L'Union Agricole 07 août 2019 à 13h00 | Par L'Union Agricole

La « mosaïque des cultures », un levier sous-estimé pour la biodiversité.

Une étude de l’Inra et du CNRS, publiée dans la revue scientifique Pnas le 2 août, démontre qu’augmenter la « complexité de la mosaïque cultures agricoles » (parcelles plus petites, diversité des cultures...) est « aussi bénéfique » pour la biodiversité que de les remplacer par des milieux « semi-naturels ». Il est donc possible de « conserver et restaurer la biodiversité » tout en « maintenant les surfaces de production agricole », concluent-ils.

Abonnez-vous Imprimer

Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé la biodiversité présente dans 1305 parcelles en Europe et au Canada. Selon leur observation, une diminution de la taille moyenne des parcelles de « 5 à 2,8 hectares » génère une augmentation de la biodiversité comparable à celle observée lorsque la proportion de milieux semi-naturels augmente de « 0,5 à 11 % ». Par ailleurs, la présence de différents types de cultures permet « d’héberger différentes espèces », qui disposent de « ressources complémentaires ». Selon les scientifiques, ce levier d’action est « largement sous-exploité » dans les politiques publiques.

Les commentaires ont été suspendus pour cet article

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui