L'Union Agricole 12 novembre 2020 à 12h00 | Par Actuagri

Mieux manger ou manger moins cher, le dilemme des Français.

Si les préoccupations en faveur du « bien manger » restent élevées, les consommateurs semblent préoccupés par les prix. La succession des confinements pourrait aussi entraîner des changements de comportements en profondeur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le comportement idéal et le comportement réel ne sont pas cohérents.
Le comportement idéal et le comportement réel ne sont pas cohérents. - © PIXABAY

Les consommateurs français agiront-ils à l’égard de leur assiette de la même manière lors du confinement de l’automne que lors de celui du printemps ? Rien n’est moins sûr, si l’on en croit les analyses exprimées par différents experts de la consommation qui se sont exprimés lors de la 4e édition du MeatLab Charal, des rencontres de réflexion sur l’alimentation organisées sous l’égide de la marque française de viande.

La première période de confinement, de mars à mai dernier, avait entraîné de profondes modifications dans les comportements, a rappelé Frédéric Nicolas, directeur de département de l’Institut IRI en présentant les résultats d’une étude exclusive menée en trois temps (avant, pendant et après cet épisode) auprès de 1 200 consommateurs. La crise sanitaire avait cristallisé les intentions des Français de bien consommer et de se montrer plus vigilants sur la qualité de leurs produits de consommation courante.

L’institut a ainsi relevé un pic du poids des offres « bio, écologiques et équitables » dans les rayons des hypers et supermarchés autour des mois de mars et d’avril, avec 9,7 % du total des produits de grande consommation.

Depuis, la vague semble être quelque peu retombée. En juillet dernier, la part des produits de ces catégories est revenue au niveau de la moyenne de l’année 2019 (8,4 %), un étiage qui reste cependant très supérieur aux années précédentes. « Après la fin du premier confinement, une grosse minorité des acheteurs que nous avons interrogés assurent être plus attentifs qu’avant à l’origine géographique (31 %) ou encore à la composition ou aux ingrédients (25 %) des produits », remarque Frédéric Nicolas.

 

Une grande sensibilité aux prix

Ce qui a changé entre les deux épisodes, c’est la sensibilité aux prix, affirme l’expert. Après le confinement du printemps, le nombre des Français se fixant pour priorité pendant les courses de « maîtriser leurs dépenses » a grimpé en flèche, la proportion passant de 26 % à 40 %, au détriment des achats de produits de qualité et des produits « plaisir ». « Depuis la mi-mai, 50 % achètent plus en promo, 38 % préparent leurs courses avec une liste et 35 % ont arrêté de consommer certaines catégories », relève Frédéric Nicolas. Un comportement lié selon l’expert à des difficultés économiques bien réelles, mais aussi à un changement de relation à la consommation lié à l’anticipation de la crise économique.

Si les Français se montrent aujourd’hui plus prudents dans leurs achats, la deuxième vague devrait favoriser le retour de certaines habitudes qui ne sont pas sans conséquences sur les achats alimentaires. C’est le cas en particulier du développement de la cuisine à la maison, a priori favorable aux produits non transformés. « Depuis la fin du confinement par rapport à avant la crise, 42 % des Français assurent qu’ils font plus la cuisine, dont 12 % beaucoup plus », note l’enquête. Le retour brutal dans les foyers pourrait également marquer un nouveau repli sur les produits jugés « les plus indispensables ».

A ce jeu, les protéines animales s’en sortent très favorablement, souligne Frédéric Nicolas. Lors du premier semestre de 2020, les ventes ont progressé de 7,5 % aux rayons boucherie et charcuterie des grandes surfaces par rapport à 2019, celles de poisson de 6 % et celles de fromages de 7,5 %. Les rayons « fruits et légumes », « viandes et poissons » et « charcuterie et traiteur » sont considérés comme les trois principaux « rayons plaisir » en supermarché, assure IRI.

Il est encore trop tôt pour dire si les Français diversifieront autant qu’au printemps leurs lieux d’achats alimentaires. Le confinement du printemps avait en effet été très favorable à l’affirmation de « nouveaux » modes de distribution. Un quart des acheteurs, à l’issue du premier épisode, disaient fréquenter des circuits qu’ils n’utilisaient pas avant. Ils citent en tête la vente directe de producteurs (28 %), devant la petite épicerie de quartier, le commerce spécialisé, le drive, le magasin bio ou encore le marché traditionnel. Des circuits qui se trouvent aussi répondre aux préoccupations exacerbées par la crise.

La simplicité est de mise au Sial.

Cette année, le salon de l’alimentation (Sial) a eu lieu à distance. Des conférences étaient organisées en visio et le comportement des consommateurs a été scruté à la loupe le 22 octobre. « Le consommateur est de plus en plus engagé et a envie de faire bouger les modèles », pense Nicolas Trentesaux, directeur du salon. « Le plaisir reste l’attente numéro un. Il y a également un lien de plus en plus fort entre l’alimentation et la santé. Le besoin de simplicité, qui passe par la transparence et le circuit court, notamment, est flagrant. Il y a également des envies de bio et de végétal. »

Des produits moins transformés, c’est une demande récurrente de la population, avec une réduction des emballages, deux tandances qu’on retrouve dans les nouveaux produits industriels. L’autre demande concerne la proximité. « Dans l’espace et le temps », précise Xavier Terlet , directeur du cabinet Protéines XTC. « On est loin de la gadgetisation des années 2000. On est dans le simplement bon. C’est aussi le plaisir du végétal, qui devient gourmand. Il y a des nouveaux goûts, puissants, plus forts, comme la bière IPA par exemple. » Il conclut par « la crise est un accelérateur de ces tendances et les prix bas sont une vraie tendance, la guerre des prix n’est pas finie ».

L.G.

« Vouloir du circuit court et manger des avocats. »

Le micro-trottoir réalisé par Charal pour sa conférence Meatlab est révélateur des écarts qui existent entre les attentes déclarées des Français sur leur alimentation et leurs comportements réels. « J’ai une tendance à manger bio et local mais si des fois, j’ai envie de manger des bonbons, super chimiques, je vais le faire », déclare ainsi une passante. « Ca m’arrive souvent de vouloir du circuit court et de manger des avocats. Mon comportement idéal et mon comportement réel ne sont pas cohérents », regrette une autre. « Au resto, je vais prendre une viande, des frites, un dessert. Je ne peux pas m’en passer », admet une troisième. Pendant le premier confinement, beaucoup se sont mis à cuisiner, car ils avaient le temps. « En cuisinant soi-même, on sait ce qu’on met dans notre plat mais quand j’ai moins le temps, j’achète tout fait ». « J’ai davantage cuisiné pendant le confinement, mais je n’ai pas continué ». Le frein principal reste l’argent. « J’aimerais manger beaucoup de viande, mais ça coûte cher et demande du temps à cuisiner », explique un passant. Le mot de la fin, ce sera « ne pas oublier de se faire plaisir de temps en temps ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui