, pays où la peste porcine est très présente, ont séjourné à Lagland. D’autre part, il est possible également que des militaires belges aient introduit la peste porcine en revenant de mission des Pays baltes où le virus est également présent. 
La RTBF ajoute « qu’ au sein du camp de Lagland, où s’entraînent des militaires belges et étrangers, toutes les manœuvres ont été arrêtées et le matériel est en cours de décontamination. Des recherches intensifiées ont lieu depuis vendredi dans et autour du camp militaire ». Pour protéger les élevages, deux mesures s’appliquent. L’une directement en élevage, la biosécurité, la seconde est la diminution des populations de sangliers en avant du front d’attaque de la maladie afin de casser la dynamique de propagation. Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que tout cadavre de sanglier doit être signalé à la fédération des chasseurs afin qu’il soit pris en charge par le réseau Sagir pour analyses. La plus grande vigilance s’impose à tous.• 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui