L'Union Agricole 17 juin 2020 à 10h00 | Par Simon Huet

Organiser et anticiper les besoins en paille, dès maintenant.

Alors que la moisson approche, et compte-tenu des conditions météorologiques, la FNSEA 76 appelle les céréaliers et les éleveurs à anticiper la future campagne de paille. Si la production fourragère, notamment sur les mois d’avril et de mars a permis de constituer des stocks, la situation n’évolue pas favorablement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Annick Conté

Dans son bulletin hebdomadaire, l’observatoire régional de la croissance de l’herbe constate « un ralentissement de la pousse de l’herbe est observé depuis 3 semaines. Les pluies annoncées pour les prochains jours peuvent donner un espoir de léger redémarrage de la croissance dans quelques semaines. Mais aujourd’hui les stocks sur pied sont faibles avec moins de 10 jours d’avance en moyenne » et de conclure que « Si rien n’est fait, un arrêt rapide de la saison est assuré. Le stock sera consommé avant d’avoir profité d’éventuelles conditions favorables à la repousse ». Sans verser dans le catastrophisme, il est cependant important d’anticiper cette situation et de sécuriser dès maintenant, l’approvisionnement en paille.

 

Analyser les besoins

L’analyse des besoins, mais aussi des stocks et de la récolte annuelle de fourrage est à faire au plus tôt pour avoir une vision juste de ses besoins d’achat de paille. Le département a la chance de jouir d’une diversité de production et d’une sole importante en céréales à paille. Il serait dommage que des éleveurs, pris de court, soient obligés d’aller chercher de la paille ailleurs. Pour cela, la FNSEA 76 peut favoriser la mise en relation de l’offre et de la demande de paille. Une enquête sera prochainement envoyée dans ce sens. En attendant, il est fortement conseillé, si ce n’est déjà fait, de se rapprocher de ses voisins. La contractualisation (avec notamment des engagements sur les enlèvements de paille et sur les prix), mais aussi d’éventuels échanges paille-fumier, peuvent être des éléments de concourir à l’obtention d’un accord gagnant-gagnant. Le Bureau Commun des Pailles et des Fourrages (proche de l’AGPB) et la FNSEA 76 recommandent la signature de contrat qui sécurise tant l’acheteur que le vendeur. Des modèles de contrat peuvent vous être proposés pour vous accompagner dans cette démarche.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui