L'Union Agricole 25 novembre 2020 a 11h00 | Par Audrey Ottonelli

Les Français auront leur sapin à Noël.

Ca y est, c’est officiel : les Français auront un sapin naturel au coin du feu, cette année ! En effet, la vente de sapins de Noël est autorisée depuis le vendredi 20 novembre. Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, l’a annoncé, sur RMC.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Carine Bonnard et son mari font leur première 
commercialisation de sapins cette année.
Carine Bonnard et son mari font leur première commercialisation de sapins cette année. - © D. R.

« C’est d’abord très important pour les Français, pour les familles, pour les enfants, pendant cette période de fin d’année. C’est très important aussi pour toute une filière… Dans la crise sanitaire à laquelle nous sommes confrontés, c’est quand même plus simple d’organiser cette vente de sapins dans la mesure où dans la plupart des cas ça se fait à l’extérieur », a, donc, déclaré Julien Denormandie, la semaine dernière sur RMC. Avant d’ajouter : « Vous aurez les lieux habituels, dans lesquels la vente sera organisée, beaucoup de lieux sont déjà ouverts, je pense aux grandes surfaces, je pense aux magasins de bricolage, aux jardineries. S’agissant des fleuristes, (...) la vente à l’extérieur là aussi pourra être organisée ». Le ministre a précisé qu’il serait possible d’acheter ces sapins sans avoir à les commander préalablement.

 

Un doute plane toujours

A l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, un doute plane toujours sur les circuits de vente. « Certains de nos clients, des supermarchés, par exemple, n’ont pas l’organisation pour vendre les sapins en extérieur. Nous sommes un peu dans le brouillard. Certains nous informent tenir 80 % de leur engagement et nous demandent d’attendre leur feu vert pour couper les 20 % restant », souffle Ludovic Boul des sapins Boul dans l’Orne. En effet, bon nombre de professionnels s’interrogent sur la façon d’organiser les ventes en extérieur.

 

Première commercialisation

Carine et Nicolas Bonnard sont agriculteurs à Jumelles dans l’Eure. Ils ont planté leurs premiers sapins il y a 6 ans sur un peu plus d’un hectare pour diversifier leur exploitation polyculture/élevage. « Cette année sera la première commercialisation. C’est, donc, assez confidentiel. Nous vendons en circuit-court. Nous ouvrons ainsi nos portes aux particuliers, aux familles avec les mesures sanitaires qui sont déjà en place. Un accueil sur rendez-vous sera proposé pour gérer le flux. Nous voulons mettre en place un moment de plaisir pour eux et pour nous. »

Les premières coupes devraient avoir lieu début décembre pour « garantir la fraîcheur de la production. La production de sapins est une culture pérenne. Il faut savoir regarder loin dans l’agriculture. Nous avons, donc, l’habitude de nous réinventer même si cela n’est pas toujours évident. »

 

Dans le pays de Bray

« Nous avons pris un peu de retard car les personnes hésitent à commander. Pour le moment, ce n’est pas très grave notamment pour les petites exploitations comme moi mais les plus gros producteurs sont sous pression », souligne Christophe Sanctot, producteurs de sapins à Quiévrecourt dans le pays de Bray. Pour autant, le professionnel n’émet pas de réserve quant à ses ventes. « Nous ne savons pas ce qu’il va se passer mais personnellement, je pense pouvoir écouler mes quelques 2 000 à 3 000 sapins ». D’ici quelques années, Christophe Sanctot espère augmenter sa plantation. « Quel intérêt aujourd’hui à aller acheter son sapin en Belgique ou ailleurs alors que les Français recherchent des produits locaux. Les sapinistes ont la capacité de satisfaire la demande. »

 

Les Sapins Boul

« C’est stressant. Nous devons démarrer la coupe un peu plus tard. Nous avons changé notre organisation dû à l’incertitude de la vente. La récolte a été complexifiée. Nous avions avec un de mes frères identifié les parcelles et les arbres avant de les étiqueter par catégorie et client. Aujourd’hui, nous devons repasser pour compléter ou non les commandes. Ce sont des semaines, des mois qui peuvent être mis à mal mais nous avons la puissance de feu pour préparer même si cela va être plus tendu que les années précédentes. Nous avions, toutefois, anticipé les équipes et la logistique », explique Ludovic Boul en charge avec ses deux frères de l’exploitation familiale de 160 hectares de sapins de Noël.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les breves du journal
Prochaine breve

10 breve(s) � voir toutes