L'Union Agricole 02 décembre 2015 à 08h00 | Par AN

Les questions aux candidats des Régionales

L'Agriculteur Normand a posé sept questions aux neuf candidats des élections régionales. Réponses.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © agriculteur normand

1) Quelle est votre ambition pour la Normandie en France et dans l’Union européenne ?

Liste “Normandie Bleu Marine”

“L’unification de la Normandie est une chance de mutualiser nos compétences, et non les incompétences de l’UMP et du PS dont les Normands subissent déjà les conséquences. Une Normandie ambitieuse doit s’émanciper du système UMPS qui a démontré ses limites depuis bien longtemps et choisir une politique régionale au coeur de laquelle les Normands sont prioritaires”.

Sébastien Jumel Liste “Front de Gauche”

“Ma Normandie, notre Normandie, ce sont des paysages connus du monde entier, une histoire à vocation universelle, une excellence industrielle autour notamment de l’automobile et de l’énergie, un littoral et des ports qui la relient au monde, une qualité de vie et de ville incomparable. C’est cela que je veux porter et défendre, non dans une logique de concurrence entre régions, mais de complémentarité”.

Pascal Le Manach Liste “Lutte Ouvrière”

“Nous tenons à dire que nous ne nous laisserons pas entrainer dans un quelconque nationalisme ni régionalisme. Nous pensons que les travailleurs ont tous les mêmes intérêts quelles que soient leurs origines, leur religion, et par delà les frontières. Les travailleurs qu’ils soient ouvriers, employés, petits agriculteurs, pêcheurs, tous, subissent, les dictats du grand patronat, des banquiers, des financiers. Les travailleurs de l’industrie, de la terre, de la mer, jeunes, retraités, chômeurs, ont intérêt à s’unir pour obtenir, ensemble, des conditions de vie décentes. Celles-ci devront être arrachées aux grands groupes capitalistes qui nous exploitent dans le seul but de donner à leurs actionnaires la capacité d’accumuler des fortunes considérables, tandis que le reste de la société s’enfonce dans la misère”.

Alexandra Lecoeur Liste “Nouvelle Donne”

“Nouvelle Donne est un jeune parti porteur d’une vision à long terme de transformation de la société donnant la primauté à l’humain et non à l’accumulation du capital et propose des actions immédiates à court terme (cf. nouvelledonne.fr). La Loi NOTRe renforçant le rôle des régions dans bien des domaines, elle ouvrent ainsi de nombreuses possibilités (afin) de faire converger toutes les politiques régionales (économie, formation, agriculture, transition énergétique, organisation des services, aménagement du territoire, transports) vers un nouveau modèle. Nouvelle Donne entend bien se saisir de ces nouvelles prérogatives pour favoriser la transition et la métamorphose recherchée. Toutes nos propositions sont complémentaires et visent (convergent vers) une nouvelle dynamique pour un mieux vivre en Normandie”.

Nicolas Calbrix Liste “Debout la France”

“La réunification doit être le début d’une politique régionale au service de tous les Normands, aussi bien dans les métropoles que dans les petites et moyennes villes ainsi que les zones rurales. Nous ne devons oublier aucun territoire. C’est pour cela que nous voulons stopper les grands projets inutiles comme l’éolien offshore et recentrer la Région sur ces compétences clefs. Notre ambition est de faire une Région au service des Normands”.

Hervé Morin Liste “Normandie Conquérante”

“La réunification est un moment historique. Non seulement car nous retrouvons nos fondations mais surtout parce que la construction d’une nouvelle région permet de réécrire des politiques régionales. Ce doit être une ambition radicalement nouvelle qui rompt avec les conservatismes et les saupoudrages qui nuisent à la construction d’une politique régionale ambitieuse. Une politique ambitieuse qui change de braquet, c’est une politique qui détermine une solide stratégie d’attractivité du territoire, portée et partagée par les politiques, les institutionnels mais aussi par toutes les forces vives de la région. Nous ferons reposer cette stratégie d’attractivité sur la renaissance de l’identité normande. Nous nous réapproprierons notre histoire, notre culture, notre patrimoine pour construire la marque Normandie, et ce, grâce à l’imaginaire extraordinaire dont notre région dispose partout dans le monde”.

Nicolas Mayer-Rossignol Liste “Au service de tous les Normands”

“Nous disposons d’atouts exceptionnels : une terre fertile, des conditions pédo-climatiques très favorables, une position géographique stratégique, une histoire, une culture et un patrimoine, y compris gastronomique, connus dans le monde entier, des filières d’excellence (filières agricole et agroalimentaire, pêche, tourisme, filière équine, logistique…), des institutions (dont la chambre régionale d'agriculture) à la bonne échelle normande depuis des dizaines d'années... Et surtout des savoir-faire magnifiques que nous devons préserver et développer. Notre ambition, c'est de valoriser au maximum tous ces atouts, au bénéfice de l'activité, de l'emploi et des territoires, notamment ruraux. Nous devons être fiers de la Normandie et de ses terroirs”.

Yanic Soubien Liste “Normandie Ecologie”

“Une grande ambition ! Avec les écologistes, je défends l'idée que, sans attendre après le développement économique de Paris ou de l'Europe, nous pouvons ici, dans notre région, prendre notre avenir en mains. Nous ne manquons pas d'atouts pour ça et l'agriculture en est l'un des principaux. Ainsi, nos actions dans ce domaine seront de renforcer la structuration des filières régionales de qualité, de favoriser l'installation des jeunes et de soutenir prioritairement les systèmes d’élevage pourvoyeurs d’emplois et respectueux de l’environnement”.

Jean-Christophe Loutre Liste “UPR (Union Populaire Républicaine)”

“Il faut bien comprendre que la région Normandie est soumise à la réglementation française, issue directement des traités européens. Il est donc fondamental de s’intéresser à l’Union Européenne pour savoir ce que l’on peut entreprendre au niveau régional. L’Union Populaire Républicaine (UPR), est un parti de rassemblement, ni de droite ni de gauche, classé liste diverse. Notre objectif : sortir la France de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN. Cette sortie permettra de relancer les exportations agricoles françaises, notamment vers la Russie. Du fait de notre appartenance à l’UE, nous nous coupons de nos alliances historiques et du monde en général. Notre ambition est de rendre à la France son indépendance et son rayonnement mondial”.

2) A votre avis, quelle ville doit être la capitale régionale (siège de la préfecture) et où doit être situé le siège du Conseil Régional ?

Pascal Le Manach Liste “Lutte Ouvrière”

“Cette question est dérisoire au regard des problèmes qui se posent au monde du travail dont le chômage qui constitue un véritable fléau. Il n’est pas acceptable que la fusion des régions nuise aux travailleurs. Et je pense bien sûr aux usagers de tel ou tel service régional et aussi aux employés de ces services qui sont menacés par les objectifs de réduction d’effectif que les futurs dirigeants régionaux comptent mettre en oeuvre”.

Yanic Soubien Liste “Normandie Ecologie”

“S'agissant de la Préfecture, les choses sont déjà largement jouées en faveur de Rouen. Dès lors, notre position est claire : nous parions sur l'équilibre des territoires au sein de la future « grande Normandie » et souhaitons donc que Caen accueille le siège du Conseil régional”.

Sébastien Jumel Liste “Front de Gauche”

“La Normandie mérite mieux qu’une bataille de clochers. Ce qui compte c’est le projet. Notre projet vise à l’égalité des territoires et donc des habitants, du Tréport à Cherbourg, de l’Aigle à Évreux, de Gournay-en-Bray à Alençon… La grande région ne doit pas conduire à déménager les territoires vers une métropole, mais au contraire à aménager le territoire en confortant les pôles d’équilibre régionaux. Cela veut dire des infrastructures ferroviaires, routières, numériques desservant l’ensemble de la Normandie. Et aussi un maintien des services publics dans toutes les villes, les quartiers, les villages”.

Alexandra Lecoeur Liste “Nouvelle Donne”

“Nouvelle Donne propose d’organiser une consultation citoyenne à partir de travaux déjà réalisés par le groupe des universitaires/ géographes pour évoquer la répartition des pouvoirs. Nouvelle Donne veillera cependant à ce que cette nouvelle organisation garantisse un accès à tous les citoyens aux différents services publics et que les investissements générés par cette armature soient équilibrés et profitent à tous”.

Nicolas Calbrix Liste “Debout la France”

“Il faut sortir de la guerre entre Caen et Rouen. Il doit y avoir un équilibre entre les métropoles avec à Rouen la préfecture de Région, à Caen le Conseil Régional, au Havre les institutions économiques. Il doit y avoir des investissements équitables répartis sur tout le territoire. C’est pour cela que nous voulons lancer 3 plans importants : Numérique 2020 pour mettre fin aux zones de téléphonies blanches et apporter le Haut Débit, le plan Santé afin de lutter contre les déserts médicaux, un plan d’investissement dans les transports permettant de mettre à niveau le réseau normand en réorientant la LNPN vers un projet plus juste et moins couteux améliorant l’existant”.

Hervé Morin Liste “Normandie Conquérante”

“L’enclenchement d’une dynamique vertueuse liée à la réunification impose de respecter l’équilibre entre les deux anciennes régions. Aucune des deux ne doit se sentir diminuée voire dégradée par la réunification. D’où l’importance d’une nouvelle gouvernance reposant sur un partage équilibré des lieux de pouvoirs. L’Etat ayant logiquement confié la préfecture à Rouen, nous mettrons le siège du conseil régional à Caen”.

Nicolas Mayer-Rossignol Liste “Au service de tous les Normands”

“Il faut sortir des guéguerres de clochers qui nous ont fait tant de mal par le passé. Divisés, nous sommes faibles. Rassemblés, nous sommes forts. L’important c’est la coopération et l’équilibre des territoires. La réponse à votre question est déjà dans la loi: puisque Rouen a été désignée par décret chef-lieu provisoire de la Normandie, les élus régionaux, conformément à la loi, siégeront pour la majorité de leurs réunions à Caen. C'est le fameux 'amendement Tourret', du nom de mon ami député PRG du Calvados qui l'a fait adopter. Il n'y a donc pas de débat puisque c'est la loi”.

Jean-Christophe Loutre Liste “UPR (Union Populaire Républicaine)”

“Pour ces sujets clivants, l’UPR souhaite soumettre les Normands à des référendums. Il n’est pas normal que les premiers concernés ne puissent avoir leur mot à dire. D’une manière plus générale, l’UPR et la seule liste en Normandie à proposer la mise en place du référendum d’initiative locale à partir du seuil de 1% de la population normande atteint, à l’image de son slogan : « l’union du peuple pour rétablir la démocratie ». Il faut étudier la solution la plus rationnelle et économe en frais de fonctionnement. Nous sommes d’ ailleurs favorables à la diminution de moitié du nombre de conseillers régionaux”.

Nicolas Bay Liste “Normandie Bleu Marine”

“La préfecture de Région doit être située à Caen afin que la Normandie ne devienne pas une grande banlieue de Paris. Par souci de logique historique, le Conseil régional sera situé à Rouen où il a siégé durant plus de cinq siècles. Nous défendons l’idée d’une Normandie polycentrique assise sur le triangle Caen- Rouen-Le Havre. Caen sera le siège académique et éducatif mais aussi sanitaire, environnemental et agricole. Rouen sera le pôle juridique et judiciaire ainsi que le siège touristique et culturel. Le Havre sera le siège des directions économiques, du commerce, des entreprises et de l’emploi”.

3) Quel est votre projet pour l’agriculture et l’agroalimentaire ? Comment comptez-vous accompagner les agriculteurs, les modèles de production agricole et l’agroalimentaire ?

Pascal Le Manach Liste “Lutte Ouvrière”

“Nous sommes particulièrement concernés par les petits agriculteurs qui se trouvent de plus en plus dans une situation financière intenable. Les prix qui leur sont imposés par la grande distribution ou les centrales d’achat ne permettent pas de vivre. Alors qu’en bout de chaine les consommateurs payent le prix fort ! La différence se retrouve dans la poche des actionnaires de ces grands groupes de l’agroalimentaire et de la distribution. Les petits agriculteurs se voient imposer bien des aspects de leur activité par les banques, les constructeurs de matériel, les fournisseurs de produits. Et à ce sujet, nous sommes scandalisés par les maladies dont meurent des agriculteurs du fait du mépris des industriels pour leur santé”.

Nicolas Mayer-Rossignol Liste “Au service de tous les Normands”

“Il n'y a pas une, mais des agricultures. Nous serons au service d’une agriculture normande d’excellence, durable et créatrice d’emplois. Les agriculteurs et en particulier les éleveurs sont confrontés depuis trop longtemps à des crises récurrentes et profondes, qui les fragilisent et font disparaître les exploitations. Dans ce contexte, nos politiques régionales doivent être orientées vers trois objectifs clairs, précis, concrets : l'investissement, la simplification, la qualité. L'investissement d'abord, pour aider nos agriculteurs à gagner en compétitivité (modernisation des bâtiments d'élevage notamment), à s’installer ou transmettre les exploitations, à s'engager dans la transition agro-écologique et dans des actions collectives, nous instaurerons par exemple une caution régionale « bail jeune agriculteur » pour faciliter la reprise et l’installation des jeunes dans les campagnes. Simplification, c'est essentiel! Pour réduire les charges (y compris administratives), gagner en stabilité et donc en visibilité (que les règles ne changent pas tous les mois!) et faciliter les démarches, y compris dans l'utilisation des plus de 400 M€ de Fonds FEADER pour la Normandie. La Région doit être la collectivité qui met de l'huile dans les rouages. Nous serons au rendez-vous. Qualité enfin, car l'agriculture Normande est l'une des plus performantes au monde de ce point de vue. Démarches de certification et de labellisation, 6 AOC et AOP fromagères et laitières, race normande, coquille Saint-Jacques normande, cidres du Cotentin, de l'Orne, du Pays d'Auge ou du Pays de Caux, bulot de Granville, carotte de Créances... C'est la Normandie des terroirs, connue dans le monde entier. Tout ce "Made in Normandie" est à encourager et à promouvoir fièrement”.

Sébastien Jumel Liste “Front de Gauche”

“Les défis de l’agriculture normande se résument ainsi : nourrir, assurer la qualité, soutenir la présence rurale et paysanne, entretenir nos paysages. La Région doit garantir une alimentation de qualité, accessible à tous. Une juste rémunération du travail paysan et des salariés agricoles est la condition du développement de l’emploi. Cela implique de garantir des prix justes et rémunérateurs, de planifier la production, de soutenir équitablement les exploitations et les filières les plus fragiles. Il faut travailler autour de la structuration des filières normandes de A à Z, de la production à la transformation industrielle et à la commercialisation. Nous pensons par exemple à la filière lin, qui est produit ici mais transformé à des milliers de kilomètres. Nous souhaitons ainsi favoriser la qualité, la labellisation et les chartes. L’agriculture normande doit ainsi mieux valoriser, auprès du consommateur et en termes de prix le made in Normandie : sa production laitière et ses fromages, sa production fruitière, en particulier les pommes dans leur biodiversité, son élevage”...

Alexandra Lecoeur Liste “Nouvelle Donne”

“Nouvelle Donne s’engage à accompagner le développement d’une agriculture performante mais respectueuse des hommes et de son environnement, utiliser au mieux les Fonds Européens pour redonner de l’espoir à l’activité agricole, assurer des conditions de travail et de revenu satisfaisantes aux acteurs du secteur, créer des richesses et des emplois dans le monde rural en soutenant des agriculteurs sur des structures diversifiées, à forte valeur ajoutée, des entreprises locales de valorisation des productions, lutter contre les perturbations du climat en soutenant les modes de production réduisant l’utilisation d’intrants chimiques. Nous veillerons à ce que la politique d'installation des jeunes agriculteurs soit renforcée. Par l’éducation populaire, l’éducation à la nutrition, Nouvelle Donne souhaite également faire évoluer les modes de consommation alimentaire, soutien indispensable à une agriculture vertueuse et rentable”.

Nicolas Calbrix Liste “Debout la France”

“La Normandie souffre de la concurrence déloyale, de la fin des quotas et des prix garantis qui ne permet plus aux agriculteurs de vivre de leur travail, du non-étiquetage des produits agricoles interdisant au consommateur d’acheter français et de la surcharge de normes qui plombent notre compétitivité. Face à cette situation, la Région, pilote du 2nd pilier de la PAC, doit se concentrer sur des mesures permettant d’aider le plus grand nombre d’exploitations et pas seulement les grosses, en particulier sur le financement des normes imposées par Bruxelles. Nous simplifierons les démarches administratives grâce à un guichet unique. Enfin, nous créerons une dynamique autour de la marque Normandie qui a une identité forte. Il faudra améliorer l’étiquetage et l’information donnés aux consommateurs”.

Hervé Morin Liste “Normandie Conquérante”

“Notre ambition est de faire de la Normandie le garde à manger et le grenier de la France. Il faut renforcer la compétitivité de la filière agroalimentaire normande qui représente près de 100 000 emplois directs. Nous aiderons à l’installation des jeunes agriculteurs par la mise en place d’un système de garantie de loyer pendant 5 ans et d’un portage financier des exploitations pour en sécuriser la reprise. Nous favoriserons la constitution d’Organisations de Producteurs puissantes pour rééquilibrer le rapport de forces avec la grande distribution. Nous financerons la modernisation des élevages et soutiendrons la recherche (notamment dans la bioénergie, les biomatériaux), l’innovation et l’export. Nous favoriserons le développement de la méthanisation qui peut permettre aux agriculteurs de générer des revenus supplémentaires”.

Yanic Soubien Liste “Normandie Ecologie”

“Beaucoup a déjà été fait, dans les deux régions, ces dernières années. Nous avons construit un projet ambitieux, riche des contributions de 400 normands qui ont participé à son écriture. Avec Claude Taleb et François Dufour, vice-présidents sortants chargés de l'agriculture en Haute et Basse- Normandie, nous sommes soucieux d'articuler une vision de moyen et long terme – aller vers plus de qualité, de valeur ajoutée et de circuits courts – avec la réalité des fermes d'aujourd'hui qu'il faut accompagner dans la transition. Contrairement aux caricatures qui fleurissent trop souvent, je suis convaincu que les écologistes sont les meilleurs alliés des agriculteurs. Parce qu'au fond, nous sommes un peu seuls à tenir un discours de vérité, si difficile qu'il soit à entendre. Oui, il faudra changer. Mais pensezvous sincèrement que, si nous avions été entendus plus tôt, si on avait su prendre plus vite les virages que tout le monde reconnaît aujourd'hui comme indispensables, la situation actuelle serait la même ?”

Jean-Christophe Loutre Liste “UPR (Union Populaire Républicaine)”

“L'agriculture française disparaît sous nos yeux. L'UPR n'entend pas la laisser tomber aux mains des lobbys et des multinationales de l'agroalimentaire et constater le déclin et les suicides de ces agriculteurs qui assurent notre autonomie alimentaire. La condition agricole devient une condition catastrophique : 40% des agriculteurs gagnent moins que le SMIC, les retraites sont misérables. Un agriculteur se suicide tous les jours en France. Nous voulons dire la vérité aux normands. Le conseil régional a une marge de manoeuvre très réduite. Les choix politiques et économiques sont décidés par l’union européenne qui impose ses décisions à la France et aux régions. La preuve vérifiable ? Les articles 38 et 39 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). Ces articles imposent une course systématique au rendement maximal des exploitations ainsi qu’une concurrence déloyale avec les agriculteurs vivant dans des États dont les normes salariales, sociales et fiscales sont inférieures à celles de la France (pays de l’est ou Allemagne où il n’existe pas de SMIC dans l’agriculture)”.

Nicolas Bay Liste “Normandie Bleu Marine”

“De nos jours, les agriculteurs se retrouvent totalement dépendants des subventions de Bruxelles, or la France ne reçoit que 2/3 de ce qu’elle donne chaque année à l’UE. Ce racket relève de la politique de l’État. Nous devons abandonner la PAC au bénéfice de la PAF (Politique agricole française) permettant une répartition des subventions plus juste et plus importante. Ainsi, nous empêcherons l’adoption du traité transatlantique de libre-échange qui doit imposer une concurrence américaine déloyale et malsaine à nos agriculteurs. En attendant, le Conseil régional Normandie Bleu Marine se saisira du maximum de subventions européennes qui nous sont dues pour favoriser nos filières agroalimentaires”.



4) Quelle est votre vision de l’agriculture de proximité ?


Nicolas Bay Liste “Normandie Bleu Marine”

“Nous ne pouvons tolérer le fait de voir des agriculteurs normands vendant leurs productions à perte alors que leurs enfants consomment des produits provenant de l’étranger dans les restaurants scolaires. Ces produits pourraient provenir des agriculteurs et éleveurs de notre Région. Dans les restaurants des lycées de Normandie, relevant directement de la compétence de la Région, nous imposerons un quota très important de produits locaux. Dans un état d’esprit similaire, nous faciliterons l’installation de coopératives de distributions en circuits courts afin de permettre aux producteurs de vendre à prix juste leur production en évitant les marges excessives imposées par la grande distribution”.

Jean-Christophe Loutre Liste “UPR (Union Populaire Républicaine)”

“La France doit rester un pays de terroirs, avec une agriculture à taille humaine. Cela n’est pas compatible avec le modèle que nous impose l’Union européenne qui met en concurrence frontale les agriculteurs entres eux en Europe et avec le monde entier et qui ne vise ni l’autonomie alimentaire, ni la préservation des terroirs, ni la qualité de vie. La prolifération des réglementations européennes retire aux agriculteurs leur liberté de travailler comme ils le souhaitent et leur interdit d’utiliser des semences comme ils l’entendent. En quittant l’Union européenne, nous pourrons nous affranchir de ces règles mortifères qui privilégient les groupes financiers qui contrôlent l’agroalimentaire et la grande distribution au détriment des agriculteurs. Dans l’attente de cette sortie, nous proposons de créer à titre expérimental des centres régionaux de distribution de produits agricoles sur le modèle des AMAP, financés par la région, à but non lucratif, permettant d'établir des circuits courts et de vendre des productions agricoles locales à des prix rémunérateurs pour les agriculteurs et intéressants pour les consommateurs. Nous aiderons également les jeunes agriculteurs, qui souffrent énormément de ces règles de libre concurrence et des normes européennes multiples, à s’installer”.

Hervé Morin Liste “Normandie Conquérante”

“Toutes les initiatives permettant d’impulser une dynamique vertueuse locale sont extrêmement positives pour le monde rural car tout le monde sait que les filières de qualité sont plus créatrices d’emploi que l’agriculture tournée vers les grands marchés. Toute création de valeur sur le territoire doit être favorisée. C’est pourquoi les restaurants de tous les lycées normands se fourniront en filière courte”.

Yanic Soubien Liste “Normandie Ecologie”

“Une vision évidemment positive. Tout ce qui pourra permettre de rapprocher les producteurs des consommateurs doit être entrepris, et soutenu. Bien sûr, cela ne concernera pas toute l'agriculture régionale. Les filières longues ont toute leur place dans notre projet. Mais tout ce qui peut être relocalisé doit l'être, parce que c'est un mieux pour les consommateurs, parce que c'est de la valeur ajoutée pour les producteurs et parce que la relocalisation des échanges réduit les émissions polluantes, ce qui est positif pour tous”.

Nicolas Mayer-Rossignol Liste “Au service de tous les Normands”

“C’est une agriculture proche des consommateurs, soucieuse de la qualité de ses produits et consciente de son impact sur l’environnement. Nous défendrons l’agriculture « made in Normandie », qui forge notre identité et garantit la qualité de nos produits. Nous ferons évoluer l'excellent label « gourmandie » pour l'améliorer et renforcer encore la visibilité de nos savoir-faire, notamment à l'international. Il faut consolider les liens entre les producteurs et les consommateurs et développer davantage les circuits courts, en favorisant la coopération agricole de production et de proximité. Tous les lycées et établissements dépendant de la Région doivent montrer l'exemple et manger Normand! Ils le font déjà beaucoup, nous amplifierons cela”.

Sébastien Jumel Liste “Front de Gauche”

“Pour notre part, nous sommes partisans d’une agriculture paysanne, attachée à la terre, à l’animal, soucieux de les préserver et de vivre dignement de leur travail. La Région doit être à l’initiative pour soutenir une agriculture de proximité, à taille humaine, rémunératrice et soucieuse de son paysage. Elle peut le faire en mettant en place des filières courtes de distribution par exemple en généralisant l’approvisionnement des restaurants des lycées en filières courtes et de qualité”.

Nicolas Calbrix Liste “Debout la France”

“Il y a urgence à maintenir un maillage territorial en maintenant le nombre d’exploitations agricoles et en accompagnant tous les modèles de production (conventionnel, familial, filière courte, bio). C’est la réussite du maintien de l’emploi local, du dynamisme de nos campagnes, de la protection des terres agricoles qui en dépend. C’est pour cela que nous devons apporter les garanties nécessaires à l’installation des JA. Nous nous engageons à favoriser les entreprises locales dans l’attribution des marchés publics et à imposer l’obligation pour tous les établissements publics de s’approvisionner chez nos producteurs et nos artisans. Enfin, nous devrons garantir une région 100% sans travailleurs détachés”.

Pascal Le Manach Liste “Lutte Ouvrière”

“Dans cette société capitaliste mondialisée, il y a les liens établis entre tous les êtres humains de la planète, liens de communication, liens économiques, ce qui est positif. Mais la concurrence effrénée qui s’accroit avec la crise entraine des aberrations. Soulignons les trajets absurdes qu’effectuent les marchandises d’un pays à l’autre, voire d’un continent à l’autre, pour la seule raison que des produits sont commercialisés moins cher que ceux de proximité. Les prix bas correspondent en général à une surexploitation des travailleurs agricoles de ces pays ; ce que nous dénonçons”.

5) Quel est votre projet en matière de formation, d’enseignement supérieur et de recherche ?

Nicolas Mayer-Rossignol Liste “Au service de tous les Normands”

“L’éducation, la formation et la jeunesse seront notre 1er sujet, notre 1er projet, notre 1er budget. Il faut donner plus de moyens aux établissements et aux centres de formation, à nos lycées agricoles particulièrement. En matière d'emploi et de formation, chaque Normand doit avoir sa chance: un service public régional 'Mon emploi en Normandie' sera créé, rassemblant et coordonnant tous les acteurs de l'économie, de l'emploi et de la formation. Aujourd'- hui, le système est trop complexe, trop dispersé. Il faut un pilote dans l'avion. La Région prendra le manche. Les offres de formation professionnelle seront mieux adaptées aux bassins d'emploi et à leurs spécificités. Nous ciblerons en priorité les métiers en tension et les offres non pourvues. En matière d’apprentissage, la prime accordée aux employeurs d’apprentis sera bonifiée pour les jeunes de plus de 18 ans et/ou lorsqu'elle concerne une élévation du niveau de qualification. L’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation représentent aussi un enjeu majeur. L’excellence normande doit être soutenue. La Région investira dans les grands équipements (GANIL, Cyceron, Arcade, Madrillet, IRCOF, MRSH…), et développera les sites universitaires selon des logiques de campus thématiques en réseau”.

Pascal Le Manach Liste “Lutte Ouvrière”

“L’enseignement public, depuis le plus jeune âge, est absolument fondamental pour former des êtres humains conscients. Dans la rubrique des reculs des services publics, le secteur de l’enseignement a subi des coupes qui sont dommageables pour toute la société. Il faut embaucher tous les personnels nécessaires dans ces secteurs, qu’ils soient enseignants ou autres (atsem, infirmières et médecins, agents techniques, etc.). Par ces temps de chômage de masse, ce ne sont pas les bras qui manquent, il faut embaucher !”

Nicolas Bay Liste “Normandie Bleu Marine”

“La formation professionnelle devra répondre aux besoins réels des entreprises qui recherchent des travailleurs compétents. Nous créerons un Observatoire Régional des Métiers qui sera chargé d’examiner les filières créatrices d'emploi et les formations professionnelles financées par le Conseil régional pour orienter les jeunes vers des études qui les aident dans leur recherche de travail. Les lycées agricoles devront tendre vers l’excellence, et les futurs agriculteurs bénéficieront d’aides à l’installation pour pérenniser notre agriculture locale”.

Sébastien Jumel Liste “Front de Gauche”

“La jeunesse est notre avenir. Cessons de la sacrifier. La Région en charge des lycées et de la formation professionnelle doit offrir des perspectives. Nous proposons un plan « zéro jeune sans étude ni formation » pour que chaque jeune se voit proposer une opportunité d’apprendre et de trouver sa place dans la société. Nous impulserons également un plan de développement de l’enseignement supérieur dans les villes moyennes : Evreux, Dieppe, Cherbourg, Alençon… Enfin, nous mettrons en place de nouveaux droits : carte Région Normandie jeunesse pour aider chaque jeune à bénéficier d’une mutuelle, d’un accès au sport et à la culture et du transport gratuit pour les moins de 25 ans !”

Alexandra Lecoeur Liste “Nouvelle Donne”

“La Région est compétente en matière de formation et il lui sera possible désormais de participer activement à la coordination de l’ensemble des acteurs publics de l’emploi. Avec un nombre croissant de demandeurs d’emploi de longue durée, la précarité s’installe dans notre région. Nouvelle Donne propose de revisiter les priorités en la matière et d’engager les parties prenantes au sein d’une commission Ad hoc dans la mise en oeuvre d’un PLAN D’URGENCE REGIONAL pour l’emploi et la lutte contre les précarités, de mettre l’accent sur des formations à destination des demandeurs d’emploi de longue durée, des travailleurs de faibles niveaux de formation et des salariés des entreprises de secteurs en mutation afin de faciliter leur passage vers les secteurs en développement et respectueux d’une économie plus sociale et environnementale. Nouvelle Donne propose d’accompagner les démarches de GPEC (Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences) au plus proche des bassins d’emplois garante de la création de ces passerelles, (mais aussi de relancer) La relance des initiatives et projets d’échanges européens auprès des jeunes, y compris pour celles et ceux qui ambitionnent un métier au sein de l'agriculture, est pour nous d'une grande importance”.

Nicolas Calbrix Liste “Debout la France”

“Aujourd’hui, la formation est déconnectée de la réalité du terrain. Il y a 14 000 emplois non pourvues et 50% de nos jeunes diplômés quittent la Région. Il faut remettre à plat le plan de formation pour travailler avec les entreprises et former nos jeunes au métier dont elles ont besoin, à commencer par les métiers manuels. Nous développerons l’apprentissage grâce à une simplification des démarches et une meilleure incitation financière des entreprises. Nous renforcerons le soutien aux CFA et aux lycées techniques et agricoles qui sont les meilleures voies vers l’emploi”.

Hervé Morin Liste “Normandie Conquérante”

“L’insertion professionnelle des jeunes et la relance de l’apprentissage, cassé par la majorité socialiste, doivent redevenir une grande priorité régionale. La Normandie a perdu 15% de ses apprentis en 5 ans ! C’est tout le contraire de ce qu’il faut faire, quand on sait que les jeunes issus de l’apprentissage trouvent plus rapidement un emploi. Notre équipe portera une refonte en profondeur de l’offre de formation professionnelle qui doit mieux tenir compte des besoins de l’économie locale, et un vaste plan pour l’apprentissage. Nous augmenterons donc de 50% le nombre de bénéficiaires de formations en alternance et mettrons en place une aide de 5 000 euros par apprenti de plus de 18 ans dans les entreprises de moins de 20 salariés. Sur l’enseignement et la recherche, nous favoriserons en particulier l’émergence d’une grande université normande pour gagner en visibilité et retrouver notre place dans les classements internationaux. Nous soutiendrons fortement les pôles de compétitivité. La Normandie dispose de laboratoires et de centres de recherche dont certains de niveau mondial. La Région devra évidemment participer au financement des équipements nécessaires et au soutien des équipes de recherche”.

Yanic Soubien Liste “Normandie Ecologie”

“Ce sont trois sujets lourds et complexes, qu'on ne peut pas traiter correctement dans les limites imparties à cet entretien. Vice-président sortant en Basse-Normandie chargé de la formation, je sais toute l'importance du sujet. Et nous avons là aussi écrit un projet sérieux, ambitieux mais réaliste. En une phrase ? Donner à tous les moyens de réussir sa vie, professionnelle et personnelle. J'invite vos lecteurs à se reporter à notre site, normandieecologie.fr, pour le mesurer.”

Jean-Christophe Loutre Liste “UPR (Union Populaire Républicaine)”

“Nous mettrons l’accent sur l’apprentissage qui permet aux jeunes (dans 70% des cas) de trouver un emploi durable après leur formation. Pour cela, nous augmenterons les crédits alloués à l’apprentissage, nous lancerons une campagne d’information auprès des collégiens et lycéens, et nous simplifierons les démarches administratives. Nous orienterons les aides à l’apprentissage vers les jeunes les moins diplômés qui sont les plus touchés par le chômage. Nous comptons également réorienter les financements des lycées vers les activités périscolaires pédagogiques, ouvrir les esprits des lycéens à toutes les cultures du monde et faire de l’éducation populaire”.

6) La Région ayant la compétence économique, comment comptez-vous accompagner l’économie et le développement des territoires ?

Yanic Soubien Liste “Normandie Ecologie”

“D'abord en les écoutant. Nous savons où nous voulons aller, quels seront nos projets : engager la transition écologique de notre région, soutenir le développement des filières d'avenir, celles qui produisent à la fois plus d'emploi et de richesse pour le territoire, tout en préservant nos ressources communes. Mais cela doit se faire dans le dialogue constant, dans la capacité de construire ensemble. Il ne s'agit surtout pas d'imposer d'en haut, mais bien de travailler, à partir du terrain, des territoires, à faire du mieux pour tous”.

Hervé Morin Liste “Normandie Conquérante”

“La Normandie doit devenir la terre de l’entreprise. Nous soutiendrons l’investissement, l’innovation et l’exportation pour les TPE, les PME et les entreprises intermédiaires grâce aune agence de développement unique, dotée d’un capital de départ de 100 millions d’euros, qui pourra intervenir en fonds propres. Cette agence, dont le Conseil d’administration sera composé d’anciens chefs d’entreprise, regroupera les dizaines de structures que nous avons en Normandie. Elle devra être réactive et capable, grâce à des dispositifs simples, de donner une réponse en quelques semaines. Elle aidera à améliorer la performance des entreprises, la compétitivité, la productivité, l’innovation, la montée en gamme, le développement à l’export afin de faire émerger des pépites normandes. Nous soutiendrons financièrement le développement des grandes infrastructures stratégiques, notamment les ports. La Région favorisera les entreprises normandes en utilisant toutes les possibilités offertes par le code des marchés publics. Le secteur du BTP est particulièrement touché par la crise et la baisse des investissements des collectivités, c’est pourquoi nous lancerons un grand plan de rénovation énergétique des lycées, en s’appuyant sur les dispositifs du Grenelle de l’environnement, comme a su le faire le Département de la Manche. Des politiques sur les grandes filières de notre région seront mises en oeuvre par une contractualisation pluriannuelle intégrant des programmes de recherche, de l’innovation, de la formation, de l’investissement et de l’exportation”.

Nicolas Calbrix Liste “Debout la France”

“La richesse et les emplois, ce sont les TPE, les PME, les artisans, les commerçants, les agriculteurs, qui les créent. Il est temps aujourd’hui de renouveler la classe politique avec des élus qui viennent de la société civile et connaissant la réalité de l’entreprise. Soutenir les PME, c’est simplifier les aides et mieux les cibler sur la création d’emplois. C’est soutenir l’investissement en orientant l’épargne des Normands vers les PME normandes en créant un livret de développement régional. C’est investir dans le Numérique pour relocaliser les activités économiques et les emplois dans nos villages. C’est investir dans les infrastructures nécessaires à l’attractivité de notre Région (ports, aéroport, routes et ferroviaires). Notre Région a besoin d’être remise dans le bon sens après plus de 10 ans de gestion socialiste”.

Nicolas Mayer-Rossignol Liste “Au service de tous les Normands”

“Nos entreprises ont besoin d'efficacité, de réactivité, de simplicité et de stabilité. Pas d'une énième nouvelle agence, comme il en fleurit à chaque campagne électorale, et qui ajouterait encore une couche au mille-feuille! Notre démarche sera pragmatique : la politique économique régionale sera co-élaborée, et surtout coévaluée, avec des représentants des entreprises. L’un des freins rencontrés par les entrepreneurs, c’est la complexité des aides. Nous constituerons un collectif de chefs d'entreprises qui aura pour mission de simplifier toutes les aides, en réduisant les délais et la charge administrative au strict minimum. Cela vaut aussi pour les fonds européens désormais gérés par les Régions. Il faut simplifier les procédures pour faciliter l'accès à ces crédits. Nous accompagnerons également la trésorerie des artisans et commerçants pour soutenir les commerces, notamment dans nos petites communes. Enfin nous amplifierons les politiques d'aménagement du territoire (contrat avec les pays) afin que les territoires ruraux bénéficient des équipements nécessaires en termes de services de proximité. Il faut des engagements spécifiques pour les territoires frontaliers (Sud Manche, vallée de la Bresle, Perche, sud de l'Eure), dont les habitants n'ont que faire des frontières administratives. Et un Contrat particulier pour l'Orne, plus petit Département de Normandie, qui par sa démographie et sa localisation géographique doit être particulièrement soutenu”.

Pascal Le Manach Liste “Lutte Ouvrière”

“Pour nous il n’est pas question de subventionner les entreprises, subventions qui d’une manière ou d’une autre aboutissent dans les coffres des financiers et des banquiers et alimentent les grosses fortunes. L’argent public doit aller aux services publics, les services utiles aux travailleurs : enseignement, santé, transport, etc.”

Sébastien Jumel Liste “Front de Gauche”

“La loi donne aux régions les compétences pour agir sur le développement économique, la formation et l’enseignement supérieur. Il faut les utiliser ! Contre les licenciements boursiers, nous proposons une conférence de mobilisation en faveur de l’emploi « stop licenciements, formation garantie » avec l’ensemble des acteurs de l’économie en faveur du développement industriel, fluvial et maritime, touristique, de l’économie sociale, de l’agriculture et du secteur agroalimentaire. En matière de formation, il faut aller bien plus loin avec un vaste plan qui garantisse à chaque jeune en échec scolaire, à chaque salarié licencié un parcours formation”.

Alexandra Lecoeur Liste “Nouvelle Donne”

“Engager la conversion signifie revisiter nos indicateurs de richesses, accorder une place prioritaire à l’économie sociale et solidaire, soutenir les innovations permettant de modifier les échanges en profondeur (plateforme d’échanges interentreprises) intensifier le recours aux critères sociaux et environnementaux dans la commande publique, adopter une Motion pour classer le territoire hors zone TAFTA et affirmer notre désaccord sur ces traités de libres échanges destructeurs d’emplois, non soutenables pour nos territoires, et trop concurrentiels pour notre agriculture”.

Jean-Christophe Loutre Liste “UPR (Union Populaire Républicaine)”

“L’euro ruine notre pouvoir d’achat, entretient le chômage, plombe nos entreprises, notamment agricoles, et accélère les délocalisations. Les traités européens interdisent d’aider les entreprises en difficulté pour garantir la sacro-sainte « concurrence libre et non faussée ». Dans le carcan réglementaire et politique des traités de l’union européenne, et en attendant d’en sortir, nous proposons de réorienter massivement les aides vers les PME/TPE locales et l’artisanat mais pas à n’importe quelle condition. Nous souhaitons conditionner ces aides sur des critères sociaux et de maintien/création d’emplois durables sur le territoire. Le crédit bancaire n'a jamais été aussi difficile à obtenir pour une PME. La Banque Centrale Européenne a pourtant injecté dans le système financier 1000 milliards d’euros mais en échange les banques privées ne font pas leur travail et ne font pas leur rôle social en considérant que prêter à une PME est trop risqué. Aussi nous créerons un fonds de garantie afin de permettre aux PME d’avoir accès à des prêts bancaires plus facilement. Une autre solution est de développer, en partenariat avec les chambres de métiers, le financement participatif en mettant en relation directe les entreprises avec des particuliers désireux de prêter ou investir une partie de leurs économies”.

Nicolas Bay Liste “Normandie Bleu Marine”

“L’Union Européenne, portée par le PS et l’UMP, interdit au Conseil régional d’apporter des solutions de bon sens tel qu’un protectionnisme intelligent pour lutter contre la concurrence étrangère déloyale. Néanmoins, nous créerons un fonds de soutien aux TPE/PME et aux agriculteurs qui pérennisent l’emploi et ne délocalisent pas. À la tête de la Normandie, nous mettrons en place un véritable patriotisme économique régional en favorisant nos entreprises et le monde agricole local. Nous investirons massivement dans les ports et les pôles logistiques normands afin que nos producteurs disposent de plateformes d’exportation performantes pour développer leur activité internationale”.

7) COP 21 : quelle contribution de l’agriculture attendez-vous pour réduire l’impact du réchauffement climatique ?

Yanic Soubien Liste “Normandie Ecologie”

“L'agriculture est un réservoir de solutions. Oui, il y a eu des erreurs, parfois même des fautes. Et tout cela a abouti à un divorce de plus en plus douloureux entre l'agriculture et la société. Mais on ne peut pas en rester là : l'enjeu, c'est d'organiser le changement, et encore une fois, le changement ensemble. Je suis convaincu de la capacité des agriculteurs à relever ces défis, et ils sont immenses. Mais nous ne partons pas de rien : les solutions techniques sont globalement connues, les dispositifs à mettre en oeuvre aussi. Ce qu'il faut maintenant, c'est un changement d'état d'esprit, une mutation culturelle sans doute comparable à la révolution des années 60, capable de transformer le « produire plus » en « produire mieux ». Pour le climat, mais aussi pour nous tous, consommateurs et agriculteurs”.

Jean-Christophe Loutre Liste “UPR (Union Populaire Républicaine)”

“Il faut revenir à une agriculture raisonnable, raisonnée et de proximité. Cela est incompatible avec le modèle qui nous est imposé au sein de l’Union européenne, dépendant du pétrole, des minerais et d’autres ressources fossiles. La mise en place prochaine du TAFTA (imposée par l’UE), c'està- dire la suppression des obstacles commerciaux et la suppression des contrôles des importations avec les Etats-Unis nous plongera encore un peu plus dans cette course folle et infinie à la productivité, nocive pour notre planète, notre environnement, la condition animale et les hommes. Il est temps de mettre un terme à cela. Seule la sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN permettra aux français de redécider du modèle qu’ils souhaitent mettre en place. Seule l’UPR le propose clairement. Visionnez nos conférences et nos analyses sur upr.fr ”

Sébastien Jumel Liste “Front de Gauche”

“Comme toutes les activités humaines, l’agriculture doit réduire son impact sur le climat et plus généralement sur l’environnement. Les émissions dues à l’agriculture et à la déforestation se sont stabilisées, mais sont responsables de 24 % dont 11 % pour l’agriculture. Il convient d’engager sans tarder un plan de modernisation des exploitations comme sur les flottilles de pêche pour changer les pratiques d’élevage, les pratiques énergivores (bâtiments, tracteurs, serres)”.

Alexandra Lecoeur Liste “Nouvelle Donne”

“Le mode de production dominant actuel repose sur l’emploi massif d’intrants chimiques et la simplification des systèmes. Ce système pousse les agriculteurs vers l’agrandissement de leurs exploitations et l’endettement. Il a pour conséquences une forte consommation d’énergie fossile, la dégradation de l’environnement, et des paysages bocagers, des effets néfastes sur le climat et la santé. Il provoque la diminution régulière du nombre d’agriculteurs, leur dépendance vis-àvis de grands groupes internationaux, la précarisation des plus fragiles d’entre eux, et, à terme, génère des risques concernant la possibilité de produire suffisamment d’alimentation pour satisfaire les besoins de la population. Au niveau de l’alimentation, on constate un gaspillage estimé à environ 30% de ce qui est produit, l’accroissement de la fourniture de produits alimentaires à bas prix, souvent de qualité nutritionnelle médiocre, la concentration de la distribution ... Nouvelle Donne souhaite faire évoluer progressivement ce mode actuel vers un système plus autonome et résilient, utilisant prioritairement les mécanismes naturels grâce à l’agro-écologie, comme l’agriculture biologique, la permaculture. Ce mode de production aura comme avantages de contribuer à la lutte contre le changement climatique, de mieux respecter l’environnement, de maintenir et créer des emplois, de maintenir une agriculture familiale... Il devient également urgent de se préoccuper de la santé des agriculteurs et de leur famille et de briser le mur du silence à ce sujet”.

Nicolas Calbrix Liste “Debout la France”

“Arrêtons de culpabiliser les agriculteurs avec la défense de l’environnement. Nous avons déjà l’agriculture la plus propre du monde ! Mais tant que nous ne protégerons pas notre marché des productions étrangères aux normes moins contraignantes sur le plan environnemental, rien ne sera possible. En revanche, les agriculteurs peuvent avoir un rôle à jouer dans la production d’énergie renouvelable. Nous souhaitons que ce soit les collectivités territoriales qui portent les projets de méthanisation afin de permettre aux agriculteurs de respecter les capacités de stockage qui ont de nouveau été réduites”.

Hervé Morin Liste “Normandie Conquérante”

“Je pense que les agriculteurs font déjà beaucoup d’efforts dans ce domaine. Ils n’ont d’ailleurs pas attendu la COP 21 pour adapter progressivement leurs conditions de productions et leurs normes environnementales”.

Nicolas Mayer-Rossignol Liste “Au service de tous les Normands”

“Le réchauffement climatique est l’affaire de tous. L’agriculture doit prendre toute sa part : encourager la transition agro-écologique et le passage au bio lorsque cela est possible; soutenir l'agro foresterie pour promouvoir notre filière de valorisation du bois ; soutenir la recherche et les programmes visant à modifier l’alimentation des animaux pour réduire les émissions de méthane, soutenir les projets de méthanisation de territoire, favoriser l'agriculture de proximité et l'autonomie des exploitations en limitant les transports (importation de soja et d'intrants), soutenir les programmes visant à limiter la consommation d'énergie (bâtiments d'élevage )… Autant de pratiques qui doivent être accompagnées et soutenues dans leur mise en oeuvre progressive. Les agriculteurs sont déjà engagés dans cette démarche, nous les accompagnerons. La Région sera un partenaire, fiable et de proximité, de tous les agriculteurs. Un partenaire qui dit ce qu'il fait et qui fait ce qu'il dit. C'est le sens de ma démarche”.

Nicolas Bay Liste “Normandie Bleu Marine”

“Les directives environnementales n’ont pas à être un poids trop coûteux pour nos agriculteurs. Au contraire, ce levier permettra de soutenir le revenu des exploitants dans le développement d’énergies renouvelables. Les hangars agricoles pourront être utiles à l’installation de panneaux solaires photovoltaïques. Les déchets agricoles peuvent être valorisés au sein d’unités de méthanisation intégrées pour produire de la chaleur, de l’électricité ou du biogaz pour les véhicules. Dans cette perspective, la Région sera au côté des agriculteurs pour participer au financement des installations et promouvoir celles- ci dans le but d’être rapidement rentables”.

Pascal Le Manach Liste “Lutte Ouvrière”

“Nous n’attendons rien de ce genre de « grande messe ». Il y a un problème dans l’évolution du climat, dû aux activités humaines, tout le monde le reconnait. Mais tant que la société est dirigée par une minorité de riches qui n’ont que le profit comme moteur, nous continuerons à nous enfoncer dans ce problème. Les agriculteurs le savent bien : ils ne décident de rien quant aux produits ou au matériel qu’ils utilisent. Il faut que les travailleurs dans leur ensemble mettent leur nez dans tous les aspects de l’économie, c'est-à-dire contrôlent les comptes et le fonctionnement des grandes entreprises. Il faut pour commencer lever tous les secrets : secret industriel, secret bancaire, secret commercial.”

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui