L'Union Agricole 19 janvier 2017 à 08h00 | Par Catherine Hennebert

Olivier Langlet et Baptiste Boursier en route pour la finale à Paris

Les deux jeunes représenteront la Normandie le 25 février au salon de l’agriculture et tenteront de décrocher le titre de meilleur berger de France 2017.

Abonnez-vous Imprimer
Olivier Langlet (à gauche) du lycée agricole d'Yvetot et Baptiste Boursier du Legta du Robillard défendront les couleurs de la Normandie à Paris. (© Catherine Hennebert) Epreuve sur l’état de santé  de l’animale. © Catherine Hennebert Epreuve de parage. © Catherine Hennebert

Olivier Langlet, du lycée agricole d’Yvetot et Baptiste Boursier du Legta du Robillard iront à Paris pour participer à la finale nationale des 12èmes Ovinpiade. Les deux jeunes gens ont été sélectionnés lors de la finale territoriale le 12 janvier dernier au lycée agricole d’Yvetot. Ils représenteront la Normandie le 25 février au salon de l’agriculture et tenteront de décrocher le titre de meilleur berger de France 2017.
Olivier Langlet a 18 ans. En BTS Acse, il est fils d’agriculteur à Bernouville (27). L’exploitation familiale qu’il souhaite reprendre a un atelier allaitant et un petit atelier ovin.
Baptiste Boursier est de Saint- Martin-en-Campagne. Ce fils de pêcheur est en productions animales première année et souhaite être conseiller élevage. Il prépare aussi le Trophée national des lycées agricoles qui aura lieu du 1er au 5 mars au Salon.

Implication des éleveurs ovins normands
Les Ovinpiades font partie des actions de relance ovine du programme Inn’Ovin mis en place par la filière. « Il y a aujourd’hui un souci de renouvellement des générations dans les élevages ovins. Les Ovinpiades font partie de cette volonté de susciter des vocations chez les jeunes. Nous pouvons produire beaucoup plus d’agneaux en France. Seulement quatre agneaux sur dix consommés en France y sont produits. Il y a de la place et les revenus dégagés permettent aujourd’hui de vivre et d’investir », explique Françoise Prevost, co-présidente du comité d’orientation ovin de l’Ouest et éleveuse dans l’Eure.
Cette compétition régionale a accueilli 48 jeunes candidats volontaires de cinq établissements d’enseignement agricole  : Legta du Robillard, Legta d’Yvetot, Legta Baie du Mont Saint Michel, CFA d’Yvetot, LPA du pays de Bray. Les candidats ont passé cinq épreuves, une épreuve théorique en salle sur les connaissances techniques et la reconnaissance des races ovines. Ensuite direction la bergerie du lycée où les brebis ont été sollicitées pour les quatre épreuves pratiques. L’atelier ovin du lycée d’Yvetot existe depuis 10 ans. Soixante brebis, principalement de race Ile de France y sont conduites en semi-bergerie. Un nouveau projet se met en place sur l’atelier ovin, une comparaison de deux systèmes différents, le lot existant en semi-bergerie et l’autre en conduite innovante  :  éco pastoralisme, co-pâturage avec vaches laitières et pâturage des dérobés. De plus la nouvelle bergerie devrait voir le jour dans quelques mois.

Maîtrise technique et rapidité d’intervention

Au travers de ces épreuves encadrées par les éleveurs ovins et un technicien, l’objectif est de mettre en avant l’importance d’une bonne gestion de son troupeau, de savoir apprécier la santé de ses animaux, d’évaluer les risques professionnels d’une mauvaise contention et manipulation, de prévenir l’apparition de certaines maladies en conservant de bons aplombs…

Le tri de brebis : les jeunes doivent être capables d’isoler un lot de brebis à réformer avec le lecteur de boucles électroniques
L’appréciation de l’état de santé d’une brebis : les candidats doivent être capables de contenir une brebis prélevée dans un lot de femelles, d’apprécier son état de santé en moins de 6 minutes.

La manipulation : pour l’épreuve de manipulation, le jeune doit saisir une brebis désignée par le jury dans le lot, la sortir du parc, la faire marcher suivant un parcours balisé et l’asseoir dans une zone définie.

L’épreuve de parage : le concurrent doit être capable de préparer le matériel nécessaire et de parer les onglons d’une brebis relevée dans un lot de femelles.

Les commentaires ont été suspendus pour cet article

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui