L'Union Agricole 27 juillet 2017 a 12h00 | Par Laurence Geffroy

Moisson 2017 : des premiers échos positifs

La moisson a commencé jusqu'à trois semaines d'avance cette année pour les premières parcelles du département et il y a eu depuis, peu d'interruption, hormis ce début de semaine.

Abonnez-vous Imprimer
Les moissons du colza de l'orge et du blé se sont succédées sans interruption.
Les moissons du colza de l'orge et du blé se sont succédées sans interruption. - © Valérie Sorieul

Trois semaines d'avance. En pays de Caux, on avait jamais vu cela. Il a donc fallu anticiper par rapport aux années précédentes. Et les premiers retours du terrain sont positifs. « On retrouve une année moyenne après une année 2016 très mauvaise. Cela va faire du bien et permettre de passer le cap », commente Laurent Macaigne, président de la section grandes cultures de la FNSEA 76.

Des conditions climatiques favorables en colza
Concernant les colzas, presque terminés, s'il n'y a pas eu de problèmes d'implantation, les premiers résultats sont corrects, homogènes, avec des rendements autour de 40 à 45 quintaux, d'après Alain Ferrand de Cap Seine et plus hétérogène, de 35 à 60 quintaux, pour Sébastien Blot de Noriap. C'est donc plutôt une bonne surprise. Les conditions climatiques ont été favorables à cette culture et le battage s'est déroulé dans de bonnes conditions. Laurent Macaigne met un bémol sur la variété diffusion qui a souffert des dernières gelées en avril et qui obtient de moins bons résultats, autour de 30 quintaux.

Une année correcte pour les blés
En ce qui concerne les blés, il semble se profiler une année correcte, mais avec des résultats hétérogènes et des différences marquées entre les terres lègères de la vallée de Seine et les terres plus profondes. Mais dans certains secteurs, la récolte n'est pas terminée, un second
« tour de plaine » sera nécessaire fin août pour une meilleure estimation. Certains agriculteurs ont été tentés de battre tôt en raison de la météo mais ils ont pu rencontrer des problèmes de maturité des grains.
Pour ce qui est déjà battu, les épisodes pluvieux de juin font la différence sur les rendements mais, pour le plus grand nombre, les qualités sont satisfaisantes tant en poids spécifiques qu'en protéines, critères indispensables pour la commercialisation. D'après Sébastien Blot, on peut noter une exception sur certaines parcelles du pays de Bray qui ont subi la grêle début juillet sur le secteur de Neufchâtel, Buchy et Ferrières-en-Bray, dont les rendements sont moins bons.
Echos des OS
« Il reste une semaine mais c'est très encourageant, après une moisson si décevante en 2016 », se réjouit pour sa part Alain Ferrand. Les PS oscillent entre 75 et 84, pour Noriap et entre 78 et 80, voir au-delà pour Cap Seine. Les taux de protéines sont élevés. Les collectes se sont déroulées dans de bonnes conditions, au sec pour stocker les marchandises. Il a fallu cependant gérer la logistique car tous les secteurs ont été collectés en même temps. « Tout s'est enchainé rapidement, sans les décalages habituels entre les petites régions, et les coopératives ont dû s'organiser pour  réceptionner », témoigne Laurent Macaigne.

Des orges de bonne qualité
Les orges (escourgeons et brasserie) sont de bonne qualité, avec de bons taux de protéines et de bons PS, comme le confirment les coopératives. Les rendements se situent entre 70 à 90 quintaux l'hectare pour Cap Seine, entre 75 à 110 quintaux, pour Noriap avec des PS entre 65 et 73 et des taux de protéines élevés (11 à 11,5 %). « Nous avons de très bons rendements en pays de Bray pour les orges cette année », explique Sébastien Blot.
Protéagineux
Quant aux pois protéagineux, les premiers semés ont davantage souffert pendant les grosses chaleurs de juin avec des rendements autour de 40 quintaux, contre 60 quintaux pour ceux qui ont été semés plus tardivement, d'après les observations de Laurent Macaigne.

Mauvaise récolte en féveroles

A noter enfin que pour les féveroles, c'est catastrophique cette année, la culture n'est pas adaptée au contexte pédoclimatique actuel et les coopératives n'encouragent pas les agriculteurs dans cette voie.

Les commentaires ont ete suspendus pour cet article

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les breves du journal
Prochaine breve

10 breve(s) � voir toutes

sondage du mois Loading...

89truetrue
chargement...
Merci de sélectionnez au moins une valeur